JEEP ÉLITE

DIJON : LE PRÉSIDENT PRÉSENTE "LE VILLAGE DE LA JDA", AVEC UNE ARENA AU CENTRE DU PROJET

David Holston avec Thierry Degorce 2019 FOXAEP
Crédit photo : FOXAEP

Pour se développer, la JDA Dijon ne veut pas se limiter au basketball masculin.

La JDA Dijon progresse sur les parquets mais pas seulement. Le club se structure et n'est plus qu'un simple club de basketball masculin. La société possédant les droits sportifs de la JDA Dijon a acheté 85% des parts du CDB Hand (club de handball féminin), devenu JDA Dijon Handball, et vient de reprendre le contrôle du club féminin de basket dijonnais, le CSL Dijon Basket, dont l'équipe fanion évolue en NF2. A long terme, ce club omnisports professionnels veut s'installer dans une nouvelle salle. Sur le site Internet de la Ligue Nationale de Basket, le président Thierry Degorce explique le projet.

"Cela répond à un projet lié à l’aréna. C’est un financement privé. On n’a pas la même démarche que d’autres clubs dont les projets sont portés par les collectivités. On s’est aperçu que pour porter un tel projet, il fallait être plusieurs clubs. Donc on a essayé de porter ce projet à trois clubs, avec le Hand masculin, le Hand féminin et le basket. Les aléas économiques ont fait que le club de Hand féminin (le CDB Hand) avait une situation financière dramatique. On a réfléchi longuement et la JDA Basket a pris 85% de l’actionnariat de ce club. Il y a du monde au Hand, une popularité, plus de 2000 personnes viennent voir les matches. Donc l’idée est de rapprocher plusieurs clubs de sport de façon à avoir régulièrement une activité sportive dans l’aréna. Et comme ce n’est pas suffisant, l’aréna fait partie d’un projet immobilier, ce qu’on appelle nous le village de la JDA, sur un terrain de 3 à 4 hectares. Il comprend un centre de formation, pour le sportif comme pour les entreprises, du tertiaire, une brasserie haut de gamme, de l’animation autour du sport etc… c’est tout un village autour de l’aréna. Toute cette infrastructure va permettre de porter le projet de l’aréna et de la financer. Monsieur Rebsamen (le maire de Dijon) a trouvé ce projet intéressant. On nous a proposé un très joli terrain d’un peu plus de 3 hectares à côté du Zénith. On travaille pour voir si notre projet immobilier dans son ensemble peut rentrer dans cette superficie. Deux entreprises sont intéressées pour être namer de l’aréna. Cela avance."

Concernant le projet de salle en lui même, le président ajoute qu'elle devrait avoir une capacité entre 5 000 et 6 000 places. La construction aura potentiellement une "ossature en bois", notamment pour réduire fortement le coût du projet.

"Je ne veux pas dépasser 15 millions d’euros pour la salle. C’est possible, mais en sortant d’une construction traditionnelle en béton. On n’est pas du tout dans la même logique que d’autres salles."

Un coût semblable à celui de la Davo Pévèle Arena (13 millions), salle de 5 000 places inaugurées en 2013 où évolue le Basket Club d'Orchies, mais inférieur à d'autres comme l'Arena Loire de Trélazé (20 millions, 6 500 places).

16 mai 2019 à 09:32
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.