JEEP ÉLITE

DOSSIER BASKET LE MAG : POURQUOI LE BASKET FRANÇAIS EST FORT

Le nouveau numéro de Basket Le Mag propose un dossier en quatre parties (Jeep Élite, Euroleague, NBA et équipe de France) consacré à l’embellie du basket français.

Le saviez-vous ? En EuroLeague, il y autant de joueurs français que d’Espagnols ou Turcs, et les joueurs français jouent plus ! En NBA, la France est le pays européen le mieux représenté. Et dans les deux compétitions, avec d’un côté l’arrivée de l’ASVEL en EuroLeague dès la saison prochaine, et d’un autre côté plusieurs talents qui pourraient être draftés en NBA dès cet été (Sekou Doumbouya, Jaylen Hoard…), la France devrait consolider ce leadership. Et en parallèle, le championnat national, la Jeep ÉLITE, progresse.

Samedi 10 novembre, les spectateurs du Rhenus en ont pris plein les yeux. La victoire de Strasbourg sur l’ASVEL, un match d’un très bon niveau européen. Rien d’exagéré dans ce constat : en Eurocup (C2), l’ASVEL, qui s’est notamment payé le scalp de Valence, une référence, file vers le deuxième tour et peut ambitionner réaliser une belle épopée, tandis qu’en BCL (C2 bis/C3), la SIG semble tout à fait capable de rejoindre le Final Four.  "On l’a vu quand Strasbourg et Villeurbanne se sont affrontés, l’évolution du niveau du championnat est flagrante. Et il y a pléthore de bonnes équipes : Monaco, Chalon, Dijon, Nanterre, Le Mans, et j’aimerais qu’on en fasse partie", liste Hervé Beddeleem, le directeur exécutif de Gravelines-Dunkerque. "La Jeep ÉLITE est un championnat réputé athlétique, et cette caractéristique demeure, mais la qualité du basket, tactiquement, en termes d’intelligence de jeu, s’est considérablement améliorée. C’est un championnat plus relevé que les autres années", enchaîne Pascal Donnadieu, l’entraîneur de Nanterre.

En devenant Jeep ÉLITE, le championnat n’est pas passé du point mort à la sixième vitesse sur l’autoroute du succès. Les arenas ne sont pas sorties de terre, l’affluence moyenne stagne, voire baisse (3 673 en 2017/18 contre 3 769 en 2012/13), l’EuroLeague se joue depuis trois ans sans les clubs français, qui n’ont pas les moyens de signer les meilleurs joueurs, les effectifs chamboulés chaque été empêchent toute notion d’identité et brouillent la lisibilité, les téléspectateurs se limitent à quelques dizaine de milliers, pour ceux qui n’ont pas été perdus en cours de route à force de passer d’une chaîne à l’autre (Canal+ Sport, Sport+, MCS, Numéro 23, SFR, RMC, simplement sur les dernières années)… Le tableau est connu. Il comporte ses zones d’ombre. Aussi indéniables soient-elles, elles ne peuvent occulter l’éclaircie. Budgets, structuration des clubs, niveau de jeu, résultats européens : le basket français semble en passe d’afficher une ambition nouvelle sur la scène continentale…

La suite de l’article, à retrouver dans Basket Le Mag.

Commander le numéro en ligne : https://basket-mag.com/basket-25-decembre-2018/

Trouver un kiosque : http://kiosque.basket-mag.com/

S’abonner au magazine : https://basket-mag.com/sabonner/

04 décembre 2018 à 13:15
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
17 décembre - 01h00
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 08h15
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
17 décembre - 09h15
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 11h00
Cleveland Cavaliers
Philadelphia 76ers
17 décembre - 12h45
NBA Extra
Coaching