JEEP ÉLITE

HERVÉ BEDDELEEM : « J’AIMERAIS QU’ON RETROUVE UNE IDENTITÉ »

Basket le Mag 30 Hervé Beddeleem
Crédit photo : Basket le Mag

Sous le feu des projecteurs actuellement, Hervé Beddeleem a donné un entretien à Basket le Mag.

À retrouver dans Basket Le Mag, un entretien avec le directeur exécutif du BCM Gravelines-Dunkerque, Hervé Beddeleem. Morceaux choisis.

L’annulation du projet d’arena en 2015 a-t-il stoppé la dynamique ?

« Ça l’a cassée. Quand le projet d’arena de 12 000 places avait été arrêté et signé à Dunkerque, c’est à cette période que j’avais prolongé le contrat de Christian Monschau (en 2012, alors qu’il est sous contrat jusqu’en 2014, l’entraîneur est prolongé jusqu’en 2017), parce qu’il voulait jouer dans cette future arena. Quand le projet s’est arrêté, il a baissé les bras, il n’avait plus l’envie. On a commencé à avoir de moins bons résultats à partir de cette période. »

Quid d’une nouvelle salle ?

« Tout le monde attend les décisions de la Région Nord-Pas-de-Calais qui a des projets de salle – une arena à Dunkerque – et de rénovation de salle – un agrandissement de Sportica, ici à Gravelines.  (...) Des études ont été faites. Il y a la possibilité de faire un deuxième anneau. Moi, je dis qu’on peut rester à Sportica s’il y a un deuxième anneau, avec une jauge de 4 000 places. Mais il faut une salle connectée, avec capacité à faire le noir-salle, écrans géants et tout ce qu’il faut autour. Pour les très grosses affiches, on peut aller à Dunkerque, et le reste du temps, on reste ici et on remplit ces 4 000 places. »

Quel BCM pour l’avenir ?

« J’aimerais qu’on retrouve une identité de guerriers, de joueurs formés localement mais surtout de joueurs qui se battent. Qu’on puisse perdre, parce que ça reste du sport, mais avec les honneurs. Une équipe qui mouille le maillot, avec les valeurs du Nord. Quand on prend des joueurs étrangers, il faut bien se renseigner avant sur leur identité. Un exemple, Taylor Smith. C’est le parfait joueur américain, qui convient à la mentalité du club. Ici, il est adoré, adulé, parce qu’il répond à ces valeurs. C’était le cas de Juby Johnson, J.K. Edwards, Danny Strong, Larry Lawrence... Il faut retrouver des joueurs étrangers qui s’impliquent, et pas des joueurs de passage. »

Entretien complet dans le n°30 de Basket Le Mag.

Le commander en ligne : https://basket-mag.com/boutique/

Trouver un kiosque : http://kiosque.basket-mag.com/

S’abonner au magazine : https://basket-mag.com/sabonner/

 

11 mai 2019 à 07:28
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching