JEEP ÉLITE

HERVE BEDDELEEM : "LES PLAYOFFS, C'EST L'OBJECTIF"

Hervé Beddeleem
Crédit photo :

Sur le site de la LNB, l'emblématique directeur exécutif du BCM s'est confié sur son histoire d'amour avec Gravelines-Dunkerque, club qu'il dirige depuis bientôt 18 ans, et sur ses ambitions à l'approche de la fin de saison.  

Le BCM fête sa 31e saison consécutive au sommet du basket français. Pour l'occasion, les Gravelinois se verraient bien retrouver les playoffs, trois ans après leur dernière participation. Actuellement dixièmes avec 12 victoires pour 10 défaites, les Nordistes ont tous les atouts pour décrocher une place dans le top 8. C'est en tout cas ce que répond le président Herve Beddeleem lorsqu'on lui demande jusqu'où peut aller son équipe cette saison.

« Jusqu’aux playoffs, c’est l’objectif, a-t-il déclaré sur le site de la LNB. Après, on fera du mieux possible, parce que quand on regarde en arrière, nous n’avons pas fréquenté si souvent les demi-finales. Trois fois je crois. On a connu une finale face à Pau, et seulement deux demies contre Cholet il me semble. On va voir comment jouent ensemble Kendall Anthony, Edgar Sosa et Benjamin Sene et tous ces artificiers autour. C’est vrai que si tout ce met bien en place, ça peut donner quelque chose de très bien ».

Julien Mahé, « Un gros travailleur »

Hervé Beddeleem est également revenu sur trois faits marquants de la première partie de saison qui lui ont valu trois grosses colères :

« Il y a trois interrogations. La première, c’est notre élimination en Coupe de France face à un club de N1 (défaite face à Souffelweyersheim, début novembre, en 32e de finale, ndlr). Là, j’étais fou furieux et je leur ai fait savoir. C’était honteux, surtout que nous avions fait de cette Coupe de France un objectif. Parce que pour Christian (Monschau), la Coupe n’était pas sa tasse de thé. Là, on avait une équipe pour aller loin et... Bref, ça a été une grosse douche froide. La seconde, face à Pau chez nous, on s’effondre inexplicablement en deuxième mi-temps (52-80). Et ma troisième colère, c’est contre Chalon, à Sportica encore, où l’on produit un deuxième quart-temps indigne qui nous coûte le match, parce qu’on est à 20-52 à la pause (66-91) ».

A la tête du navire, Julien Mahé, qu'il a lancé dans le grand bain, garde toute sa confiance pour mener à bien la mission du BCM. Jusqu'à présent, le coach gravelinois a joué de malchance entre blessures et point-average négatif. Mais le travail va finir par payer selon Hervé Beddeleem.

« L’an dernier, il ne nous a pas manqué grand-chose pour aller à la Leaders Cup comme en playoffs. Nous lui avons donc renouvelé notre confiance. Cette saison, pour Disneyland® Paris, on termine 5e ex æquo à mi-championnat. Malheureusement, au point-average, on se retrouve 9e et chocolat ! Il faut admettre qu’il n’a pas que de la chance... Edgar Sosa s’est blessé, Benjamin Sené aussi. Maintenant c’est Alain Koffi qui s’est pété avec l’équipe de France. Je me demande s’il a eu l’équipe au complet une seule fois depuis la reprise. L’équipe ne s’est jamais délitée malgré ça et c’est à mettre à son crédit. C’est un très gros travailleur. Il aime le basket. Malheureusement, il joue de malchance un petit peu ».

Gravelines-Dunkerque se déplace à Cholet ce soir (20h).

 

23 mars 2019 à 17:23
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching