JEEP ÉLITE

ITW JÉRÉMY NZEULIE : "J’AI L’ESPOIR DE REVIVRE ET DE MONTRER À NOUVEAU DES CHOSES"

Jérémy Nzeulie SIG Strasbourg 201819 Sébastien Grasset 2
Crédit photo : Sébastien Grasset

Auteur de deux saisons plus que compliquées à la SIG Strasbourg, Jérémy Nzeulie est revenu avec nous sur les raisons de ses échecs.

Jérémy Nzeulie (1,87 m, 29 ans), c’est 12 saisons dans le monde professionnel, avec des centaines de matchs à son actif. Parmi les joueurs formés localement (JFL) de Jeep ELITE, il a l'un des plus beaux CV. Pour autant, après deux saisons individuelles et collectives remarquables du côté de l'Elan Chalon (avec notamment un titre de champion de France), Jérémy Nzeulie n’y arrive plus. Lorsqu’il débarque à Strasbourg à l’été 2018, on le présente comme le futur cadre de cette équipe alsacienne. Les choses avaient pourtant bien commencé pour le natif de Choisy-le-Roi, en réalisant de bons matchs de pré-saison avec la SIG. Mais ça, c’est avant de s’envoler pour l’équipe du Cameroun et de perdre le rythme avec l’équipe : « Tout a commencé à cause de ce décalage avec l’équipe lorsque je suis parti en sélection. Avant tout allait bien, et quand je suis revenu c’était difficile de renouer des liens avec eux. » Suite à cela le joueur a commencé à afficher de moins bonnes performances, et il confie que ça lui est « rentré dans la tête. » Une spirale négative que l’ex champion de France n’a pas su surmonter.

Le joueur de la SIG n’estime pas que cette frustration provienne de rapport avec son coach de l’époque, Vincent Collet : « Beaucoup de gens pensaient que c’était Vincent le problème, mais pas du tout. On s’est bien entendu, j’avais une bonne relation avec lui et il a toujours su s’adapter à moi. » Au contraire, il assume sa part : « je me suis caché derrières mes responsabilités, ça ne me ressemble pas. » Mais Jérémy n’était pas encore arrivé au bout de ses peines. Alors que le joueur réalise une moitié de saison peu à son image, en tournant à 7,8 points, 2,4 rebonds et 1,4 passe décisive pour 5,9 d’évaluation en 22 minutes, il commence à ressentir une douleur au niveau de son genou. Des douleurs à ce moment-là sans conséquences. Toutefois, Vincent collet prend la décision de le mettre au repos pour quelques jours et ainsi de ne pas le faire jouer contre son ancien club, Nanterre : « A ce moment-là, jamais je n’aurais imaginé comment ma blessure allait devenir. » Pour donner suite à l’engouement du titre de champion à la Leaders Cup en février 2019, le joueur francilien décide de forcer sur sa blessure et il continue malgré les douleurs : « C’était de pire en pire, carrément au bout d’un moment j’étais sur le terrain mais je courais sur une jambe. Je jouais sur une jambe. »

La situation s’est empirée pour Jérémy, jusqu’à ce qu'il soit contraint de s'absenter des parquets jusqu’en novembre 2019. Le Franco-Camerounais fait alors son retour petit à petit à l’entrainement mi-novembre avant de rejouer de nouveau début décembre. Mais à ce moment-là, le joueur s’estimait « loin d’être à 100%. J’avais encore mal. Et quand ça allait mieux en début d’année 2020, on est tombé sur ma cheville. » Des blessures à répétition et une suspension du championnat qui laisse un arrière-gout au SIGmen : « On ne peut rien y faire, donc j’en profite pour me soigner, mais je suis frustré car je comptais revenir en fin de saison. Ça m’aurait permis de montrer que je n’étais pas fini. Cette saison je voulais montrer des choses. »

De l’explosion à la déception

Strasbourg a traversé des moments compliqués ces deux dernières années. Entre instabilité et absences de résultats, le bilan est plus que mitigé pour le vainqueur du concours de dunk 2016 du All-Star Game LNB : « Ces deux saisons riment avec déceptions car nos résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes. On était sans cesse en train de batailler pour une place en playoffs, alors que nous sommes la SIG et qu’on devrait jouer les premières places. Et c’est d’autant plus une grosse déception lorsqu’on regarde l’effectif qu’on avait pendant ces deux saisons.» Après avoir explosé à Nanterre et passé un nouveau à Chalon-sur-Saône, sous les ordres de Jean-Denys Choulet, Jérémy laisse place à un goût amer : « Je ne pensais pas que je pouvais autant décevoir. Et je pense sincèrement que la plus grosse de mes erreurs a été de m’être trop effacé. Je suis un joueur qui doit avoir la balle en main. J’avais un certain statut mais je me suis trop échappé. Ça ne me ressemble pas. » Avec 2,7 points, 0,9 rebond et 0,6 passe décisive pour 1,9 d’évaluation en 9 neufs matchs, cette deuxième saison laissera des traces sur le plan personnel pour Jérémy : « Individuellement, je pense que cette saison est la plus dure de ma carrière ( avec celle de bordeaux en 2011/2012 ). » Mais connu pour être un joueur acharné et au grand cœur, il compte bien se rattraper : « J’ai l’espoir de revivre, et de montrer à nouveau des choses. »

Rebondir

Rattrapé par les évènements extra-sportifs, le poste 3/2 avait l’objectif de se relancer et rebondir. A l’heure actuelle, au vu de ses prestations, il sait que son avenir ne dépend pas uniquement de lui : « Les cartes ne sont plus dans mes mains. » Avant d’ajouter : « Mais ma famille et moi nous nous sentons bien dans cette ville de Strasbourg. Donc si cela ne tenait qu’à moi, je resterais ici pour montrer de nouvelles choses. Mais en étant réaliste, il y a peu de chances pour que je reste. » Cependant, Jérémy semble disposer de la confiance de son nouveau coach Lassi Tuovi, qui vient  de signer pour deux ans à la SIG : « On s’entend bien, et il m’avait même nommé capitaine. Mais, nous n’avons jamais parlé de mon avenir dans le club. » Le joueur formé à Charenton explique que le jeu proposé par le coach lui « correspond davantage que celui de Vincent Collet » car ce dernier était plus axé sur les intérieurs. En cas de départ, il déclare qu’actuellement « tout est encore tellement flou, mais qu’il ne se ferme aucune porte. » L’objectif est clairement annoncé par le double champion de France : rebondir pour redevenir le joueur dominant du championnat de France qu’il était.

 

 

13 avril 2020 à 17:46
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
LOUIS ANDURAND-CAVASSE
Louis ANDURAND-CAVASSE
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.