JEEP ÉLITE

ITW MAXIME ROOS, L'ANNÉE DE L'EXPLOSION ?

Crédit photo : Sébastien Grasset

À l'entame de sa deuxième saison dans l'élite, Maxime Roos souhaite endosser davantage de responsabilités au sein des Levallois Metropolitans.

Avec 3.2 points et 3.9 d'évaluation en 11.8 minutes de moyenne en 2017/2018, l'ailier parisien sort d'une saison "mitigée" selon ses propres mots. Prolongé pour deux ans au début de l'été, Roos a pour lui la confiance de Frédéric Fauthoux et du club en général et souhaite rendre les promesses entrevues par séquence plus régulières. Avant la réception du Mans ce samedi, champion en titre, il s'est confié au micro de BeBasket à l'occasion du "LNB Media Day".

Après une première saison en Jeep ÉLITE pour découvrir, la saison 2018/2019 est celle de l'explosion ?

Voià c'est ça, celle de l'explosion, celle de la régularité surtout. L'année dernière, j'ai montré deux, trois petites choses de temps en temps mais il faut vraiment chercher la régularité pour montrer qu'on est là à temps-plein, pour prouver et prendre des responsabilités.

Tu es le seul à avoir prolongé avec Jaron Johnson et Cyrille Elizer-Vanerot, c'est une preuve de confiance ?

Oui totalement. C'est une confiance du club, du coach dans un premier temps parce que c'est lui qui construit son équipe, et des dirigeants derrière. Cela apporte de la confiance personnellement de savoir qu'il y a la confiance du club, qu'on compte sur nous et après c'est à nous d'apporter sur le terrain pour rendre cette confiance.

Est-ce que cette confiance du coach te donne davantage confiance en toi ?

Oui c'est sûr, de se dire qu'on n'a pas de pression derrière, qu'on n'est pas sur la sellette ou qu'on n'en a pas pour un an seulement, c'est une certaine stabilité. C'est un vrai avantage et on est beaucoup plus serein que ce soit dans la vie de tous les jours ou sur le terrain.

Comment analyses-tu ta première saison en Jeep ÉLITE ?

Mitigée. Je suis content d'un côté parce que je sortais d'une saison blanche, je ne savais pas où j'en étais et ça m'a permis, dès la pré-saison, de savoir où j'en étais physiquement, que tout allait bien et que je pouvais jouer. De ce fait, mitigée parce que je n'ai pas été assez régulier selon moi sur tous les aspects du jeu. Mais c'était une première saison, ma première saison à ce niveau donc c'est une découverte. Je sais à quoi m'attendre pour les saisons à venir et ce qu'il faut que je fasse.

itw-maxime-roos--l-annee-de-l-explosion--1537607955.jpegMaxime Roos, prêt à attaquer cette nouvelle saison avec Levallois, son club formateur, où il sera davantage responsabilisé. © - Sébastien Grasset.

Quel va être ton rôle et tes principaux axes de travail ?

Mon rôle va être un peu plus important que l'année dernière dans le sens où il faudra toujours que j'apporte cette qualité en défense, cette énergie. Mais il faudra que j'arrive à être beaucoup plus régulier offensivement, à avoir un impact un peu plus conséquent du côté offensif. Donc mon axe de travail sera un peu plus axé sur ça. Maintenant que je connais comment le coach veut jouer, je dois permettre aux nouveaux d'avoir une intégration un peu plus rapide. Beaucoup plus de responsabilités au niveau de la vie du groupe pour aider notamment les nouveaux joueurs à s'identifier un peu plus à cette équipe et au club de Levallois.

Comment vis-tu ce rôle "d'ancien" à seulement 23 ans ?

C'est bien, on ne va pas se mentir. C'est plaisant. J'y ai fait mes années espoirs et c'est Levallois qui m'a fait signé mon premier contrat en tant que professionnel donc c'est un peu un rôle d'ancien. Mais du fait que je sois jeune, je pense que c'est plus facile pour les autres de venir parler, discuter de comment ça se passe dans le club. Il y a une bonne alchimie entre les anciens et les jeunes du club, ça fonctionne très bien.

On imagine que tu espères un peu plus de temps de jeu que l'année dernière (11.8 min en moyenne).

Oui, après le temps de jeu viendra en fonction de ce qu'on fait sur le terrain, c'est pareil pour tout le monde. Si on fait du bon boulot sur le terrain, on y reste sinon on va sur le banc et on laisse son coéquipier faire du mieux qu'il peut. Je dois être beaucoup, beaucoup plus régulier que l'année dernière.

Avec la blessure de Cyrille Elizer-Vanerot, le début de saison est-il particulièrement important pour toi ?

La blessure de Cyrille arrive bêtement mais va laisser un vide dans la rotation. On est beaucoup à l'extérieur à pouvoir jongler sur plusieurs postes, ce qui va permettre de pouvoir combler un peu ce manque pendant un moment. Cyrille aurait fait du bien sur ce début de saison parce qu'on a un gros début de saison avec trois matches en huit jours. Cela fait une rotation en moins, on sait que tout le monde va devoir donner un peu plus. Dans tous les cas, on doit bien démarrer la saison, il n'y a pas de secret.

Comment accueille-t-on une pointure du basket européen en la personne de Roko-Leni Ukic ? Est-ce qu'on apprend beaucoup à ses côtés ?

On ne l'accueille pas vraiment parce qu'il a déjà peut-être déjà dix-huit ans de carrière derrière lui donc il a vu le basket en long, en large et en travers. Sur le terrain, c'est plutôt lui qui nous accueille, il nous montre les subtilités des systèmes. Là où on peut l'accueillir le mieux, c'est concernant le fonctionnement du club ou la manière de penser du coach. Une fois sur le terrain, il prend son rôle de meneur. Il a énormément d'expériences à partager donc on peut que profiter de cela en tant que jeune.

Tu sens que tu vas apprendre et que tu apprends déjà à ses côtés ?

Oui, oui, oui. Il a son caractère bien à lui mais c'est quelqu'un qui donne énormément de conseils, qui est là pour faire grandir et progresser les jeunes. Il sait pourquoi il est ici, dans une équipe aussi jeune, c'est pour apporter cette expérience et faire grandir les jeunes au sein du club.

Quel est l'objectif de Levallois cette saison ?

Les playoffs. On va prendre le championnat comme il vient mais je pense que tout le monde s'est fixé au minimum les playoffs pour concrétiser le travail.

À Paris.

22 septembre 2018 à 17:45
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT DAHERON
Breton (et fier de l'être) exilé dans le nord pour mes études de journalisme.
Vincent Daheron
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
19 octobre - 03h45
NBA Extra
19 octobre - 04h30
Portland Trail Blazers
Los Angeles Lakers
19 octobre - 09h15
Houston Rockets
New Orleans Pelicans
19 octobre - 11h00
Portland Trail Blazers
Los Angeles Lakers
19 octobre - 12h45
NBA Extra
Coaching