JEEP ÉLITE

ITW YANNICK BOKOLO : "J'AI ENVIE DE GAGNER UN TITRE AVEC L'ÉLAN BÉARNAIS"

Crédit photo : Sébastien Grasset

Avant la Leaders Cup, le vétéran de l'Elan Béarnais Yannick Bokolo s'exprime sur sa saison.

Du haut de ses 33 ans et de ses 92 sélections en équipe de France, Yannick Bokolo (1,91 m, 33 ans) fait partie des joueurs incontournables du championnat. L'occasion pour BeBasket, à l'approche de la Leaders Cup, de faire un point avec lui sur ce début de saison réussi avec l'Élan Béarnais Pau-Lacq-Orthez.

 

Vous vous êtes fait peur dimanche à Chalon-sur-Saône, sur le retour de l'Elan en fin de match (de 69-78 à 78 partout) ?

Peur, non, car on savait que cela allait être un match compliqué. Chalon est une équipe capable de beaucoup scorer en peu de temps, on voulait garder cet écart le plus longtemps possible afin de resister à cette éventualité. Sur la dernière action, nous n'avons pas paniqué et avons su trouver la bonne solution de passe pour un tir ouvert. C'est ce qui nous a permis de remporter cette 14e victoire.

Ce succès permet de conforter cette deuxième place à une victoire de l'ASVEL et de conserver deux longueurs d'avance sur Dijon. Deux équipes sur qui vous avez le point-average.

Oui, cela nous permet de garder l'écart avec la JDA Dijon et d'être très proche de l'ASVEL. Depuis quelques temps, nous sommes attendus partout où nous nous déplaçons. Nous avons bien réagi après la défaite à Limoges, nous sommes sur une série de trois victoires et de neuf en dix matchs, nous devons garder ce rythme. Nous continuons de progresser semaine après semaine. Comme je vous l'ai dit prédemment, nous sommes une équipe attendue par nos adversaires. Ces derniers temps, notre capacité d'adaptation en fonction des équipes rencontrées comme la JDA Dijon et Chalon-sur-Saône a été très bonne et c'est grâce à cela que nous avons pu remporter ces matchs. Nous sommes sur la bonne voie. On travaille dur aux entrainements. On doit continuer à travailler pour mieux gérer nos fins de matchs. Cette capacité d'adapation, ajoutée à la statégie mise en place par le staff, font que pour le moment notre alchimie est excellente et les résultats suivent.

Personnellement, vous entamez votre 16e saison en Jeep ÉLITE mais votre temps de jeu est moindre cette saison dorénavant : un peu plus de 11 minutes par match.

Un compétiteur aimerait toujours jouer plus, mais avec l'expérience, il faut être capable de s'adapter à la situation. Je sais que je peux continuer à apporter à l'équipe et au groupe sur et en dehors du terrain. J'ai envie de gagner un titre avec l'Élan et s'il faut passer par des concessions comme celle-ci, cela ne me pose aucun problème.

Quelles sont les attentes de vos dirigeants pour cette saison ?

En début de saison, les dirigeants nous ont donné comme objectif de faire mieux que la saison passée (8e de la saison régulière, éliminé en deux manches par Monaco en quart de finale des playoffs, NDLR). Pour le moment, nous sommes sur la bonne voie. On doit aller en playoffs avec la meilleure place à l'issue de la saison régulière pour recevoir un maximum au Palais. On s'est raté avec la Coupe de France (éliminé à domicile par l'Élan Chalon, ndlr), mais il reste le championnat et la Leaders Cup. Les dirigeants sont revenus nous voir pour nous féliciter de cette première partie de saison, sur le jeu pratiqué. Le Palais des Sports fait de plus en plus le plein à chaque match. On peut dire que tous les voyants sont au vert.

Et du coup, vous faites partie des favoris pour la Leaders Cup qui se déroule ce week-end.

La Leaders Cup est une compétition à part. Elle peut permettre à des joueurs, à une équipe de se révéler. Tout le monde est à craindre, il ne faudra pas se relâcher, quelque soit l'adversaire en face de nous. Avec trois matchs en trois jours, c'est un format de compétition assez dense. J'ai déjà remporté ce trophée (en 2013 avec Gravelines-Dunkerque, de même que les éditions 2006 et 2011 de la Semaine des As avec Le Mans et le BCM, NDLR), c'est quelque chose de magnifique. J'ai envie de regoûter à cette sensation. Gagner avec l'Élan, ce serait super et on fera tout pour y arriver.  

12 février 2019 à 12:00
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
FRÉDÉRIC DUSSIDOUR
Quelque part entre Messina, Navarro, Maravich et Viator.
Frédéric Dussidour
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching