JEEP ÉLITE

JULIEN ESPINOSA : "ON N'A PAS RÉUSSI À FAIRE LA SÉRIE QUI NOUS FERAIT TANT DE BIEN"

Julien Espinosa Antibes 201819 Sébastien Grasset 4
Crédit photo : Sébastien Grasset

Julien Espinosa est motivé pour remplir la mission maintien d'Antibes.

Avec 4 victoires en 20 matchs, Antibes est actuellement dernier de Jeep ELITE, avec 2 victoires de retard sur le premier non-relégable, Le Portel. La saison a été compliquée pour les Sharks jusqu'ici mais ceux-ci se sont renforcés petit à petit et ont récemment battu l'ESSM à la maison. Julien Esponisa n'est pas du genre à s'appitoyer sur son sort et se veut enthousiaste et motivé pour la suite. L'entraîneur des Sharks fait le point sur France Bleu Azur, au micro de Vivien Seiller.

"Il nous reste 14 finales à jouer. 14 matchs à aborder comme des sortes de playoffs, ce qu'on a du faire pour monter en Jeep ELITE - en Pro A à l'époque -, il faut le faire pour y rester. Il faut gagner 2 matchs de plus que nos adversaires direct. On s'est renforcé, l'équipe est plus solide, plus équilibrée. On a un axe 1-5 qui est sécurisé. On a des joueurs autour qui ont des opportunités de produire des performances. On a les clés en main pour être efficaces.

On n'a pas réussi à faire la série qui nous ferait tant de bien au niveau de la confiance. Par contre, on a enclenché quelques performances positives. On est encore convalescent, on est encore irrégulier dans nos performances. Il faut absolument mettre fin à cette irrégularité. Chose que nous ne faisions pas avant, on a la capacité à fournir des performances. On l'a fait à six reprises, on a gagné quatre fois. Il faut le faire plus régulièrement pour se maintenir.

Il faut qu'on soit à la hauteur de la culture de réussite et de résultats que le club a eu par le passé, même si c'était il y a longtemps. En tout cas on est remonté en Jeep ELITE et on n'y est pas remonté pour se positionner comme des victimes."

Pendant la trêve, Antibes n'a pas pu travailler aussi bien que d'autres clubs puisque Viktor Gaddefors (Suède, comme l'assistant-coach Kenny Grant), Aigars Skele (Lettonie) ou encore Max Kouguère (République centrafricaine) et Paul Rigot (stage à Voiron en équipe de France 3x3) ont manqué la dernière semaine (ou une partie) d'entraînement.

"Heureusement, on a un centre de formation qui tourne, qui nous fournit des jeunes joueurs. On peut les intégrer au quotidien. Après ça reste des oppositions déséquilibrées si on se contente des oppositions entre joueurs professionnels et du centre de formation, parce qu'ils ont encore pas mal de chemin à parcourir pour rejoindre ce niveau-là. Donc on est allé jouer un match amical contre Turin pour garder l'esprit de compétition."

Malgré cette saison très difficile, Julien Espinosa demande de la sérénité, alors qu'une partie du public se montre critique sur le club.

"Ca fait quatre ans qu'on est en Jeep ELITE dans une situation compliquée, difficile à vivre au quotidien. Mais cela fait quatre ans qu'on réussit parce qu'on a toujours réussi à ne pas paniquer. J'aimerais que ça dure. J'aimerais qu'on reste le club qui ne panique pas, qu'il sait où il en est, qui met en avant les solutions."

La totalité de ce riche entretien est à écouter en cliquant sur le lien du tweet suivant :

25 février 2019 à 12:44
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.