JEEP ÉLITE

LA CHORALE DE ROANNE CONDAMNE LE COMPORTEMENT DE JUSTIN CARTER, LE JOUEUR S'EXCUSE

Crédit photo : Jules Roche

L'arrière roannais a distribué quatre coups de poing à Cheikh Mbodj et Léopold Cavaliere. Il risque de grosses sanctions, non seulement de la part de la LNB mais aussi de son club.

Quelle soirée catastrophe pour la Chorale... Alors que le club ligérien pouvait capitaliser sur ses deux succès de rang (contre Le Mans et à Dijon) en enfonçant un adversaire direct, les joueurs de Maxime Boire ont été surpris à domicile par l'Élan Béarnais (97-100). En plus de cela, Roanne risque fort de perdre son leader supposé pour un long moment : Justin Carter.

Certes irrégulier, mais précieux depuis le début de saison (12,2 points à 41%, 4,5 rebonds et 2,1 passes décisives), l'arrière aux 22 apparitions en EuroLeague (14 avec Galatasaray en 2014/15 et 8 avec Izmir la saison suivante) a perdu toute lucidité dans le troisième quart-temps. Victime d'un coup de coude, intentionnel ou non, de Cheikh Mbodj, l'ancien joueur du Khimki Moscou a violemment frappé le pivot béarnais au visage, avant d'asséner deux nouveaux coups de poing à Leo Cavaliere, venu défendre son coéquipier.

Selon L'Équipe, il est d'ores et déjà suspendu par la LNB, en attendant la décision de la commission de discipline, et son comportement a été publiquement condamné par son employeur ce dimanche matin.

"La Chorale Roanne Basket déplore et condamne les incidents graves qui se sont produits sur le parquet samedi soir lors de la réception de l’Élan Béarnais à l’occasion de la 11e journée de Jeep® ÉLITE. Quelles que soient les circonstances ayant entraîné la réaction de Justin Carter, le club ne peut accepter une telle attitude qui n’est pas en accord avec les valeurs du sport. La direction de la Chorale regrette d’autant plus ce comportement qu’il émane d’un joueur leader du groupe de part son expérience. Dans l’attente des sanctions à venir, les dirigeants réfléchissent aux suites à donner à cette échauffourée qui nuit fortement à l’image du club et au spectacle proposé à la Halle André-Vacheresse."

Après une nuit que l'on imagine agitée, Justin Carter a pris la plume sur le réseau social Instagram pour faire amende honorable, vraisemblablement guidé par les bons conseils de son agent David Pick qui s'est empêché de republier le texte de son poulain sur son profil...

"Je veux m'excuser auprès de mon club, la Chorale de Roanne, ses dirigeants, le staff et mes coéquipiers pour ce qui s'est passé hier soir. J'ai 32 ans, j'ai joué dans 10 pays différents et je n'avais jamais été expulsé de ma vie. Ceci n'est pas le vrai Justin Carter. Je me protégeais simplement et je suis désolé de la façon dont les choses se sont envenimées. Je veux également m'excuser auprès de la LNB, Pau-Orthez, Cheikh Mbodj et ma famille pour ma réaction. Je vous promets que cela n'arrivera plus jamais.

Il y a fort à parier que ces jolis mots ne suffiront pas à lui éviter une lourde sanction. Lors de la dernière bagarre d'envergure en LNB (Paris-Levallois - Gravelines en 2013/14), Jawad Williams avait écopé de trois mois et demi de suspension pour son étranglement sur John Holland, tandis que pour des comportements plus similaires (coups de poing), Daniel Ewing et Yannick Bokolo avaient respectivement dû purger six et quatre matchs de suspension.

01 décembre 2019 à 12:51
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.