BETCLIC ÉLITE

LA COLÈRE DE SAVO VUCEVIC : "MAINTENANT, JE VAIS DEVENIR TRÈS MÉCHANT"

Crédit photo : Guilherme Amorin

Le manque d'intensité de son équipe, battue à domicile par Boulazac, a grandement mécontenté l'entraîneur de la JL Bourg.

À force, cela va finir par ressembler à la saison des opportunités manquées pour Bourg-en-Bresse. Après Cholet (76-77) et Levallois (79-82), l'équipe burgienne s'est une nouvelle fois inclinée à domicile, une nouvelle fois de peu (89-91) et une nouvelle fois contre un adversaire à sa portée, Boulazac.

Empêtrée dans la défense de zone et le faux-rythme imprimé par le BBD, la JL Bourg n'a pas réussi à exister défensivement, incapable notamment de stopper Quincy Diggs (22 points à 7/10, 9 rebonds et 7 passes décisives pour 33 d'évaluation) malgré un intense scouting vidéo au cours de la semaine. De quoi susciter la colère de l'entraîneur Savo Vucevic, absolument furieux devant le laxisme, le manque d'agressivité et l'apathie défensive de ses hommes.

"J'ai certains joueurs qui ne peuvent pas distinguer le côté gauche du côté droit", peste le technicien monténégrin. "Boulazac a un joueur qui fait 90% de ses actions de pénétration côté gauche. Pourtant, tout le monde était prévenu, nous avons regardé les vidéos et je ne sais pas combien de fois je l'ai redit pendant la rencontre. [...] Ce match, on l'a perdu en défense. Il y a des joueurs qui ne défendent pas. On fait n'importe quoi en attaque : une passe, un shoot. Derrière, on ne revient pas en défense, on défend mal, on leur laisse deux ou trois chances avec les rebonds offensifs : bien sûr qu'ils vont prendre confiance en face, ce sont des bons joueurs ! [...] J'ai réclamé que l'on n'encaisse que 65 - 70 points. On en a pris 91, à domicile ! Bien sûr qu'ils vont mettre leurs tirs quand tu marches, quand tu ne mets aucune énergie ni agressivité."

Relegués jusqu'à 16 longueurs derrière Boulazac (44-60, 26e minute), les Bressans ont été en dessous de tout pendant 35 minutes, avant de tenter un retour désespéré dans le sillage des tirs impossibles de Garrett Sim (22 points). Pas vraiment suffisant pour que le meneur américain trouve grâce aux yeux de son coach, qui n'a voulu sauver que Zachery Peacock (29 points à 9/15 et 7 rebonds), et encore moins pour réussir à décrocher une septième victoire. Vraiment problématique à l'heure d'enchaîner avec un trio terrifiant avant la trêve du Nouvel An : le derby à Villeurbanne, la réception de Strasbourg et un déplacement à Limoges.

"On a eu le courage de revenir, c'est bien. Mais ça ne suffit pas de jouer cinq minutes ! On a Zack qui met 30 points (29, ndlr), Garrett qui fait des choses offensivement, mais deux joueurs ne suffisent pas ! Il y a beaucoup de joueurs qui dorment, qui ne savent ce qu'est leur gauche ou leur droite ! Je suis désolé mais je ne peux pas prendre la responsabilité pour tout le monde. J'ai instauré ici quelque chose qui s'appelle le "Nous" mais je ne veux pas que certains se cachent derrière. Moi, je vais commencer à donner des noms. Des matchs comme celui-ci, tout le monde voit la vérité. Est-ce qu'on gagne des duels en un-contre-un ? Non ! Est-ce qu'on gagne en attaque ? Non ! Sauf Zack ! Qui gagne un un-contre-un en attaque ? Zack ! Qui gagne en défense ? Zack ! Qui perd en défense ? Tous les autres ! Qui perd en attaque ? Tous les autres ! On se cache derrière le "Nous".  J'en ai marre des gars comme ça qui... (il ne finit pas sa phrase, ndlr). [...] C'est très beau ici, ils sont tous gentils. Maintenant, croyez-moi, je vais devenir très méchant et ça va passer ou ça va casser ! Certains marchent d'un match à l'autre, je ne vais pas attendre une réaction. Je m'en fous de la réaction. On est ou on n'est pas."

Certains joueurs pourront se sentir plus concernés que d'autre : on peut notamment penser à Chase Simon, loin du niveau attendu (4 d'évaluation, 4,5 en moyenne lors des  quatre derniers matchs), à Gilvydas Biruta qui n'a jamais réussi à confirmer son coup d'éclat contre l'A.S. Monaco (0 point en 11 minutes) ou à Youssou Ndoye, spectateur en première mi-temps.

Après le buzzer final, Savo Vucevic n'a rien voulu dire à ses joueurs. Mais ce lundi, le retour à l'entraînement promet d'être salé pour les joueurs burgiens. Et encore plus pour tous ceux qui ne s'appellent pas Zachery Peacock...

À Bourg-en-Bresse,

11 décembre 2017 à 07:56
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.