JEEP ÉLITE

LA COURSE AU MVP : UN DUEL PEACOCK - ROBINSON, LABEYRIE EN EMBUSCADE

Gerald Robinson et Zachery Peacock
Crédit photo : Sébastien Grasset et Guilherme Amorin

All-Star break, mi-saison en approche : l'occasion de nous pencher sur les prétendants au titre de meilleur joueur du championnat. Qui succèdera à D.J. Cooper ?

Alors que débute la trêve en Pro A, et que 15 journées se sont déjà déroulées, BeBasket fait le point sur les candidats au titre de MVP de l’année. Pour l’instant, c’est un trio qui se dégage. Pour la première place, c’est très serré entre Zachery Peacock, dont le talent est l’une des grandes raisons de l’excellent parcours de Bourg, et Gerald Robinson, meilleur joueur de la meilleure équipe du championnat. Petit avantage en premier, tant sa domination est frappante. Louis Labeyrie est pour l’instant troisième, mais en cas de très bon parcours de Strasbourg en deuxième partie de saison, l’international tricolore pourrait bien ravir le titre.

  • 1. Zachery Peacock - Bourg-en-Bresse
    Poste 4 - 2,03 m, 30 ans

Statistiques : 21,8 points à 57% (dont 51% à 3-points), 5,9 rebonds, 5,2 fautes provoquées, 21,9 d'évaluation en 32 minutes.
Bilan collectif : 8e avec 8 victoires pour 7 défaites.

Un monstre. On se demandait si l’intérieur, MVP si dominant en Pro B, pouvait rééditer ses performances à l’échelon supérieur. Qui doute encore de la réponse ? Après un très bon premier passage avec Cholet en 2014-15, Zack Peacock est en train de marcher sur la Pro A pour sa deuxième saison au plus haut niveau hexagonal. Meilleur marqueur du championnat avec presque 22 points, il a quatre longueurs d’avance sur Klemen Prepelic, son premier poursuivant. Incroyable de régularité, il a franchi la barre des 20 points à 12 reprises en 15 rencontres. Présent dans les grands rendez-vous, il a été déterminant dans les victoires de prestige décrochées contre Monaco, Villeurbanne et Strasbourg (25 d'évaluation en moyenne sur ces trois rencontres). Et pour ne rien gâcher, l'ancien Boulonnais est un féroce défenseur. Si le promu bressan est la surprise de ce début de saison, c'est en très grande partie grâce à ses performances. Peacock, à qui nous consacrions un long portrait récemment, pourrait être le premier joueur à enchaîner le titre de MVP de Pro B avec celui de Pro A. Néanmoins, pour cela, il faudra sûrement que la JL accroche les playoffs. Mais à chaque règle son exception : Austin Nichols fut bien MVP de Pro A en 2009, alors que Hyères-Toulon avait terminé 11e du championnat.

  • 2. Gerald Robinson - Monaco
    Poste 2 - 1,85 m, 28 ans

Statistiques : 17,2 points à 57% (dont 48% à 3-points) et 93% aux lancers francs, 3,5 passes décisives, 2,3 rebonds, 17,6 d'évaluation en 26 minutes.
Bilan collectif : 1er avec 12 victoires pour 3 défaites.

Indispensable. Après un départ poussif (9,3 points lors de ses trois premières sorties), il est monté en puissance petit à petit. Depuis fin octobre, il est même inarrêtable. Sur les 9 dernières rencontres, il tourne à 20,8 points de moyenne et Monaco n’a perdu qu’une fois. Scoreur élégant au premier pas dévastateur, il est le meilleur joueur de la meilleure équipe du championnat. Un argument imparable en soi, et qui deviendra réellement irréfutable si le natif de Nashville parvient à maintenir ce rythme. Sans ces six premières journées conclues à 11,8 points de moyenne, il serait sûrement premier à l'heure actuelle. Alors qu’on annonçait la Roca Team moins clinquante et moins performante que la saison passée, elle domine toujours autant, et l’ancien joueur de Nanterre y est pour beaucoup. Incroyable d'adresse pour un arrière, il détient le meilleur taux de réussite aux lancers francs du championnat. Monaco reste sur 10 victoires consécutives toutes compétitions confondues et semble se diriger vers la première place de la saison régulière pour la 3e année de suite. Avant d’enfin concrétiser en playoffs ? Si Robinson maintient un tel niveau, la Roca Team pourrait enfin franchir la marche qui la sépare du titre. Le scoreur en est en tout cas convaincu, l’ASM a l’équipe pour être champion.

  • 3. Louis Labeyrie - Strasbourg
    Poste 4 - 2,08 m, 25 ans

Statistiques : 14,8 points à 65% et 64% aux lancers francs, 8,3 rebonds, 1,7 passe décisive, 20,5 d'évaluation en 32 minutes.
Bilan collectif : 5e avec 9 victoires pour 6 défaites.

Nouvelle dimension. Devenu l’un des joueurs majeurs de Pro A avec Levallois la saison dernière, Louis Labeyrie est en train d’exploser. Dans l’une des grosses écuries du championnat, il a progressé dans tous les compartiments du jeu, et forme avec Miro Bilan une paire d’intérieurs redoutable. Connu pour son énergie, ses qualités de rebondeur et ses bonnes mains près du cercle, il continue de développer son tir extérieur. Très efficace à 4-5 mètres, il est aussi une menace réelle à 3-points (11/19). De quoi donner des cauchemars aux défenses, qu’il peut punir de près comme de loin. Il ne force rien, joue juste, jusque dans sa manière appliquée de poser les écrans. Régulier, capable de sorties à plus de 30 d’éval (deux fois déjà), quatre double-doubles au compteur, on a envie de le voir se frotter aux raquettes d'Euroleague. Si Strasbourg parvient à aller chatouiller Monaco au classement, Labeyrie sera un sérieux prétendant au titre de MVP. 

On ne les oublie pas : Boris Diaw, troisième à l'évaluation et si important pour Levallois, et Trae Golden, scoreur féroce du Portel et MVP du mois de novembre. Mais les deux souffrent d'un bilan collectif bien trop insuffisant pour entrer dans la discussion.

 

28 décembre 2017 à 12:15
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching