JEEP ÉLITE

LA JL BOURG DOMINE UNE ÉQUIPE DU PORTEL TOUJOURS AUSSI INOFFENSIVE À L'EXTÉRIEUR (101-72)

Crédit photo : Jacques Cormarèche

Disputée à un horaire inhabituel (13h45), en raison de la présence des caméras de France 3, la rencontre entre Bourg-en-Bresse et Le Portel n'a pas donné lieu à un grand suspense. La Jeu s'est facilement imposée (101-72) et reprend sa marche en avant.

Plus de 2 500 kilomètres à faire en une semaine. Et, pour l'instant, déjà 51 points dans la musette pour Le Portel. -22 à Pau mardi (68-90), -29 à Bourg-en-Bresse cet après-midi (72-101), les valises sont lourdes avant le rendez-vous crucial à Nanterre dans trois jours. « Dans l'optique du maintien, on sait que c'est le match le plus important de notre road-trip », prévient Éric Girard. Et les voyages, l'ESSM déteste cela. Hormis une occasion manquée à Reims mi-mars (82-88), les Stellistes n'ont jamais été en position de gagner une seule rencontre en déplacement depuis la fin du mois d'octobre et enchaînent les corrections loin de leur Chaudron fétiche. « On n'arrive pas à voyager », relève Boris Dallo, avec une pointe de lassitude dans la voix. « Il y a beaucoup de choses à régler, on doit se remettre en question et aller à Nanterre dans un état d'esprit totalement différent. »

39 rebonds à 24 : l'ESSM pas de taille à rivaliser

Il faudra commencer par y aller avec d'autres ambitions défensives. Pendant toute la première mi-temps, Jacky Périgois et Georgi Joseph avaient beau crier, depuis le banc, de mettre la pression sur le porteur de balle, les Bressans ont eu tout le loisir de développer leur jeu comme ils l'entendaient. Dans le match pendant douze minutes (25-24), bien porté par un Mathieu Wojciechowski revanchard pour son retour à Ékinox, Le Portel a explosé en cinq minutes (45-30), sous l'impact du duo Danilo Andjusic (20 points en première mi-temps, 25 au total) - Thomas Scrubb (18 d'évaluation à la pause), pas vraiment aidé non plus par quelques coups de sifflets discutables. « Bourg a un respect exceptionnel du corps arbitral », notait Éric Girard, évidemment non sans ironie. Mais le technicien nordiste savait aussi qu'il n'y avait pas grand chose à faire contre cette JL là, surtout avec autant de contre-performances individuelles. « Nos leaders souffrent un peu en ce moment », admettait-il. Seul Charles Abouo a pu lui apporter un éclair, avec 12 points dans le seul troisième quart-temps, histoire de retarder un peu le naufrage annoncé (de 68-48 à 78-64 entre la 25e et la 30e minute). « Si on avait joué un peu plus avec la tête, avec un peu plus de discipline, on aurait peut-être pu faire meilleure figure », regrettait Éric Girard, qui pourra simplement se réjouir du tir primé du jeune Nadir Hifi (18 ans), pour sa première apparition avec les professionnels.

Le réveil des cadres de la JL

Très décevante mardi à Orléans, la JL Bourg a eu le mérite d'appuyer là où ça faisait mal, à savoir dans la raquette. D'entrée de jeu, Zachery Peacock et Alen Omic ont été gavé de ballons, ont scoré et ont provoqué deux fautes rapides de Georgi Joseph (12-4, 4e minute). Le différentiel aux rebonds fut vertigineux (39-24), soulignant la différence de taille entre les deux équipes. « Ils ont des ailiers plus grands que nos deux pivots », en souriait presque Éric Girard. « Nous avons le roster le plus petit du championnat, ça s'achète les centimètres. »

Sérieuse défensivement, avec une volonté notable de se partager le ballon, la Jeu a aussi pu compter sur de belles performances individuelles de ses cadres, parfois en demi-teinte ces derniers temps. Décisif vendredi dernier contre Chalon, Zachery Peacock a retrouvé son costume de MVP (20 points et 5 rebonds), ne ratant qu'un seul tir (7/8), et encore, corrigeant immédiatement cet échec en allant chiper le ballon dans les mains de Georgi Joseph pour marquer dans la foulée ; Thomas Scrubb a fêté la naissance de son premier enfant par son match référence à la Jeu (13 points, 6 rebonds et 4 passes décisives pour 24 d'évaluation) ; Alen Omic, souvent gêné par les intérieurs sous-dimensionnés de Jeep ÉLITE, a régné sur les débats dans la raquette (14 points et 10 rebonds en 22 minutes). Même Hugo Benitez a su reprendre un peu confiance : souvent scotché sur le banc ces dernières semaines, hors sujet en première mi-temps, il a scoré 13 points dans le seul dernier quart-temps.

Inquiétude pour Miller-McIntyre

Un vrai point de satisfaction pour Savo Vucevic qui a encore perdu un meneur avec la blessure "embêtante" de Codi Miller-McIntyre à la cheville droite tandis que Zack Wright a subi une énième rechute à son mollet.  « On a su imposer notre rythme », résumait le jeune Catalan, qui devrait se rappeler prochainement au bon souvenir du Top 16 de l'EuroCup en assumant les responsabilités de meneur n°1, sachant que CMM est revenu s'installer en tribune avec le pied immobilisé dans une botte. Une accumulation inquiétante de pépins physiques, mais une prestation collective de bon augure, avant un choc de haut de tableau mercredi à Ékinox contre les Metropolitans 92. Le problème, avec cette JL à deux visages, c'est qu'on ne sait jamais vraiment trop à quoi s'attendre, d'un match à l'autre.

À Bourg,

 

 

 

 

 

 

 

01 mai 2021 à 17:08
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.