JEEP ÉLITE

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE DÉVALISÉ CHAQUE ÉTÉ ? PAS VRAIMENT CETTE ANNÉE !

AJ Slaughter ASVEL 201718 Sébastien Grasset 2
Crédit photo : Sébastien Grasset

69% des joueurs qui vont entamer la saison de Jeep ELITE 2018/19 jouaient en France en 2017/18.

50% du Top 10 (5 joueurs) à l'évaluation, 50% du Top 20 (10 joueurs) à l'évaluation, 57% du Top 30 (17 joueurs) à l'évaluation... Alors que le championnat de France de basketball est considéré comme en éternel mouvement, il est temps de se pencher sur les chiffres. Plus de la moitié des 30 meilleurs joueurs de la saison 2017/18 à l'évaluation seront encore en Jeep ELITE en 2018/19. Au total, 69% des joueurs qui vont démarrer la saison 2018/19 évoluaient en France (Jeep ELITE mais aussi Pro B, NM1 et Espoirs) la saison passée. Cependant, seulement 45% des joueurs n'ont pas changé de club cet été.

Les leaders des classements statistiques de la saison passée (points, rebonds, passes décisives, contres, interceptions, réussite aux tirs, réussite à 3-points, réussite aux lancers francs et évaluation) sont tous restés en Jeep ELITE, même s'ils ont parfois changé de club (Yarou, Blassingame, Riley et Alingué).

Des 12 All-Stars Français 2017, seuls 2 sont partis cet été - Elie Okobo (Phoenix, NBA) et Louis Labeyrie (Valence, Espagne) - et 1 a a priori pris sa retraite (Boris Diaw). Paul Lacombe (Monaco), William Howard (Limoges), Benjamin Sene (Gravelines-Dunkerque), Jeremy Nzeulie (de Chalon-sur-Saône à Strasbourg), Charles Kahudi (Lyon-Villeurbanne), Amara Sy (Monaco), Alain Koffi (de Pau-Lacq-Orthez à Gravelines-Dunkerque), Amine Noua (Lyon-Villeurbanne) et Youssoupha Fall (du Mans à Strasbourg) sont toujours en Jeep ELITE. Chez les étrangers, le taux de reconduction est moins fort (5 joueurs sur 12). Gerald Robinson (Monaco), Tim Blue (Antibes), Zachery Peacock (Bourg-en-Bresse), Raymond Cowels (de Hyères-Toulon à Boulazac) et Miro Bilan (de Strasbourg à l'ASVEL) sont restés au contraire de John Roberson (de l'ASVEL à Krasnoïarsk), David Logan (Strasbourg, sans club), Zack Wright (Strasbourg, sans club), Kenny Hayes (de Limoges à Büyükçekmece), Klemen Prepelic (de Levallois au Real Madrid), Trae Golden (du Portel à l'Avtodor Saratov) et D.J. Stephens (du Mans à une franchise NBA). En 2017 déjà, 10 des 12 All-Stars français étaient restés en France et 6 des All-Stars étrangers avaient également rempilé.

Parmi les joueurs qui ont quitté le championnat, seulement cinq sont devenus inaccessibles (sportivement et/ou financièrement) pour les clubs français : Elie Okobo, Louis Labeyrie, Nate Wolters, Klemen Prepelic et D.J. Stephens. D'autres auraient pu être conservés (Martin Hermannsson, Frank Hassel, Justin Cobbs, Chris Johnson, Dee Bost) mais les clubs du championnat de France ont estimé qu'il y avait mieux pour utiliser leurs "grosses" enveloppes financières.

Les joueurs qui n'ont pas changé de club (45%) :

  • Antibes : 5 joueurs sur 10
  • Boulazac : 3 sur 11
  • JL Bourg : 4 sur 10
  • Elan Chalon : 5 sur 9 (dont Assane Ndoye, retour de prêt)
  • Châlons-Reims : 3 sur 10
  • Cholet : 3 sur 10
  • Dijon : 4 sur 9
  • Fos : 9 sur 12
  • Gravelines-Dunkerque : 3 sur 9
  • Le Mans : 4 sur 9 (dont Petr Cornelie, retour de prêt)
  • Le Portel : 4 sur 10
  • Levallois : 4 sur 11
  • Limoges : 5 sur 10
  • ASVEL : 9 sur 12
  • Monaco : 8 sur 12
  • Nanterre : 3 sur 10
  • Elan Béarnais : 5 sur 11
  • Strasbourg : 2 sur 10

Les joueurs qui étaient en France en 2017/18 (69%) :

  • Antibes : 7 joueurs sur 10
  • Boulazac : 7 sur 11
  • JL Bourg : 8 sur 10
  • Elan Chalon : 7 sur 9
  • Châlons-Reims : 4 sur 10
  • Cholet : 5 sur 10
  • Dijon : 9 sur 9
  • Fos : 10 sur 12
  • Gravelines-Dunkerque : 6 sur 9
  • Le Mans : 5 sur 9
  • Le Portel : 5 sur 10
  • Levallois : 8 sur 11
  • Limoges : 7 sur 10
  • ASVEL : 10 sur 12
  • Monaco : 9 sur 12 (dont Rémi Barry)
  • Nanterre : 6 sur 10 (dont Julius Gamble, Morin non comptabilisé)
  • Elan Béarnais : 8 sur 11
  • Strasbourg : 7 sur 10 (Traoré et Alingué ne comptent que pour 1)

Reste à comparer ces chiffres avec ceux des autres championnats européens. En Liga Endesa, la première division espagnole, le phénomène est semblable comme on peut le constater sur ce tableau des transferts tenu par Solobasket. Comme les gros clubs français (ASVEL, Monaco et même Limoges), les grosses formations (Real Madrid, Vitoria, Valence, Barcelone) sont moins sujettes aux multiples changements.

L'autre comparaison à faire est celle avec les années précédentes. A l'été 2017, le meilleur marqueur, rebondeur, contreur et n°1 à l'évaluation Moustapha Fall est parti en Turquie. Les autres leaders leaders statistiques sont eux restés. Si l'on remonte dans le temps, on constate que le renouvellement était plus fort il y a quelques années (comme ci-dessous après la saison 2015/16) parmi les leaders statistiques. Les MVP de la saison s'en allaient quasi-systématiquement alors que D.J. Cooper et Zachery Peacoch, les deux derniers MVP de Jeep ELITE, sont restés.

Si la soit-disant forte modification annuelle des effectifs est régulièrement incluse parmi les difficultés d'identification des fans français de basketball aux équipes françaises, certains diront en revanche que le manque de renouvellement - 31% de joueurs arrivent d'un championnat étranger cet été, certains d'entre eux ont même déjà joué en France - est due à la frilosité des coachs français en matière de recrutement. En effet, certains techniciens préfèrent signer des joueurs déjà vus en France afin de s'assurer de leur adaptabilité aux spécificités du championnat de France.

Toujours est-il que la saison 2018/19 de Jeep ELITE sera lancée avec de nombreuses têtes connues par les amateurs de basketball français. Et on l'espère un jour par un public un peu plus large.

29 aout 2018 à 14:21
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
16 novembre - 01h15
NBA Extra
16 novembre - 02h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 09h15
Minnesota Timberwolves
New Orleans Pelicans
16 novembre - 11h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 12h45
NBA Extra
Coaching