BETCLIC ÉLITE

LE DÉPIT DE SAVO VUCEVIC : "LES JOUEURS SONT AILLEURS, TOUS ENTIÈREMENT TOURNÉS VERS LA SAISON PROCHAINE"

Crédit photo : Christelle Gouttefarde

Excédé par le comportement de ses joueurs contre Limoges dimanche après-midi, Savo Vucevic a eu des mots forts à leur encontre. L'entraîneur de la JL Bourg veut placer son équipe face à ses responsabilités.

Si l'on se fie à l'histoire, voir Limoges s'imposer à Bourg-en-Bresse n'a rien de surprenant. Depuis 1997, le CSP est venu à 13 reprises dans l'Ain et l'a emporté 9 fois, dont un joli 6/7 en Pro A / Jeep ÉLITE. Le club champion d'Europe 1993 y a même validé une montée en première division, en 2012, et a causé nombre de misères à la JL au fil des années, la privant d'une accession (en 2008, mais à Beaublanc), la renvoyant en Pro B (en 2015) ou lui fermant la porte des playoffs au nez (en 2019). Et cette année, s'il est encore trop tôt pour parler d'éventuelles conséquences mathématiques, le succès limougeaud à Ékinox (69-66) pourrait bien faire date dans la saison bressane.

De plus en plus frustré par les résultats et l'attitude de son groupe depuis un mois, Savo Vucevic s'est livré à une diatribe inhabituelle, venant de lui, en conférence de presse. Certes souvent (et logiquement) apparu agacé après les diverses défaites évitables de son mandat à la tête de la JL (depuis 2016), l'ancien entraîneur de Bondy s'était rarement montré aussi offensif en conférence de presse, lui qui est d'ordinaire toujours désireux de protéger ses joueurs, comme la semaine dernière au micro de Radio Scoop : « Les gens peuvent m'attaquer mais je ne les laisse pas attaquer les joueurs, car ce qu'ils font dans les conditions actuelles est extraordinaire. » Mais cette fois, Savo Vucevic a sifflé la fin de la récréation et a choisi de les placer publiquement face à leurs responsabilités.

« Limoges mérite entièrement sa victoire mais si on avait eu un minimum de concentration et d'envie de jouer ensemble, on gagnait ce match. Malheureusement, on ne joue plus en équipe. Toute la soirée, on ne fait pas de passe, c'était un shoot ou une bêtise. On est à 15% à trois points et on continue de shooter, qu'est-ce qu'on peut faire ? Quand vous voyez qu'une chose ne marche pas, il faut changer. Je prends un temps-mort, je leur dis de changer et non, on refait la même chose. Qu'est-ce que vous voulez ? C'est comme ça, ils veulent jouer chacun pour eux... Ce basket et cet état d'esprit, c'est bon pour le maintien. Les joueurs pensent qu'ils sont toujours en EuroCup mais non. Je ne veux pas mettre tous les joueurs dans le même panier mais je ne veux pas toujours les protéger. C'est malheureux mais depuis un mois, on n'a plus d'équipe, on n'a plus d'esprit. »

Puisqu'il est aisé de faire des raccourcis, la mauvaise série de la JL Bourg, vaincue à cinq reprises lors de ses sept dernières sorties, coïncide avec l'annonce de l'arrivée de Laurent Legname. L'équipe savait pourtant depuis un bon mois auparavant que Savo Vucevic ne serait pas renouvelé et cela n'avait pas entraîné de mauvais résultats pour autant. Il serait ainsi un peu hâtif de tout mettre sur le dos de cette officialisation. Le club burgien a toujours défendu le timing de cette annonce en mettant en avant le désir de transparence mais il est indéniable que les résultats ne sont pas au rendez-vous depuis, que cela soit lié ou non. Après avoir déjà dit la semaine dernière que « le fait que la JL ait deux coachs ait pu perturber les joueurs », le natif de Bar a regretté, de manière véhémente, que ses ouailles aient déjà tous la tête tournée vers le futur. Soit vers la saison prochaine à Bourg avec Laurent Legname, soit vers les tournois qualificatifs pour les Jeux Olympiques, soit vers l'EuroLeague, soit ailleurs... Alors qu'il reste pratiquement encore la moitié du championnat à disputer, et des playoffs à (enfin) décrocher afin de tenir les objectifs du club.

« Ce n'est pas normal que je sois le gars qui dépense le plus d'énergie. Croyez-moi, je n'ai pas besoin de ça, je ne risque rien. Même s'il ne me reste que deux mois ici, je veux gagner, je veux rester un vainqueur. Mais je ne veux pas perdre ma santé pour ces joueurs, s'ils me le rendent comme ça. Alors que pour le club, oui ! Tous les joueurs sont déjà entièrement tournés vers la saison prochaine. 100% des joueurs, même ceux qui vont rester là. Ils sont ailleurs, en train de chercher où ils vont jouer après. On ne peut pas continuer comme ça, on va se ridiculiser sinon. J'essaye de les aider mais ils risquent plus que moi pour leurs carrières, je crois qu'ils n'en sont pas conscients. Il faut qu'on termine cette saison d'abord. »

« Si l'on doit en revenir à Hugo Benitez meneur titulaire... »

Beaucoup plus cohérente défensivement que ces derniers temps, la JL Bourg a pêché par ce qui fait sa force habituellement : le tir à trois points. Équipe la plus adroite du championnat de loin (40%), la Jeu s'est cette fois contentée d'un horrible 5/31 derrière la ligne des 6,75 mètres. Sans pour autant sembler s'évertuer à chercher d'autres solutions, tel un Alen Omic en point de fixation inutilisé à l'intérieur, symbole de l'individualisme prégnant hier à Ékinox et des lacunes bressanes au poste 1. Zack Wright est certes excellent quand il joue, mais il rate un match sur trois (24 rencontres disputées sur 36), la faute à une succession de petites blessures. Derrière lui, en première partie de saison, Kadeem Allen semblait progressivement monter en puissance mais a choisi de faire désertion début janvier, remplacé deux mois après Codi Miller-McIntyre, excellent athlète mais qui ne cesse de dévoiler ses limites sur jeu placé. Enfin, placé sous les feux des projecteurs en janvier, Hugo Benitez a été la victime collatérale de l'arrivée de CMM, relégué au fin fond de la rotation (seulement 19 minutes disputées en six rencontres), avant de refaire son apparition pour gérer le money-time face à Limoges. Un vrai casse-tête pour Savo Vucevic (qui a bien essayé l'option Luka Asceric au poste 1, loin d'être un succès), et qui se rend compte que son équipe manque cruellement de maîtrise et devient beaucoup trop dépendante du fragile physique de Zack Wright.

« On a joué sans un vrai meneur tout au long de la saison. Je suis désolé mais ce gamin, Miller-McIntyre, on a bien vu qu'il ne savait pas quoi faire. Il s'éteint tout seul. On a un problème sur ce poste tellement important depuis le début.On n'a pas quelqu'un capable de contrôler l'équipe et le rythme du match. Qu'est-ce qu'il me reste ? Les gens demandaient pourquoi celui-là ne joue pas (Hugo Benitez) mais il fallait donner du temps de jeu à Miller-McIntyre, même au détriment des résultats. Mais si l'on doit en revenir à Hugo Benitez meneur titulaire, il sera meneur titulaire. Je n'ai pas 36 000 solutions. »

Heureusement, la JL Bourg n'aura pas à attendre une semaine afin de rectifier le tir. Le calendrier surchargé de ces temps-ci lui offre la possibilité de se rattraper dès demain soir, à domicile, face à Cholet Basket, une autre équipe en souffrance. Une occasion idéale pour les joueurs de montrer que le message a bien été entendu.

le-depit-de-savo-vucevic----les-joueurs-sont-ailleurs--tous-entierement-tournes-vers-la-saison-prochaine-1618845596.jpeg
Savo Vucevic hier avec Luka Asceric, l'un des joueurs les plus en difficulté avec 4 points à 1/9
(photo : Jacques Cormarèche)

À Bourg-en-Bresse,

19 avril 2021 à 16:26
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.