JEEP ÉLITE

LE TOP 16 DES JOUEURS ESPOIRS À SUIVRE EN JEEP ELITE POUR LA SAISON 2018/19

Killian Hayes Cholet Basket 201718 Sébastien Grasset
Crédit photo : Sébastien Grasset

Il y aura beaucoup de jeunes joueurs à suivre cette saison en Jeep ELITE.

Ils pourraient encore jouer dans le championnat Espoirs. Nés en 1998 et après, ils vont déjà arpenter les parquets de Jeep ELITE lors de cette saison 2018/19. Ils sont d'ailleurs nombreux cette année ce qui donne une attraction supplémentaire au championnat de France, qui devrait être encore plus suivi à l'étranger, et notamment outre-Atlantique. Voici notre Top 16 des Espoirs (U21) à suivre :

1- Killian Hayes (1,96 m, 17 ans) : arrière du Cholet Basket

Après avoir été élu MVP du championnat Espoirs et avoir fait quelques apparitions remarquées en Jeep ELITE en fin de saison passée, Killian Hayes sera largement responsabilisé dès ses 17 ans par son club formateur, le Cholet Basket. L'effectif professionnel ne comptant que trois joueurs sur les lignes arrières (McKee, Ndoye et lui même), il aura un vrai rôle et devrait être suivi par des scouts NBA à chaque rencontre. Il devra progresser physiquement, ce qui lui permettra de passer un cap en défense, là où il doit le plus vite avancer pour être déjà très opérationnel pour le monde professionnel. Attention, il a vécu une préparation difficile avec plusieurs pépins physiques.

2- Digué Diawara (2,07 m, 19 ans) : ailier de l'Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez

C'est un potentiel souvent oublié mais pourtant, ses mensurations et qualités athlétiques sont très intéressantes pour un poste 3. Long, rapide, explosif, il est également doué balle en main. Alors qu'auparavant il était surtout efficient sur le tir en réception, il s'est développé dans la création même s'il a parfois tendance à prendre trop de tirs contestés en périphérie. Aperçu plusieurs fois à son aise en préparation, il aura un rôle important à l'EBPLO cette saison. Le club espère qu'il sera drafté en fin de saison comme l'a été Elie Okobo en juin dernier.

3- Sékou Doumbouya (2,05 m, 17 ans) : ailier du Limoges CSP

Très gros potentiel pas encore adulte (ce sera le cas fin décembre), le Franco-Guinéen va avoir un peu moins d'espace d'expression que les deux cités ci-dessus qui auront déjà un rôle majeur, d'où le fait qu'il soit troisième de ce Top 16. Il sera cependant pleinement intégré à la rotation limougeaude, lui qui a un connu un rôle similaire à Poitiers lors de sa première saison professionnelle en 2016/17. Plus considéré comme un poste 4 par les scouts NBA interrogés, il doit prouver qu'il peut être aussi à l'aise sur le poste 3 où le basket français veut le placer depuis plusieurs années. Ca passera notamment par une adresse extérieure plus élevée. On s'attend à quelques sorties très prometteuses de sa part mais aussi à plusieurs "matchs sans". Normal, à même pas encore 18 ans.

4- Abdoulaye Ndoye (2,00 m, 20 ans) : arrière du Cholet Basket

Capable d'évoluer sur les postes 1 et 2, ce joueur aux mensurations rares pour un arrière est une arme redoutable en défense. Pour passer un cap, il doit se montrer plus efficace de l'autre côté du parquet. Et donc travailler, travailler, travailler sans relâche sur son tir mais plus globalement sur sa création balle en main et son touché de balle. Comme Hayes (voir plus haut), il bénéficiera de beaucoup d'espace dans la rotation choletaise. Une belle opportunité.

5- Ivan Février (2,04 m, 19 ans) : ailier-fort de Levallois

Le basketball français a du mal à sortir des "stretch 4", pour l'équipe de France mais même les niveaux intermédiaires. Souvent, les postes 4 français de qualité sont des ailiers reconvertis, comme Amara Sy. Et ceux-ci durent pas seulement parce qu'ils sont bons, mais aussi parce qu'ils sont rares. Ivan Février a ce profil de poste 4 fuyant adroit. Et Levallois a cette saison besoin de son profil car l'autre poste 4, Julian Wright, n'est lui pas très adroit de loin et plus capable d'impacter dans la raquette. Reste à savoir si avec la signature d'un autre vrai "stretch 4" - Landing Sané pour un mois - et le fait que Maxime Roos puisse basculer sur le poste 4, Février aura un vrai rôle régulier à jouer.

6- Bathiste Tchouaffé (1,97 m, 20 ans) : arrière de la JL Bourg

A sa sortie du Centre Fédéral, en 2016, Bathiste Tchouaffé a fait le choix de rejoindre Nanterre. Mais pas pour évoluer en Espoirs, où il aurait pu continuer à s'exprimer. Seulement pour jouer avec les professionnels. Mais son rôle n'a pas évolué comme il l'espérait. Il a finalement trouvé une porte de sortie en rejoignant Bourg-en-Bresse qui lui faisait les yeux doux depuis un long moment. Avec la non-utilisation programmée de Daniel Dixon (victime de l'arrivée du meneur Zack Wright), Tchouaffé aura certainement une place importante au poste 2. S'il nous semble plus taillé pour devenir un "3 and D", on attend de voir son développement, notamment dans l'explosivité et la création.

7- Ludovic Beyhurst (1,72 m, 19 ans) : meneur de la SIG Strasbourg

Passé professionnel en début d'été, il sera le back-up de Mike Green à la SIG même si Quentin Serron pourra également jouer à la mène et que Mardy Collins est considéré comme un "point foward" (ailier-meneur). Très "vite" sur tous les déplacements, très fort dans les fondamentaux, ultra intense et dur en défense, il est capable de donner de bonnes minutes au niveau professionnel. Attention à ses blessures régulières cependant. S'il n'est pas trop souvent victime de pépins physiques, il pourra s'affirmer avec les professionnels. Il doit également passer un cap au-niveau de l'adresse extérieure. Capable de marquer, il doit être plus régulier dans ce secteur.

8- Sofiane Briki (1,93 m, 19 ans) : arrière de l'ASVEL

En voilà un, un adroit. Considéré comme un "late bloomer" car longtemps resté "maigrichon", Sofiane Briki commence à prendre du volume physique. Autrement, il "pue" toujours le basket, sur pick & roll où son tir est redoutable. Derrière A.J. Slaughter, il devra d'ailleurs apporter son adresse, l'un des petits manques dans l'effectif bâti par l'ASVEL. On devrait pouvoir compter sur Zvezdan Mitrovic pour le mettre sur le terrain.

9- Théo Malédon (1,91 m, 17 ans) : meneur de l'ASVEL

Doté d'un QI basket largement en avance sur son âge, il s'est également étoffé physiquement. Meneur plutôt grand et assez robuste, il est très "vite" et fort sur sa main droite, ce qui lui vaut toutes les comparaisons avec Tony Parker (au-delà du fait d'être Normand). Reste à gommer quelques défauts : il doit perdre moins de ballons, progresser sur son côté faible (gauche) et devenir pus régulier sur l'adresse extérieure. Reste à savoir quel rôle il aura derrière Mantas Kalnietis et DeMarcus Nelson. Heureusement l'ASVEL a deux matchs par semaine.

10- Mathis Dossou-Yovo (2,05 m, 18 ans) : pivot de l'Elan Chalon

Arrivé du Centre Fédéral cet été, le récent médaillé de bronze à l'EuroBasket U18 masculin a passé l'intégralité de la présaison avec l'effectif professionnel de l'Elan Chalon. Il s'est montré parfois efficace en sortie de banc, comme à Luxeuil où il s'est payé le luxe de terminer MVP grâce à une bonne finale. Très fort dans le combat sous le cercle, il devient de plus en plus adroit à mi-distance. S'il est d'abord prévu qu'il évolue en Espoirs, il pourrait passer devant Etienne Ca (plus en difficulté) comme quatrième intérieur de l'effectif professionnel. Surtout que l'équipe fanion possède quelques manques pour l'instant au rebond et qu'il est justement très présent dans ce secteur, lui qui est déjà physiquement prêt à répondre au combat imposé par les vétérans des raquettes.

11- Malcolm Cazalon (1,95 m, 17 ans) : arrière de la JL Bourg

Signé professionnel par la JL Bourg après deux saisons Espoirs à l'ASVEL, le Ligérien va être au quotidien avec l'équipe professionnelle. Si c'est un véritable athléte, il doit encore construire son corps pour le monde professionnel. Baskettement parlant, il est très talentueux mais doit progresser dans ses choix (sélection de tir notamment). Il n'est pas sûr qu'il soit encore véritablement utilisé de suite. S'il s'entraîne à 100% avec les pros, il devrait d'abord jouer en Espoirs et entrer à l'occasion en Jeep ELITE. Et sans doute de plus en plus régulièrement.

12- Yohan Choupas (1,93 m, 18 ans) : meneur de l'Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez

C'est bien simple : à Pau il y a pour l'instant un meneur visiblement pas prêt (Jerel Blassingame), un poste 2/1 (Yannick Bokolo) et un jeune, Yohan Choupas. De quoi envisager, pour ce dernier, de goûter régulièrement aux matchs de la Jeep ELITE, déjà. Il est habitué aux matchs professionnels pour avoir eu un rôle ses deux dernières années avec l'équipe U18 du Centre Fédéral engagé en Nationale 1 masculine. Il ne semble pas encore prêt à avoir un réel impact en première division mais l'EBPLO n'est pas très pressé le concernant.

13- Lucas Bourhis (1,75 m, 18 ans) : meneur du BCM Gravelines-Dunkerque

Meneur très tonique, audacieux, propre et intense. Il est également adroit. Beaucoup d'atouts même si devant lui il y a Edgar Sosa et Benjamin Sene. Mais Julien Mahé l'a lancé en fin de saison passée et largement également en présaison. Il saura le rappeler s'il estime nécessaire de le faire jouer régulièrement avec les professionnels, et également s'il en a vraiment besoin, notamment en cas de blessure.

16- Quentin Goulmy (2,05 m, 20 ans) : ailier-fort de Strasbourg

La SIG Strasbourg n'a toujours pas trouvé son poste 4 fuyant. C'est précisément son profil, lui le poste 4/3 gaucher, même s'il n'est pas encore trop porté sur l'adresse. Long et mobile, il manque encore de carrure pour s'affirmer dans le monde professionnel. S'entraîner aux côtés du vétéran Florent Piétrus mais aussi d'Ali Traoré (puis Jacques Alingué) et Youssoupha Fall ne devrait que l'aider à s'endurcir. En attendant, il devrait faire quelques cartons dans le championnat Espoirs.

15- Tom Wiscart-Goetz (1,87 m, 19 ans) : meneur d'Antibes

Le fils de l'assistant coach de Laurent Legname à la JDA Dijon est un basketteur solide. La saison passée, quand les Sharks ont été victimes d'une avalanche de blessures à l'extérieur, l'entraîneur Julien Espinosa a fait appel à lui. Et il a tenu la route. Toujours pas professionnel à temps plein, il sera le back-up de Louis Campbell au poste 1 même si le club a pour le moment pris le meneur Danny Gibson pour remplacer l'arrière l'arrière Isaïa Cordinier sur les premières semaines de championnat. A voir s'il aura un rôle à jouer.

16- Khadim Sow (2,10 m, 19 ans) : intérieur de l'ASVEL

L'ASVEL ne compte pour l'instant que cinq joueurs étrangers dans son effectif (Kalnietis, Nelson, Slaughter, Lighty et Bilan). Sénégalais et donc "cotonou", Khadim Sow peut donc être aligné avec eux sur les matchs de Jeep ELITE. Surtout, avec la blessure d'Alpha Kaba, Zvezdan Mitrovic ne compte que trois intérieurs (Bilan, Noua et Jean-Charles) en plus des postes 3/4 Kahudi et Galliou. De quoi voir potentiellement le jeune Sow qui s'est montré parfois intéressant en présaison, avec notamment un 3-points pour donner la victoire à l'ASVEL chez le Real Madrid.

19 septembre 2018 à 17:11
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
10 décembre - 01h00
San Antonio Spurs
Utah Jazz
10 décembre - 08h15
Le Portel
Lyon-Villeurbanne
10 décembre - 09h15
San Antonio Spurs
Utah Jazz
10 décembre - 11h00
Detroit Pistons
New Orleans Pelicans
10 décembre - 12h45
NBA Extra
Coaching