JEEP ÉLITE

LEVALLOIS ENFONCE LIMOGES

Crédit photo : Olivier Fusy

Déjà bien mal en point, le CSP ne s'est pas rassuré à Levallois. Malgré quelques frayeurs en fin de rencontre, les Metropolitans s'imposent 98-90. Quatrième défaite d'affilée pour Limoges.

La révolte n’a pas eu lieu. Ou plutôt elle s'est retrouvée noyée dans l'orgie offensive donnée ce lundi soir à Levallois. Enfermé dans une spirale négative, constituée de défaites, d’ajustement d’effectif (London Perrantes n'entre plus dans les plans du staff) et de prises de bec hors terrain, Limoges était venu dans les Hauts-de-Seine en quête d’un succès impératif et de sourires si possible. Le président avait même posé un ultimatum, exigeant une réaction sur le terrain. Et le CSP a tenté, avec une agressivité et une envie qu’on ne lui a pas toujours vu cette saison. Mais face à des Metropolitans bien en place offensivement, et qui avaient à coeur d’oublier la défaite dans le derby la semaine passée, l’envie n’a pas suffi.

Dès les premières possessions, les visiteurs ont pourtant mis du rythme, avec un William Howard incisif et un Dwight Hardy en mode sniper (19 points à 7/8 aux tirs). Au point de mener 25-22 après 10 minutes. Mais le score à l’avantage des Limougeauds masquait des lacunes en défense et au rebond (7 rebonds offensifs laissés dans le premier quart, 23 points concédés sur deuxième chance au final) qui allaient finir par se faire sentir bien plus douloureusement. Avec 30 points encaissés dans le deuxième quart, 27 dans le troisième : impossible d’aller s’imposer sur un parquet adverse en laissant autant d’espaces. 

Défense de défendre

Et pourtant, la défense des Metropolitans était du même acabit, laissant Limoges shooter à 60%. Mais comme souvent cette saison, Levallois s’est appuyé sur son trio de joueurs dominants pour prendre le match à son compte. Un Roko Ukic gestionnaire (17 points, 11 passes décisives), un Mouphtaou Yarou déménageur (16 points, 8 rebonds) et un Julian Wright complet (20 d’évaluation) ont permis de creuser l’écart petit à petit. Sans oublier l'apport de Jaron Johnson, de plus en plus saignant (20 points), à l'image d'un collectif qui trouve de plus en plus ses marques, s'engouffrant dans les espaces créés par le trio.

Limoges s’est certes rapproché en fin de partie, avec un Sekou Doumbouya sonnant la révolte (sous les yeux de plusieurs scouts et du manager général de Cleveland venu l’observer) et un Samardo Samuels dans un bon jour en attaque (21 points, 7 rebonds), mais Levallois n’a pas paniqué. Et alors qu’il avait failli perdre un ballon important sur une remise en jeu, c’est le maestro Roko Ukic qui est venu clore les espoirs fous d’un retour limougeaud en plantant un gros tir primé.   

Les statistiques du match sont ici.

à Levallois,

12 novembre 2018 à 22:35
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
10 décembre - 01h00
San Antonio Spurs
Utah Jazz
10 décembre - 08h15
Le Portel
Lyon-Villeurbanne
10 décembre - 09h15
San Antonio Spurs
Utah Jazz
10 décembre - 11h00
Detroit Pistons
New Orleans Pelicans
10 décembre - 12h45
NBA Extra
Coaching