JEEP ÉLITE

MOUPHTAOU YAROU REND HOMMAGE À KAHUDI, AMAGOU ET GELABALE

Mouphtaou Yarou
Crédit photo : Sébastien Grasset

Le pivot de Levallois est l'un des meilleurs joueurs de ce début de saison de Jeep ELITE. S'il s'est bien adapté à ce championnat depuis son arrivée en 2013, il le doit en partie à plusieurs vétérans avec qui il a joué au Mans.

Il dit "vivre la meilleure saison de sa carrière". Mouphtaou Yarou (2,06 m, 28 ans) est très bon sur ses débuts avec Levallois (15,3 points à 67,2% de réussite aux tirs, 7,6 rebonds et 4,4 fautes provoquées pour 18,6 d'évaluation en 27 minutes) et les Metropolitans affichent pour le moment un bilan de 5 victoires en 7 matchs. Après avoir réalisé une grosse saison 2017/18 à Antibes (18,4 d'évaluation en 28 minutes), le Béninois confirme.

"On travaille bien ensemble, explique-t-il sur le site Internet de la Ligue Nationale de Basket. Les coachs nous mettent dans de très bonnes situations pour que chacun ait ses shoots. C’est à nous de finir. On se sent bien. On est bien entre coéquipiers et coaches. Je suis en train de vivre la meilleure saison de ma carrière. Cela fait deux ans que je rate les playoffs, cette année il faut que je les fasse. Je suis fatigué de rentrer plus tôt et de regarder les gens jouer à la télé. Les playoffs, c’est le meilleur moment de la saison. Il faut que Levallois en fasse partie."

Avant d'en arriver là, Yarou a connu des hauts et des bas. A sa sortie de Villanova (NCAA) en 2013, il est d'abord passé par la Serbie. Puis, c'est au Mans qu'il s'est établi. Là-bas, il a alterné le bon et le moins bon pendant trois saisons mais a toujours beaucoup appris au contact de figures du basketball français.

"Je me suis fait des amis au Mans. Charles Kahudi c’est mon grand frère. Ma première année au Mans a été très compliquée parce que j’avais passé huit mois sans jouer. Ma grand-mère est décédée, il y avait plein de problèmes autour. Et sans me juger, sans même le savoir, Charles a commencé par me soutenir tout le temps. J’étais tout le temps invité chez lui et sa femme Siga. Je savais que je pouvais compter sur quelqu’un. Que dans le milieu du basket il y avait des gens de confiance, de grands hommes parce que Charles c’est un grand basketteur, mais c’est aussi un grand homme. J’ai rencontré Pape-Philippe Amagou, Mike Gelabale, que j’avais vu jouer à la télé. Quand tu joues avec eux, tu vois quels genres de personnes ils sont. Ils m’ont montré ce qu’il fallait faire sur le terrain, en dehors du terrain, comment m’adapter à la vie en France. A chaque fois que je parle d'eux, ça ramène beaucoup d’émotion."

Un jour, il prendra le relais auprès des jeunes à son tour. Et il en a déjà l'occasion au sein du projet jeune des Metropolitans qui alignent Maxime Roos (23 ans), Cyrille Eliezer-Vanerot (22 ans) et Ivan Février (19 ans) dans leur effectif.

30 octobre 2018 à 17:14
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
18 novembre - 11h00
Euro Féminin Qualificatifs : Roumanie / France
18 novembre - 18h25
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 13h00
Limoges
Nanterre
19 novembre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 23h30
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
Coaching