JEEP ÉLITE

PAUL LACOMBE : "LE CÔTÉ 'SUR LE PAPIER', ÇA NE SUFFIT PAS"

Paul Lacombe AS Monaco 201819 Sébastien Grasset 3
Crédit photo : Sébastien Grasset

Paul Lacombe s'exprime sur le potentiel de l'AS Monaco.

Cet été, l'AS Monaco a changé de coach. Saso Filipovski a remplacé Zvezdan Mitrovic qui avait largement contribué à installer Monaco parmi les meilleures formations du championnat de France. L'effectif a également connu quelques modifications. Et en début de saison, les blessures se sont enchaînés. Résultat, la Roca Team n'a pas réussi à briller en championnat en plus d'être performante en EuroCup. A tel point qu'elle a manqué la Leaders Cup, dont elle était triple tenante du titre. Interrogé sur le site Internet de la Ligue Nationale de Basket, son arrière/ailier Paul Lacombe s'exprime sur le potentiel de son équipe. Pour lui, l'équipe a moyen de faire plus. Mais il faut agir.

"(C'est) Difficile à dire, mais je suis très curieux de le découvrir... Si nous sommes épargnés par les blessures, on va enfin voir si l’on tient la route. Ce que je pense, c’est que si l’alchimie prend correctement, on a tout pour figurer parmi les 4 premiers, voire revenir dans les deux premiers. Maintenant nous avons joué tout le monde et... sans prétention, je ne nous vois pas encore au niveau de l’ASVEL mais on peut se situer juste derrière au niveau de notre potentiel. Mais après, ce ne sont que de belles paroles. Et il ne suffit pas de le dire, il faut prouver. Et pour le moment, sur ce qu’on a montré sur le terrain, on est en deuxième partie de tableau. Offensivement, nous avons parfois des phases où l’on montre un collectif pathétique. Des moments où c’est vraiment cool d’évoluer dans ce groupe et... d’autres où c’est très compliqué ! Donc sur la qualité individuelle de chacun des joueurs, nous sommes clairement sur le podium. Mais hey ! Le côté ‘"sur le papier", ça ne suffit pas ! Il faut donner plus. Une somme d’individualités ne fait pas une équipe et, sur le plan collectif, nous sommes à notre place au classement..."

Quant à son niveau de performance très élevé actuellement, il avoue que cela vient d'un changement de statut aux yeux du nouvel entraîneur.

"Cela a été compliqué... Je parvenais à faire des stats quand même, parce que je prends des rebonds, j’arrivais à distiller quelques passes, mais dans le jeu offensif, je ne trouvais pas ma place. Je n’avais pas vraiment la confiance du coach, je pense. Une confiance qu’il a fallu aller chercher. Ce qui a fait la différence, c’est à Belgrade, mi-novembre, face à l’Etoile Rouge. Robinson se blesse au bout de quelques minutes, et là, le coach a pu voir ce que je pouvais apporter à l’équipe (Paul terminant la rencontre avec 16 points, 6 rebonds, 6 passes décisives et 4 interceptions, ndlr). Depuis ce jour-là, il m’a confié plus de responsabilités et ça va beaucoup mieux. Il fait en sorte que j’ai plus le ballon dans les mains et moi, j’avoue que ça me correspond mieux. Parce que pour en revenir à la question précédente, la différence avec l’an dernier, c’est aussi l’absence de D.J. Cooper. Côté création, lui s’occupait de tout ou presque alors que là, il faut que chacun apporte un peu plus de création dans le jeu."

Ce week-end, Monaco reçoit Gravelines-Dunkerque. Une victoire leur permettrait d'équilibrer leur bilan en Jeep ELITE.

25 janvier 2019 à 17:08
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching