BETCLIC ÉLITE

PORTÉE PAR UN EXCEPTIONNEL DUO ANDJUSIC - OMIC, LA JL BOURG S'OFFRE DIJON ET FRAPPE À LA PORTE DU TOP 4

Crédit photo : Stéphane Laurencin

Trois jours après leur victoire cruciale à Strasbourg, les hommes de Savo Vucevic ont enchaîné en s'offrant le scalp de la JDA Dijon (89-84). « Un petit exploit », selon les mots de Maxime Courby, face à son ancienne bête noire, qui permet à la JL de se rapprocher dangereusement des quatre premières places.

Depuis quelques semaines, sur les réseaux sociaux, Danilo Andjusic et Alen Omic aiment se présenter comme le meilleur duo de Jeep ÉLITE. L'appellation reste largement discutable dans les faits mais les chiffres sont là : d'un côté, le meilleur marqueur du championnat ; de l'autre, le meilleur rebondeur. Difficile, surtout, de leur donner tort au terme d'une soirée comme celle-ci où les deux ont excellé dans leur domaine de prédilection. Danilo Andjusic s'est fendu de 29 points à 57% (dont 7/9 à trois points) et notamment d'un troisième quart-temps monumental où son efficacité maximale (14 unités à 83%) a permis de contenir le coup de chaud de David Holston. « Il a joué juste, c'était son meilleur match de la  saison à mes yeux », soulignait Savo Vucevic. De son côté, Alen Omic a surfé sur la vague de son irrésistible fin de saison (12,9 points et 12 rebonds sur les dix dernières rencontres) en aspirant 21 rebonds, record absolu de la saison en Jeep ÉLITE (et une première au dessus des 20 rebonds dans le championnat depuis Frank Hassell en 2017). « Il a été extraordinaire en défense », applaudissait son coach. Et s'il a parfois « manqué de souffle » au moment de conclure ce qui semblait le plus facile (7 points à 3/6), il a fait preuve d'une intelligence remarquable balle en main (si l'on omet ses 5 balles perdues), en point d'ancrage absolu, ressortant pratiquement toujours les balles au bon endroit (4 passes décisives). « C'est un joueur qui fait une carrière extraordinaire, ce n'est pas n'importe qui, c'est compliqué de lui faire face », admettait Alexandre Chassang.

89 points encaissés, "record" de la saison pour la JDA

Tout devient beaucoup plus facile avec un duo de ce niveau, et avec une adresse lointaine aussi infernale. En première mi-temps, la JL Bourg a shooté à 10/14 à trois points (6/6 dans le premier acte) et n'a pas pourtant pas su réellement creuser l'écart (51-40), la faute à l'activité d'Alexandre Chassang et aux gros tirs de Jaron Johnson, à chaque fois auteur d'un shoot majoré au buzzer. « On n'avait pas envie de se faire mal défensivement en première période », fulminait Laurent Legname. « Face à une équipe de grand talent comme celle-ci, on s'expose à ce qui s'est passé. On les a laissé en confiance et avec les qualités offensives de leurs joueurs, on en a payé le prix fort. On était à trois kilomètres de leurs shooteurs, ils ont eu des tirs complètement ouverts à cause de cela ». Difficile effectivement pour Dijon de l'emporter avec 89 points concédés, un total jamais atteint par un adversaire de la JDA cette saison en Jeep ÉLITE (à deux reprises en BCL). « On est la meilleure défense du championnat. Une soirée comme ça, c'est cauchemardesque pour nous », regrettait Alex Chassang. Et le début de problématiques nouvelles après les 87 unités encaissés contre Strasbourg lors de leur dernière sortie ?

portee-par-un-exceptionnel-duo-andjusic---omic--la-jl-bourg-s-offre-dijon-et-frappe-a-la-porte-du-top-41622756165.jpeg
La dernière victoire de la Jeu contre la JDA remontait au 2 mars 2019
(photo : Jacques Cormarèche)

Dans les cordes à l'entame de la seconde mi-temps (54-40, 21e minute), à un moment où Maxime Courby et Alen Omic ont manqué l'occasion de leur enfoncer la tête sous l'eau avec des tirs ouverts pour passer à +16 ou +17, les finalistes de la Coupe de France ont toutefois eu le mérite de gommer leurs largesses défensives et de revenir pleinement dans le match (76-74, 35e minute), en grande partie grâce au festival de David Holston, à créditer de 13 points à 80% dans le troisième acte, 20 sur la feuille finale. Mais en n'ayant jamais eu les commandes de la rencontre, le sens de l'histoire n'était pas en faveur d'une victoire dijonnaise. Ainsi, par chance ou par talent (ce tir au buzzer avec la planche de Pierre Pelos...), le sort a forcément basculé en faveur de la JL Bourg dans le money-time.

Une 20e victoire historique pour la JL Bourg

Un succès loin d'être anodin pour une équipe burgienne qui n'avait plus battu son voisin bourguignon depuis mars 2019. « Ça faisait longtemps, c'était notre bête noire », pouvait souffler Maxime Courby. Au-delà du clin d'œil au passé, la Jeu a livré l'une de ses parties de référence, à la hauteur de ses plus belles sorties automnales. Remis sur les rails par leur victoire au Rhénus lundi, les Bressans ont récité un basket d'une qualité offensive remarquable. Une véritable symphonie collective, peut-être aussi facilitée par la présence surprise d'un deuxième meneur, en la personne de Zack Wright qui a su donner un bon relais (6 points en 10 minutes) derrière un Hugo Benitez toujours plus incisif (10 points à 100% et 3 passes décisives). « Zeko nous a fait énormément de bien tandis qu'on dirait qu'Hugo joue toujours avec des cadets », pouvait sourire Max Courby.

Mathématiquement, Bourg-en-Bresse a également réalisé une superbe opération, profitant de la défaite de Strasbourg contre Le Mans pour venir frapper à la porte du Top 4, lorgnant ainsi vers l'avantage du terrain en quart de finale. Les Burgiens ne possèdent plus qu'une défaite de moins que la SIG, qui viendra visiter Ékinox dans onze jours pour la fin du championnat... Et une manière, aussi, pour Savo Vucevic de prouver que l'heure n'était pas encore à la fin d'un cycle à la JL. « Ce soir, je me suis régalé. Voir que mes joueurs sont capables d'appliquer mes consignes dans le bon sens, de développer un beau basket, c'est ça ma reconnaissance et ma satisfaction personnelle. Je suis très fier de mes joueurs, ce qu'ils ont réalisé est extraordinaire. Je vais vraiment savourer cette victoire. » Un 20e succès marquant, synonyme  de meilleur bilan historique du club en Jeep ÉLITE. Une équipe de l'Ain qui a désormais du mal à cacher ses ambitions de Top 4. Au moins, depuis le banc d'en face, le successeur de Savo Vucevic a pu voir que son prédécesseur avait mis la barre assez haut au cours de son quinquennat à Ékinox...

À Bourg-en-Bresse,

03 juin 2021 à 21:44
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.