JEEP ÉLITE

ROBINSON PLUTÔT QUE PEACOCK, LA RAZZIA MONÉGASQUE : NOS CHOIX POUR LA SOIRÉE DES TROPHÉES

Crédit photo : Sébastien Grasset

Après la Pro B, voici nos favoris pour la Soirée des Trophées de Jeep ÉLITE. La cérémonie se déroulera ce mercredi soir à la Salle Gaveau de Paris.

Tout comme d'autres journalistes spécialisés basket, la Direction Technique de la FFBB ainsi que les joueurs et entraîneurs de Jeep ÉLITE, nous avons été sollicités afin de transmettre nos votes concernant les diverses récompenses de cette saison 2018/19.

Voici donc ceux qui ont reçu les faveurs de notre voix, avec les explications de nos choix.

 MVP :
Peacock soufflé sur la ligne

Zachery Peacock a longtemps tenu la pole position cette saison. Mais face à l'effondrement progressif de la JL Bourg se dessinait, dès le moment du vote, le spectre d'un MVP à la Austin Nichols, soit un joueur ultra dominant au sein d'une équipe non qualifiée pour les playoffs. Pas vraiment la meilleure définition d'un MVP... Et ces craintes se sont confirmées samedi dernier avec la neuvième place finale du club bressan.

Par conséquent, nous avons opté pour le meilleur joueur de la meilleure équipe du championnat : Gerald Robinson (15,9 points à 55%, 2,3 rebonds et 3,2 passes décisives pour 15,8 d'évaluation en 26 minutes). Revenu en France après une saison partagée entre l'Iran et l'Allemagne, le All-Star a montré de sacrés progrès depuis son passage nanterrien. Toujours doté d'un premier pas dévastateur, le natif de Nashville possède une adresse globale à même de faire rougir n'importe quel intérieur et a sourtout ajouté un tir à trois points fiable à son arsenal offensif (61/136, soit 44,9%, contre 26/72 à Nanterre). Autant sortir du lot au sein d'un collectif aussi dense que celui de l'A.S. Monaco n'était pas chose aisée, Gerald Robinson l'a brillamment réalisé : le costume de MVP de la saison lui irait à ravir.

Il devance, dans notre classement, le monstre statistique Zachery Peacock et Louis Labeyrie, longtemps à la lutte mais qui a baissé d'un ton en fin de saison. Un seul changement par rapport au Top 5 officiel chez nous : Jacques Alingue prend la place de Justin Cobbs. Malheureusement gravement blessé le week-end dernier, l'intérieur dijonnais a été récompensé pour son apport multidimensionnel à l'équipe surprise du championnat.

Notre Top 5 :

  1. Gerald Robinson (A.S. Monaco)
  2. Zachery Peacock (JL Bourg)
  3. Louis Labeyrie (Strasbourg)
  4. Jacques Alingue (JDA Dijon)
  5. Boris Diaw (Levallois)

Les candidats au trophée officiel : Justin Cobbs - Boris Diaw - Louis Labeyrie - Zachery Peacock - Gerald Robinson.

 Meilleur coach :
Mitrovic, bis repetita ?

Zvezdan Mitrovic a fréquemment répété cette saison que le trophée de meilleur entraîneur du championnat acquis l'année dernière fut l'un des plus beaux honneurs de sa carrière. Il se pourrait bien que le Monténégrin ajoute une nouvelle décoration à sa cheminée dans les prochains jours.

Après le départ de bon nombre de ses cadres l'été dernier (Zack Wright, Dee Bost, Yakuba Ouattara, Nik Caner-Medley, Brandon Davies...), Coach Z. a dû se réinventer mais il a montré une formidable capacité d'adaptation aux qualités intrinsèques de son effectif. D'un jeu rapide, du "run and jump", Mitrovic est passé à un jeu beaucoup plus lent, fait de pick and rolls. Mais le résultat est resté le même, malgré le turnover : une première place de la saison régulière pour la troisième année consécutive, une troisième Leaders Cup de rang et en dehors de la scène nationale, une finale de Champions League. Reste maintenant à faire fructifier le tout...

Principal artisan du redressement du Mans, et qualifié pour ses quatrièmes playoffs de rang avec trois équipes différentes (Le Havre, Élan Béarnais et MSB) Éric Bartecheky s'empare de la deuxième place de notre scrutin devant Laurent Legname, à créditer d'une superbe saison avec la JDA Dijon.

Notre Top 5 :

  1. Zvezdan Mitrovic (A.S. Monaco)
  2. Éric Bartecheky (Le Mans)
  3. Laurent Legname (JDA Dijon)
  4. Savo Vucevic (JL Bourg)
  5. Vincent Collet (Strasbourg)

Les candidats au trophée officiel : Éric Bartecheky - Laurent Legname - Zvezdan Mitrovic.


Zvezdan Mitrovic a encore connu une saison réuglière brillante avec la Roca Team
(photo : Sébastien Grasset)

Meilleur défenseur :
Craft, ce poison

"Aaron Craft est l'un des meilleurs défenseurs que j'ai jamais affronté". Le compliment est signé Martin Hermannsson, admiratif des qualités défensives du Monégasque. L'Islandais de Châlons-Reims n'est probablement pas le seul meneur de Pro A à penser cela tant Craft a impressionné dans ce domaine cette saison. Arrivé avec un joli pedigree (meilleur défenseur de NCAA en 2014, meilleur défenseur de D-League en 2015), le premier rempart de la Roca Team n'a pas failli à sa réputation. Revient immédiatement en tête ses prestations étouffantes dans les matchs couperets de la Leaders Cup où Garrett Sim et John Roberson avaient été mis sous l'éteignoir. Les adversaires de Monaco en playoffs savent déjà à quoi s'attendre.

Souvenez-vous : à l'époque où il évoluait encore en NM1 avec Souffelweyersheim, Jacques Alingue avait remporté notre trophée du meilleur défenseur du championnat à deux reprises (2012 et 2013). Cinq ans plus tard, niveau supérieur mais impact similaire : le Dijonnais reste encore un monstre défensif. Meilleur contreur du championnat (2,2) malgré sa petite taille (1,99 m), Taylor Smith complète notre podium.

Notre Top 5 :

  1. Aaron Craft (A.S. Monaco)
  2. Jacques Alingue (JDA Dijon)
  3. Taylor Smith (Gravelines-Dunkerque)
  4. Lahaou Konaté (Nanterre 92)
  5. Youssoupha Fall (Le Mans)

 Meilleur jeune :
Ndoye sort vainqueur d'un choix restreint

La lutte fut très serrée entre les deux compères de l'équipe de France U19 pour la première place : au final, Abdoulaye Ndoye (3,6 points à 40%, 2 rebonds et 1,4 passe décisive pour 4,3 d'évaluation en 17 minutes) a remporté notre vote d'un souffle devant Adam Mokoka (3,1 points à 36%, 1,7 rebond et 0,8 passe décisive pour 2,4 d'évaluation en 14 minutes). Si les deux ont été difficiles à départager en raison de leur rôle similaire de joker défensif, l'évolution du temps de jeu du Choletais a retenu notre attention. Très peu utilisé par Philippe Hervé en début de saison, il a su gagner sa confiance au fur et à mesure des matchs, au point d'être ensuite largement utilisé lors des séquences qui comptent.

Pas forcément attendu au tournant en début de saison, le guerrier Ludovic Beyhurst grille la politesse  pour la troisième place à Bathiste Tchouaffé, dont l'évolution en deux saisons pro ne saute pas vraiment aux yeux. Une différence avec le podium officiel final puisque le Nanterrien peut encore prétendre à ce trophée, au contraire de l'Alsacien.

Notre Top 3 :

  1. Abdoulaye Ndoye (Cholet)
  2. Adam Mokoka (Gravelines-Dunkerque)
  3. Ludovic Beyhurst (Strasbourg)

Les candidats au trophée officiel : Adam Mokoka - Abdoulaye Ndoye - Bathiste Tchouaffé.

 Meilleur sixième homme :
Gavin Ware, utile joker

Parmi les pivots les plus rentables du championnat pour sa deuxième saison professionnelle, Gavin Ware a impressionné en sortie de banc à Levallois. Doué offensivement, l'ancien de Mississipi State University avait le don pour être extrêmement productif sur un temps de jeu réduit (12,2 points à 61%, 6,7 rebonds et 1 passe décisive pour 15,3 d'évaluation en 21 minutes). Déjà contacté par de multiples clubs à travers le championnat, il mérite d'être revu dans une équipe plus performante.

Il devance D.J. Stephens, le facteur X du Mans. Ses qualités athlétiques hors norme et son tir lointain ont souvent fait le plus grand bien au Mans. Enfin, le précieux Quentin Serron mérite aussi un coup de projecteur pour son apport au BCM.

À noter que nous avons volontairement écarté David Holston (et Ndudi Ebi à l'époque) de nos votes. Aussi bon soit-il en sortie de banc avec la JDA Dijon, le meneur de poche n'a même pas passé la moitié de la saison en Bourgogne...

Notre Top 3 :

  1. Gavin Ware (Levallois)
  2. D.J. Stephens (Le Mans)
  3. Quentin Serron (Gravelines-Dunkerque) 

Les candidats au trophée officiel : Romain Duport (Châlons-Reims), Ndudi Ebi (Boulazac), David Holston (Dijon), Alpha Kaba (ASVEL), Jean-Michel Mipoka (Gravelines-Dunkerque), Taqwa Pinero (Élan Béarnais), Ferdinand Prénom (Hyères-Toulon), Quentin Serron (Gravelines-Dunkerque), D.J. Stephens (Le Mans), Gavin Ware (Levallois).


Même si Levallois ne fera pas les playoffs, Ware a réussi son exampen de passage en France
(photo : Olivier Fusy)

16 mai 2018 à 13:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
16 décembre - 18h25
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
16 décembre - 21h30
Cleveland Cavaliers
Philadelphia 76ers
16 décembre - 23h30
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
17 décembre - 01h00
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 08h15
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
Coaching