JEEP ÉLITE

STRASBOURG RESPIRE ENCORE

Crédit photo : Guillaume Poumarede

Strasbourg s'est imposé à Villeurbanne 67-64, avec une paire Slaughter-Walker décisive en fin de rencontre. Les Alsaciens reviennent à 1-2 dans la série

Sept mois. Un peu plus même. Depuis le 23 octobre 2016, lors d’une défaite à Pau, Erving Walker n’avait plus atteint la barre des 20 points en championnat. Et ce dimanche soir, alors que son équipe était au bord du vide il a récidivé, enfin, en inscrivant 21 points. Le micro meneur, capable d’en planter 43 lorsqu’il évoluait à Dijon, a été déterminant pour arracher la décision sur le parquet de l’Astroballe. Tout autant que son compère des lignes arrières, A.J. Slaughter. Les deux ont mis l’intégralité des 19 points de Strasbourg dans le dernier quart-temps, et permis à la SIG d’éviter l’élimination en l’emportant 67-64.

Et cette SIG, avec un Paul Lacombe malade, un Erik Murphy fébrile, et un Matt Howard sorti en cours de match après avoir reçu une béquille, oui cette SIG avait grand des points de ses deux scoreurs. Et c'était presque contre nature, tant les Alsaciens nous ont habitué à un jeu collectif léché. Mais Vincent Collet, devant la difficulté de son équipe (seulement 11 passes décisives pour 12 ballons perdus), a accepté de laisser les clés du match à ses deux solistes.

Strasbourg contre nature

Erving Walker (21 points à 6/9 dont 3/5 à 3-points pour 21 d'évaluation) a frappé le premier. En provoquant une faute antisportive de DeMarcus Nelson à 3’24 du buzzer, avant d’inscrire les lancers, il a permis à Strasbourg de revenir à un point. Puis A.J. Slaughter (16 points à 7/11 dont 2/4 à 3-points pour 16 d'évaluation) a pris le relais. L’international polonais a inscrit 7 points de suite pour donner à son équipe un avantage décisif.

Un avantage qu’un très bon Darryl Watkins (14 points et 6 rebonds pour 17 d'évaluation) était tout proche d’annuler à quelques secondes du buzzer. L’Américain a arraché des mains d’Erik Murphy une possession capitale, et remis la balle dans le cercle, la faute en prime. Mais Le pivot villeurbannais a laissé filer le lancer bonus qui aurait pu envoyer tout le monde en prolongation. Et l’ASVEL laissé filer l’occasion de conclure cette série en trois manches pour retrouver la finale. Malgré un public bruyant comme rarement. Malgré le soutien du président Tony Parker. 

Perméable Astroballe

Tout était réuni mais Villeurbanne s’est donc incliné une deuxième fois en autant de matchs à domicile durant ces playoffs. Alors que Casper Ware (14 points mais 1/7 à 3-points ce soir) et ses coéquipiers se sont imposés quatre fois à l‘extérieur, dont deux dans la forteresse monégasque. Il reste une occasion à la Green Team, mardi soir, de gagner enfin sur son parquet dans ces playoffs 2017. La SIG elle, s’offre le droit de rêver à un retour de la série en Alsace, et de ne pourquoi pas infliger à l’ASVEL le mauvais tour qu’elle lui avait joué en finale 2016. Mené 2-0, Villeurbanne avait gagné trois matchs de suite pour s’adjuger le titre. De quoi inspirer les Strasbourgeois ?  

04 juin 2017 à 22:23
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.