JEEP ÉLITE

THIBAULT DAVAL-BRAQUET : "LÉO (CAVALIÈRE) EST UN EXEMPLE"

Thibault DavalBraquet
Crédit photo : Sebastien Grasset

  L'intérieur palois de 22 ans s'est exprimé sur les rôles des différents joueurs de l'EBPLO cette saison.  

 

Auteur d'un passage remarqué la semaine passée contre Strasbourg (pour son impact sur le parquet et son ouverture à l'arcade sourcilière) Thibault Daval-Braquet a fait le point pour Sud Ouest sur les forces en présence de cette équipe de Pau-Lacq-Orthez qui réalise un bel exercice 2018-2019.

L'intérieur a notamment évoqué le l'importance de joueurs confirmés que CJ Harris, Taqwa Pinero ou Donta Smith. Par leur impact sur le terrain mais aussi par le discours qu'ils essaient d'insuffler aux plus jeunes au quotidien.

«  Ils nous apportent énormément. On apprend beaucoup de choses à leur contact, a-t-il confié. En plus ce sont des joueurs qui communiquent beaucoup avec les jeunes. Ils nous disent sans cesse d'avoir confiance en nous, qu'on n'a pas de raison de stresser quand on est sur le terrain, de faire comme à l'entraînement. Même quand on se trompe, ils sont là pour nous rassurer. C'est cool de voir comment ils sont avec nous (…). (Donta Smith) peut être dur, mais c'est normal, il a connu le haut niveau. Il sait exactement ce qu'il faut faire pour que ça marche. Il est exigeant avec nous comme il l'est avec les autres ».

« Je bosse aussi dur que je l'ai vu bosser »

En terme d'exemples à suivre, Thibault Daval-Braquet peut également s'inspirer de Léopold Cavalière qui réalise également une grosse saison.

« Léo, c'est un exemple. Un exemple de travail et de rigueur. On est assez proche donc on parle beaucoup ensemble. Je vois le travail qu'il fournit en défense et on sait que la défense, c'est surtout une question de mental, d'engagement. Je me dis que si lui y est arrivé, pourquoi pas moi. Alors je bosse aussi dur que je l'ai vu bosser. Tous les matins, même quand il n'y a pas entraînement, je vais à la salle ».

A force de travail et de temps, il espère ainsi suivre les traces de son coéquipier.

« Je sais que le temps est mon allié parce que je vois que j'apprends chaque jour, que je progresse chaque jour, que le travail paie, mais je suis aussi vraiment impatient de jouer plus. Le temps que j'ai passé sur le terrain contre Strasbourg, c'était bien... Mais on veut toujours plus. »

03 février 2019 à 18:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching