JEEP ÉLITE

THOMAS HEURTEL (ASVEL) : "LA JEEP ELITE, C'EST PLUS DUR QUE L'EUROLEAGUE"

Thomas Heurtel ASVEL
Crédit photo : Infinite Nine Media Julie Darbon

Après quatre matches en Jeep ELITE avec l'ASVEL, Thomas Heurtel a donné ses impressions sur le championnat français et a livré ses perpectives d'avenir.

Thomas Heurtel a connu une saison pas comme les autres. Après l'avoir débuté avec le FC Barcelone, où il jouait depuis 2017, le meneur héraultais a été écarté du club catalan. Il a finalement décidé de se relancer à l'ASVEL. Interrogé par RMC Sports à la mi-temps du match contre le Real Madrid jeudi, il n'a pas souhaité s'exprimer au sujet de son départ polémique du FCB. Il a promis de "s'expliquer à la fin de la saison", une fois qu'il ne sera plus soumis au silence de son accord contractuel avec son ex-employeur. Il a tout de même évoqué son faible rôle dans l'équipe de Sarunas Jasikevicius, derrière la recrue Nick Calathes.

"Le noeud du problème ça n'a pas été forcément Calathes (Nick), ou un autre meneur. Le noeud du problème ça a été que j'étais pas forcément impliqué dans le collectif. Je pense que dès le début, le coach ne me voulait pas."

Il est ensuite revenu sur son montée en puissance avec l'ASVEL, lui qui a été à l'origine de tous les points de son équipe en prolongation (9 points et 2 passes décisives) mardi contre Nanterre :

"Petit à petit, je commence à retrouver du rythme, ça faisait plus ou moins deux-trois mois que je n'avais pas joué avec Barcelone, donc petit à petit, je me mets en jambe pour préparer l'équipe de France et surtout et les saisons à venir."

Des saisons qui devraient se dérouler du côté du Real Madrid, avec qui il a un accord contractuel pour la saison 2021-2022. Ce qu'il n'a pas confirmer. "Pour l'instant, je suis à l'ASVEL donc on verra à la fin de saison ce qu'il se passe." 

Pour terminer, le meneur de l'équipe de France, donne ses impressions sur le championnat français, dans lequel il n'avait plus joué depuis la saison 2009-2010 avec Strasbourg :

"Pour avoir joué des deux côtés, en Jeep ELITE et en EuroLeague... C'est même plus dur en Jeep ELITE qu'en EuroLeague ! Car c'est moins structuré, tu sais moins à quoi t'attendre et c'est un basket totalement différent. C'est pour ça que les clubs espagnols souffrent beaucoup contre l'ASVEL, parce que l'ASVEL est beaucoup plus athlétique." 

Un championnat athlétique qu'il va retrouver ce dimanche à 17h contre Champagne Basket. L'occasion d'affronter Dominic Waters et la relève, Matthieu Gauzin, au poste 1.

27 mars 2021 à 17:58
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
LUCAS PAGE
Lucas Page
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.