JEEP ÉLITE

ZVEZDAN MITROVIC : "EN FRANCE, LE RÉSERVOIR DE TALENT EST INCROYABLE"

Zvezdan Mitrovic ASVEL Infinity Nine Media Alexia Leduc
Crédit photo : Infinity Nine Media Alexia Leduc

Zvezdan Mitrovic a donné son avis sur la "post-formation" française.

Il est arrivé dans le championnat de France en Pro B, à Monaco, remplaçant Savo Vucevic au printemps 2015. Depuis, il s'est imposé dans le basketball français, prenant en charge l'ASVEL au bon moment, un an avant son intégration en EuroLeague. Avec la Roca Team, l'entraîneur Zvezdan Mitrovic a eu de bons résultats (trois victoires en Leaders Cup, trois fois 1er du championnat à l'issue de la saison régulière, une finale de playoffs) mais pas seulement. A Monaco, il a contribué à faire passer un cap à des joueurs venus de tout horizon (Yakuba Ouattara, Brandon Davies, Paul Rigot etc.). A l'ASVEL, il fait de même. Outre ses joueurs d'expérience, dont il maximise les qualités, il n'hésite pas à faire jouer les jeunes (Théo Malédon, Sofiana Briki, Khadim Sow) et des joueurs dont le parcours laisserait à penser qu'il ne serait jamais utilisé à un tel niveau (Charles Gaillou). Après trois saisons et demi passées en championnat de France, il donne son avis sur le basketball français dans une entrevue accordée sur le site Internet de la Ligue Nationale de Basket. Avec notamment un passage remarqué sur les jeunes joueurs français.

"La France dispose d’un énorme potentiel. Il y a ici, sans discussion, parmi les plus beaux potentiels en Europe. Le réservoir de talent est incroyable. L’organisation est aussi top, avec une bonne filière de formation, les équipes espoirs, etc. Mais avec un regard extérieur, il y a quand même quelque chose que je ne comprends pas. En Pro B, en NM1, beaucoup de clubs préfèrent recruter des Américains ou des étrangers avec de l’expérience mais un niveau médiocre, plutôt que de profiter de tous ces talents qu’il y a partout. Résultat, on forme des joueurs intéressants, mais quand je demande où sont passés ces jeunes qui brillaient en espoirs il y a trois ans, je me rends compte qu’ils ont disparu de la circulation. C’est un vrai problème. Je comprends que les clubs veuillent se rassurer avec des joueurs déjà formés, mais c’est aller à la facilité. Et c’est dommage d’avoir autant de talents, de les former, mais de ne pas terminer cette pyramide de formation en leur donnant du temps de jeu en NM1 ou en Pro B. Surtout qu’avec un seul match par semaine, vous avez énormément de temps pour faire travailler ces jeunes joueurs individuellement et les faire progresser.

Bien sûr, tout le monde veut avoir des résultats, mais vous pouvez être performant avec quelques joueurs d’expérience et des jeunes talentueux. À mon arrivée ici, j’ai coaché quelques mois en Pro B. Et j’avoue que je ne comprenais pas que toutes les équipes avaient de vieux joueurs venus de partout dans le monde, alors que sur le banc, des jeunes ne jouaient pas... C’est juste un avis, mais trouver un système satisfaisant de post-formation est ce qui ferait toute la différence pour le basket français. Niveau budget, vous ne pouvez pas rivaliser avec le top européen. Résultat, vous n’accédez pas aux meilleurs étrangers. Alors, autant miser sur votre force qui est de disposer - à 100% - des jeunes les plus talentueux d’Europe et de prendre la peine de bien les former jusqu’au bout."

Un constat qui semble plus crédible dès lors que l'on sait qu'il arrive à appliquer son modèle et que ça n'empêche pas ses équipes d'avoir de bons résultats.

16 novembre 2018 à 11:04
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
17 décembre - 01h00
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 08h15
Pau-Lacq-Orthez
Le Mans
17 décembre - 09h15
New Orleans Pelicans
Miami Heat
17 décembre - 11h00
Cleveland Cavaliers
Philadelphia 76ers
17 décembre - 12h45
NBA Extra
Coaching