LFB

BASKET LANDES : KENDRA CHERY "VEUT APPRENDRE" AUPRÈS DE VUKOSAVLJEVIĆ ET DUMERC

Kendra Chery BeBasket Théo Quintard
Crédit photo : Théo Quintard

Espoir du basketball français; Kendra Chery a décidé de partir s'aguerrir à Basket Landes déclinant ainsi la proposition du RVBC. Elle est revenue pour BeBasket sur son choix et ses ambitions. Entretien.

Débarquée de Lyon-Villeurbanne, Kendra Chery a réellement fait ses premiers pas dans le monde professionnel en 2019/20 avec La Roche Vendée Basket Club (RVBC) en LFB et en EuroCup. "Ça a été une belle année. On a passé de bons moments", appuie-t-elle. Toutefois, alors que la majeure partie de l'effectif a décidé de repartir avec le club yonnais, la Guadeloupéenne a décliné l'offre yonnaise pour s'engager avec Julie Barennes et Basket Landes. "C'est un projet intéressant. Ce qui m'a plu, c'est qu'il y a un projet scolaire à Mont-de-Marsan avec DU (diplôme universitaire, ndlr) nutrition. Côtoyer deux des plus belles joueuses de LFB que sont Céline Dumerc et Valériane Vukosavljević (ex-Ayayi) a forcément été un élément décisif dans sa décision. "Je reste une jeune joueuse donc avoir des joueuses qui ont du vécu en LFB va m'apporter beaucoup de choses. Je veux apprendre auprès d'elles et de mes autres coéquipières. Valériane (Vukosavljević) et Céline Dumerc sont des filles qui se sont vraiment imposées dans les équipes de France nationales sénior donc c'est vraiment un plus." La petite sœur de Valentin Chery (Paris Basketball, Pro B) n'a toutefois pas peur de la concurrence qu'elle pourrait avoir avec l'ancienne joueuse de l'USK Prague. " Je ne peux pas avoir peur de chose que je ne connais pas car je sais qui je suis donc je n'ai pas peur de l'ignorance", philosophe-t-elle. Chaque joueuse a un rôle important dans l'équipe qu'importe le temps de jeu. Mon but est de faire le meilleur parcours possible car ensemble on va plus loin.

chery1587737133.jpegKendra Chery a retrouvé le sourire avec Emmanuel Body et le RVBC (photo : Théo Quintard)

"Je me mettais trop la pression et je l'ai compris à La Roche VBC"

La vice-championne du monde U17 2018 dit avoir beaucoup appris cette saison aurpès d'Emmanuel Body et du RVBC. En 2019/20, elle tournait à 8,4 points mais à 35,3% de réussite aux tirs, 6,1 rebonds et 10,4 d'évaluation en EuroCup.

"C'est vraiment le fait d'allier le sérieux et la joie que j'ai apprécié au RVBC. Ils m'ont fait prendre conscience qu'il ne fallait pas oublier de prendre plaisir à jouer car le basketball est avant tout un sport et une passion. Même à Lyon, Guy Prat (l'assistant de Valéry Demory, ndlr) me faisait des blagues et il me disait "rigole !". Ce sont des coachs sérieux sur le terrain mais qui rigolent aussi. Chaque expérience est différente. Je me mettais trop la pression et je l'ai compris à La Roche VBC. D'ailleurs, ça a été une belle année. Tout ce qu'on a fait était beau. Avant les matchs, lors de la présentation des équipes, on faisait une sorte de ola quand Bernie (N'Goyisa) passait. Au début, je ne comprenais pas parce que c'était "game time" pour moi mais petit à petit, j'ai compris l'utilité."

Ce que j'en retiens, c'est que cette saison me donne confiance et que j'ai les capacités pour jouer au haut-niveau même si j'ai encore beaucoup de choses à apprendre. Il ne faut pas oublier de se satisfaire des bonnes choses que l'on accomplit. Je suis une fille très exigeante avec moi-même. J'ai des matchs références cette saison - comme face à Fribourg ou Charleville-Mézières en Coupe de France, ça me permet de savoir ce dont je suis capable de faire."

 

chery1587736904.jpegLors du match décisif à la Halle des Sports des Oudairies face à Fribourg, Kendra Chery a réalisé sa meilleure performance avec un joli double-double, 13 points et 10 rebonds. (photo : Théo Quintard)

"Jouer en équipe de France, en EuroLeague et en WNBA sont des objectifs importants pour moi"

Avant de prendre la direction de Basket Landes, Kendra Chery aurait dû - avec un an d'avance - prendre part à l'EuroBasket U20 à Sopron (Hongrie) initialement prévu du 8 au 16 août prochain mais la FIBA Europe, avec la crise sanitaire du Covid-19 a décidé d'annuler la compétition. Pour autant, la championne d'Europe U16 a toujours cette envie "d'aller chercher toutes les médailles et les trophées possibles que ce soit en club ou avec l'équipe de France."

"Tout est possible à partir du moment où on croit en ses objectifs, avance-t-elle. J'essaye constamment de me donner les moyens de réussir dans une équipe afin d'apporter ce que je peux.  Je veux arriver le plus haut possible. Jouer en équipe de France, en EuroLeague et en WNBA sont des objectifs importants pour moi. Je me fixe des objectifs personnels et j'essaye d'y aller étape par étape. J'ai perdu contre les États-Unis en finale donc j'ai envie de les battre avec l'équipe de France sénior.

Les JO 2024 ? Déjà à l'INSEP, on nous en parlait beaucoup. Je veux vraiment aller au JO 2024 donc je me donne tous les moyens pour essayer d'avancer. Paris 2024, je ne veux pas ne pas y être. Avec la génération 2001, on en parle forcément mais on ne rêve pas des JO 2024 car on garde les pieds sur terre. On ne veut pas regarder trop loin car il ne faut pas sauter les étapes essentielles à notre réussite."

25 avril 2020 à 09:00
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Plus qu'un simple ballon orange, le basket est inscrit dans mon ADN.
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.