LFB

J-1 AVANT LE DÉBUT DE SAISON LFB : PLUS DE PRÉTENDANTS POUR UN SEUL TITRE

BLMA 201819
Crédit photo : BLMA

15 jours après la fin de la Coupe du Monde et la belle cinquième place de l'équipe de France, le basket féminin reprend ses droits sur la scène nationale. Cette saison, les prétendants au titre sont encore plus nombreux, mais en juin prochain, une seule équipe sera championne de France. 

Lattes-Montpellier en 2016, Villeneuve d'Ascq en 2017, Bourges en 2018, le titre de champion de France a voyagé ces dernières années. Dénominateur commun de ces trois sacres, Valériane Ayayi a quitté la LFB pour Prague cet été. Le mystère est donc entier sur l'équipe qui succédera aux Tangos. Un suspense d'autant plus important que plusieurs clubs se sont renforcé avec l'idée de faire tomber la formation qui détient désormais seule le record du nombre de titres de champion de France, Bourges. Pour conserver son titre, Olivier Lafargue va devoir faire sans Ayayi, et sans Diandra Tchatchouang, partie renforcer Lattes-Montpellier. Pour compléter un effectif qui a également perdu l'expérience de Laia Palau, le coach de 43 ans peut compter sur les promesses de Lisa Berkani et l'apport de la première MVP unifiée de l'histoire du championnat, Nayo Raincock-Ekunwe. Iliana Rupert devra aussi être surveillée de près pour sa première saison professionnelle. Si on garde à l'esprit que l'ossature est la même que l'an passé, il parait difficile de s'imaginer cette équipe qui reste sur un double coupe-championnat reculer dans la hiérarchie. Sauf que la concurrence a réalisé une inter-saison remarquable.

Un BLMA aux airs d'équipe de France

Avec pr-s de la moitié de l'équipe de France, Lattes-Montpellier va jouer les premiers rôles cette saison. Sous les ordres de Rachid Méziane, adjoint de Valérie Garnier, Romane Berniès, Alix Duchet, Diandra Tchatchouang, Endy Miyem et Héléna Ciak vont pouvoir s'éclater. Absente à Ténérife, Marielle Amant qui arrive de Villeneuve d'Ascq est aussi une habituée de la sélection. L'alchimie risque de mettre du temps à naître, mais au printemps, quand les matchs décisifs arriveront, il faudra compter sur le BLMA. Demi-finaliste des playoffs l'an passé, l'ASVEL va vouloir franchir un cap. Pour Tony Parker, le propriétaire, l'objectif c'est "le Top 3 et l'EuroLeague". Pour y arriver, on trouve dans l'aile deux superbes joueuses, Alysha Clark et Michelle Plouffe, et une intérieure combative, Clarissa Dos Santos. La mène elle sera confiée à Ingrid Tanqueray qui revient de blessure et à Julie Allemand qui sort d'un Mondial époustouflant avec la Belgique. 

Charleville-Mézières a l'habitude de se hisser en haut du classement. Pour conserver cette dynamique, l'effectif n'a pas été chamboulé. Une médaillée de bronze mondiale est arrivée : Queralt Casas. A la tête des Flammes Carolo depuis 2001, Romuald Yernaux va pouvoir continuer à brûler ses adversaires avec son jeu rapide. Si ces quatre formations ont mis les moyens pour s'adjuger le titre, personne n'est à l'abri d'une bonne surprise. La deuxième place de Tarbes l'an passé est là pour le rappeler. Certaines joueuses comme Michelle Plouffe sont parties mais d'autres joueuses prometteuses sont arrivées dans le Bigorre à l'image de Marine Fauthoux. Villeneuve d'Ascq a perdu de nombreuses joueuses depuis son titre de 2016 mais l'équipe est toujours armée pour rester dans le top 5. Shante Evans ou Romy Bär sont des belles valeurs ajoutées. 

Entre les playoffs et la relégation, pas beaucoup de différence

Céline Dumerc part une nouvelle fois en campagne. En plus des certitudes apportées par Cap's et plus généralement d'un effectif qui a conservé de nombreuses joueuses, Basket Landes a tenté le pari Markeisha Gatling, une intérieure américaine qui reste sur une saison blanche après deux ans en WNBA. Saint-Amand est bien installé en LFB et va pouvoir compter sur le retour de Pauline Akonga pour continuer de piéger les plus grandes équipes françaises. Enchaîner les exploits sera le moyen le plus simple d'assurer rapidement le maintien. La Roche Vendée aura le même objectif. L'ex numéro 1 mondiale du 3x3 Caroline Hériaud (désormais n°3) va essayer de mener cette équipe vers une troisième saison consécutive au plus haut niveau. Mondeville et ses jeunes éléments comme Ewl Guennoc encadrées par l'expérience de Kristen Mann vont aussi se battre pour rester dans l'élite. Nantes-Rezé a perdu sa MVP et a du reconstruire 60% de son effectif pendant l'été. Heureusement, les Déferlantes ont réalisé un beau coup sur le marché des transferts avec l'arrivée d'Ana Suarez. Le mélange des genres pourrait être intéressant. Landerneau enfin va représenter la Bretagne en LFB. L'équipe a peu d'expérience du plus haut-niveau mais les recrues sont intéressantes. L'ancienne championne de France Kamila Stepanova, la meneuse expérimentée Joyce Cousseins-Smith ou les Américaines Shayla Cooper et Maggie Lucas.

A tous les niveaux, la lutte s'annonce intense. Toutes les équipes ont progressé et cela annonce un championnat plaisant. Après la décevante 5e place de l'équipe de France féminine à la Coupe du Monde, le basket féminin reste tout de même en bonne santé. Et cela promet du spectacle pour les huit mois à venir.

L'Open LFB 2018 :

Samedi 13 octobre 

  • 13h00 Centre Fédéral (LF2) - Toulouse (LF2)
  • 15h45 Tarbes - Lyon
  • 18h00 Villeneuve d’Ascq -Mondeville
  • Match des Champions LFB 2018 20h30 Bourges - Charleville-Mézières

Dimanche 14 octobre 

  • 13h30 Basket Landes - Landerneau
  • 16h00 Lattes Montpellier - Nantes Rezé
  • 18h30 Hainaut Basket - Roche Vendée
12 octobre 2018 à 10:23
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
NICOLAS KOHLHUBER
Nicolas Kohlhuber
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
12 décembre - 01h15
NBA Extra
12 décembre - 02h00
Houston Rockets
Portland Trail Blazers
12 décembre - 02h30
San Antonio Spurs
Phoenix Suns
12 décembre - 08h30
Nymburk
Dijon
12 décembre - 09h15
San Antonio Spurs
Phoenix Suns
Coaching