LIGUE DES CHAMPIONS

LA SIG STRASBOURG GAGNE AU COMBAT : VINCENT COLLET A ADORÉ

Quentin Serron SIG Strasbourg 201819 FIBA
Crédit photo : FIBA

La SIG Strasbourg s'est battue pour s'imposer contre Bayreuth en Ligue des Champions mardi soir. L'état d'esprit affiché a encore séduit l'entraîneur Vincent Collet.

Mardi soir, la SIG Strasbourg a signé une victoire à l'énergie contre Bayreuth en Ligue des Champions. Deux jours après son match plein contre Limoges, la SIG a souffert en début de match face à une formation qui avait bien ciblé les absences à l'intérieur pour le groupe alsacien. Mais, à -14, Strasbourg s'est rebellé et est revenu petit à petit. Jusqu'à passer devant à 55 secondes de la fin et finalement l'emporter 67 à 63. Un match lors duquel le meneur Mike Green a énormément pesé (12 points à 3/4 aux tirs, 7 passes décisives et 8 rebonds pour 18 d'évaluation en 29 minutes).

"Cela a été dur pour nous de marquer ce (mardi) soir, reconnait le vétéran. La défense a été la clé. On a fait des stops même quand on ne marquait pas, donc ils ne scoraient pas non plus. Ca n'a peut-être pas été beau à voir (sourire) mais pour nous c'était parfait pour rester dans le match."

Pour le coach vainqueur, Vincent Collet, cette victoire est très satisfaisante malgré les difficultés offensives (16 passes décisives pour 16 balles perdues).

"On a du se battre 40 minutes pour gagner ce match. Je suis très satisfait de notre performance. Il nous manque des joueurs et ce (mardi) soir on a joué contre une équipe intelligente. Ils nous ont attaqué toute la soirée dessous, ça a été difficile pour nous de résister. Je suis content qu'on soit remonté à -6 à la mi-temps car je pensais que cela pouvait être pire à cause de cette domination dessous. Quand on était à -14, on a commencé à mettre plus d'énergie. Je pense qu'en deuxième deuxième mi-temps, cette énergie, cette pression défensive les a gênés. Ils étaient en difficulté pour jouer leurs systèmes, mettre la balle à l'intérieur - ils voulaient encore le faire - car c'était plus difficile. Avec courage et talent, on a fait la différence. On a eu trois joueurs qui ont scoré pendant 36 minutes. On a eu la chance d'en avoir un 4e à la fin, Jérémy Nzeulie. Vraiment, je suis content, car sans être au complet c'était dur de gagner ce match. J'espère que très bientôt on aura le retour des joueurs blessés."

Mike Green et Nicolas Lang "au-dessus du lot"

Si Strasbourg est allé la chercher, c'est avant tout parce qu'elle s'est battue jusqu'au bout. Et tous les joueurs ont donné leur part.

"Pour moi, le réel symbole, c'est l'état d'esprit affiché pendant ce match. On est en réel sous-nombre et ce (mardi) matin, on ne savait pas si Florent Piétrus (touché à la cheville) allait jouer. L'état d'esprit est fantastique. Au début du quatrième quart-temps, on n'arrivait pas à marquer un panier et eux ont marqué que 2 points. On a accumulé les stops avec une énergie folle. Même ceux qui ont eu un rôle moindre comme Quentin Serron, Ludovic Beyhurst, Florent Piétrus (ont eu un impact). Ils ont affiché une détermination, un courage... C'est d'abord ça qui nous ont fait gagner. Alors bien sûr après il a fallu marquer, avec Jérémy (Nzeulie), Ali (Traoré). Ce soir deux joueurs ont été au-dessus du lot. C'est le meneur Mike Green qui a dirigé la manoeuvre. Il a eu une intelligence de jeu en tenant compte de tous les paramètres, à savoir notre faiblesse intérieure, le fait qu'on ait moins de joueurs, qu'on soit fatigué... Il a très bien contrôlé le tempo. Eh bien sûr il y a eu Nicolas Lang. Sans son adresse, il aurait été impossible de revenir. Surtout, je l'ai rarement vu défendre à ce niveau-là. Il a vraiment fait un grand match. Il avait eu du mal sur ces deux matchs au Rhénus qui étaient un peu chargés en émotions pour son retour sur ses terres. Ce soir il a vraiment ouvert le compteur... et de quelle manière."

3 matchs en 5 jours

Après sa victoire initiale en Slovénie et donc ce succès contre Bayreuth, la SIG est à 2 victoires en 2 matchs. Une bonne chose avant de se déplacer chez le Besiktas Istanbul la semaine prochaine.

"Besiktas est peut-être l'équipe favorite du groupe avec Bologne. C'est une équipe très solide et ils viennent de prendre en plus l'ancien Parisien Jason Rich qui est un très bon joueur. Elle est en plus coachée par Dusko Ivanovic... Les recevoir ça ne sera pas simple et le retour de Youssoupha (Fall) sera bien sûr très apprécié. Même si on a gagné les 4 derniers matchs sans lui, on hâte de le retrouver tout comme Jacques Alingué."

Mais avant ce match en Turquie, il y a une grosse affiche en Jeep ELITE vendredi soir avec un déplacement à Levallois. Ce sera le 3e match de la SIG en 5 jours.

"On va faire un décrassage ce mercredi et ensuite on va surtout faire de la mise en place et du travail individuel avec ceux qui ont moins joué. Ceux qui ont joué dans les 30 minutes ce soir, on va les économiser."

Cette 4e victoire de suite pour la SIG montre beaucoup du groupe en place.

"Ca fait 20 ans que je coache, ça fait partie des victoires que j'aime le mieux. Le caractère me plaît vraiment beaucoup. Ce n'est pas la première fois. On a commis une erreur contre Pau chez nous mais depuis on a montré beaucoup de signes positifs comme on l'avait montré déjà en préparation. C'est là-dessus qu'il faut construire. Le reste, ça se travaille de semaine en semaine. Mais ça, quand tu ne l'as pas, c'est souvent compliqué de l'acquérir. Là, il y a vraiment des choses sur lesquelles on peut s'appuyer. On avait les crocs, on est allé la chercher avec les dents et elles étaient longues."

17 octobre 2018 à 11:53
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
16 novembre - 01h15
NBA Extra
16 novembre - 02h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 09h15
Minnesota Timberwolves
New Orleans Pelicans
16 novembre - 11h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 12h45
NBA Extra
Coaching