LIGUE DES CHAMPIONS

PASCAL DONNADIEU : "ON A MIS TOUS LES INGRÉDIENTS POUR FAIRE UN GRAND MATCH"

Pascal Donnadieu Nanterre 201819 FIBA 4
Crédit photo : FIBA

Nanterre a régalé mercredi soir contre Bonn (103-56) en Ligue des Champions.

Face à Bonn - une équipe que Nanterre a battu 7 fois en 8 match en Coupe d'Europe depuis 2014 ! -, Nanterre a démarré 2019 par une large victoire mercredi soir pour la 10e journée de phase de poule de Ligue des Champions. Les hommes de Pascal Donnadieu ont livré un match plein pour s'imposer 103 à 56. Une belle opération, nécessaire, contre un adversaire direct pour la qualification en 8e de finale.

"C'était une victoire capitale, a avoué Pascal Donnadieu après la rencontre. De toute façon, on n'a pas le choix. On a deux matchs, celui-là et celui du PAOK (la semaine prochaine) face à nos adversaires direct pour la quatrième place qualificative, on l'a fait, et en plus avec la manière."

Nanterre a pourtant du faire sans Julian Gamble (qui va manquer au moins deux matchs encore, contre l'ASVEL samedi et le PAOK Salonique mercredi), son pivot titulaire, à cause d'une blessure à la cheville. Mais le travail et le sérieux affiché depuis la reprise vendredi dernier a permis aux Franciliens de réaliser une belle performance.

"Ca faisait partie des inconnus. On ne se passe pas d'un joueur comme Julian (Gamble), qui un point d'ancrage, comme ça. Au-delà de la blessure, on a fini le mois de décembre fatigué mentalement et physiquement. Quand on est revenu vendredi dernier, j'ai souhaité faire des entretiens individuels avec chaque joueur de l'effectif, bien expliquer ce qu'on attendait d'eux, définir leur rôle dans l'effectif. On a besoin de faire ce genre de choses. Même s'il y avait eu les vacances (entre-temps), on a fait un retour sur le match de Pau. La défaite n'était pas catastrophique, on avait fait un non-match. Depuis, on s'entraîne avec beaucoup d'intensité et de dureté. On a fait un énorme travail physique avec Vincent (Dziagwa, le préparateur physique), avec beaucoup de course. On récolte les fruits de notre travail. On a trouvé quoi ce (mercredi) soir ? Une équipe en rythme qui faisait les choses beaucoup plus vite, qui décidait plus vite, ça s'est concrétisé par 56 points encaissés et 27 passes décisives. Je pense que ce n'est pas un hasard. Il faut qu'on continue, qu'on ne se contente pas du match de ce soir. Bonn est une équipe référencée sur l'Europe. L'ampleur du score n'est pas anecdotique, ça prouve qu'on a mis tous les ingrédients pour faire un grand match.

[...] Au dela du rythme, le plan de jeu demandé a été respectement respecté. C'est pour les soirs où les joueurs font tout de travers et ne respectent pas grand chose de ce qu'on leur demande. Ce soir c'était un devoir plus que satisfaisant dans la manière, dans la rigueur. On le voit même par rapport aux pertes de balles... On n'est pas dupe, ce qui s'est passé ce soir, ça doit servir d'indicateur pour savoir où on veut aller. Mais dès samedi contre l'ASVEL, l'ogre de la Jeep ELITE, on va être confronté à un mur. J'ai dit aux joueurs que l'on peut être battu par plus fort... si on met les ingrédients qu'on a mis ce soir. Il faut continuer à aller dans cette voie. A l'image du match de Dominic (Waters). Il est à la création, il met des points, il fait 13 passes décisives, il défend correctement... On a besoin de ce genre de performances."

Samedi, Nanterre veut enchaîner face au leader de la Jeep ELITE, l'ASVEL, pour la 16e journée de Jeep ELITE.

"On sait que c'est une équipe qui est plus que bien en place. Il ne faut pas banaliser leurs performances. Même s'ils ont une équipe au-dessus de Jeep ELITE, ils enchaînent les matchs avec une grosse régularité. Avec leur effectif, ils ont la faculté de gérer les absences des uns et des autres. Ils sont très performants sur la scène européenne. On voit bien que c'est un espèce d'épouvantail. On sent qu'il n'y a pas grand chose qui peut les arrêter. Bien sûr on va jouer notre va-tout, on va tout faire pour essayer de les bousculer... Ce qui m'impressionne, c'est leur régularité, quelque soit les circonstances des matchs, des compétitions, des absences. Pour l'instant, chapeau bas sur ce qu'ils proposent."

10 janvier 2019 à 12:03
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching