LIGUE DES CHAMPIONS

VINCENT COLLET : "IL A FALLU ATTENDRE LA FIN DU MATCH POUR AVOIR DAVANTAGE DE LUCIDITÉ"

Vincent Collet
Crédit photo : Sébastien Grasset

Qualifiés pour les quart de finale de la Ligue des Champions, mercredi soir, Vincent Collet a salué la performance de son adversaire, le Neptunas Klaipeda. 

Ce jeudi matin, au réveil, les supporters de la SIG Strasbourg se sont peut-être encore pincés. Dans un scénario totalement fou, les hommes de Vincent Collet ont braqué le Neptunas Klaipeda (88-78 en prolongation) en 8e de finale retour de la Ligue des Champions. Au bord de l'élimination (18 points de retard en cumul à la mi-temps), les Lituaniens ont commencé à perdre leur basket dans les 10 dernières minutes. En conférence de presse d'après-match, l'entraîneur de Strasbourg était soulagé d'avoir réussi à trouver les bons joueurs au bon moment du match pour renverser la situation et a souligné :

"La remarquable performance de notre adversaire qui a fait preuve de la même agressivité qu'au match aller, qui à mon sens, a été encore plus intelligent dans le jeu pour nous mettre en difficulté. L'autre raison c'est que même si on avait la volonté d'être très dur au début, on ne l'était pas. On a subi leur impact. Il n'y avait qu'a voir comment, à chaque contact, on reculait, on se faisait bouger avec cette écrasante domination aux rebonds, 14 à 7 pour Klaipeda. Même nos preneurs de balle habituels n'y étaient pas. Tu ajoutes deux, trois layups ratés en chemin, et tu es très vite en difficulté. Après tu as tendance à te précipiter et c'est ce que nous avons fait toute la première mi-temps. C'est la raison pour laquelle nous avons été autant dominés. La dernière, enfin, c'est que Klaipeda avait idée d'enlever tous les tirs à David Logan, mais par contre de les laisser à tous les autres. Même en insistant beaucoup à la mi-temps sur ce point, j'ai eu dû mal à être entendu car les joueurs voulaient se rassurer et aller dans le paquet. Je leur ai dit d'arrêter d'aller dans le mur. Que même lorsque vous avez une petite ouverture, là où habituellement vous pouvez mettre un layup, vous avez toujours un mec qui va arriver donc il faut faire des passes en plus. On ne se passait pas assez la balle. Contre ce type de défense hyper agressive et qui en plus fermait très bien, il n'y avait pas le choix, les solutions immédiates sont vouées le plus souvent à l'échec. Il a fallu attendre la fin du match pour avoir davantage de lucidité. Nous avons été bousculés par nos émotions. Il faut rendre hommage à cette belle équipe qui a très bien joué pendant 30 minutes avant de baisser le pied face à nos changements défensifs. Là, ils ont été beaucoup plus en difficulté. Il a fallu aussi attendre la fin pour trouver le meilleur cinq."

Qualifiés donc pour les quarts de finale de la compétition, Strasbourg affrontera l'AEK Athènes, qui de son côté a "grecquifié" les Tchèques de Nymburk (82-93) après avoir perdu de 10 points, chez eux, à l'aller.  

Match aller, le mercredi 28 mars, en Grèce. Match retour, la semaine suivante, à Strasbourg.

15 mars 2018 à 11:38
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE SANSON
Alexandre Sanson
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
22 octobre - 16h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
22 octobre - 23h30
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
23 octobre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Limoges
Coaching