NBA

"SEULEMENT" 9 FRANÇAIS EN NBA CETTE SAISON : UNE TRANSITION AVANT L'EXPLOSION ?

Timothé LuwawuCabarrot OKC Thunder 201819 conf
Crédit photo : OKC Thunder

La saison NBA 2018/19 démarre ce mardi avec deux affiches (Boston - Philadelphie ; Golden State - Oklahoma City) et "seulement" neuf joueurs français.

Boris Diaw et Ronny Turiaf partis à la retraite, Mike Piétrus disparu des radars, Yakhouba Diawara loin de ses années NBA... la génération 1982/83 qui a complètement installé le basketball français en NBA n'est plus là, ou presque. Seul Tony Parker (36 ans) sera sur les parquets cette saison, sous de nouvelles couleurs, celles des Charlotte Hornets, dans le rôle du meneur remplaçant taulier du vestiaire.

Tony Parker fera équipe avec son grand ami, Nicolas Batum, partenaire en affaires à l'ASVEL, parfois considéré comme son "petit frère". Le Normand, avec la mise à l'écart progressive d'Alexis Ajinça, est finalement le seul joueur de la génération 88/89 à s'être imposé dans la grande ligue nord-américaine. Les autres (Antoine Diot, Edwin Jackson, Kim Tillie, Thomas Heurtel, Kévin Séraphin, Adrien Moerman et Rodrigue Beaubois) sont eux des cadres de belles équipes EuroLeague, ou alors des visages connus en LNB (Benoit Mangin, Olivier Romain, Jessie Begarin).

Ce sont désormais les 92 qui sont les "stars" françaises de NBA, à savoir Rudy Gobert (meilleur défenseur de la saison 2017/18) et Evan Fournier (17,8 points de moyenne en 32 minutes). A 26 ans, ils ont désormais un vrai statut de fort joueur dans la ligue. Le premier, très ambitieux, veut devenir l'un des meilleurs défenseurs de l'histoire de la NBA, rien que ça. Et aussi se rapprocher du titre, avec Utah. Autrement, Evan Fournier espère enfin jouer les playoffs à Orlando, ce qui lui permettrait d'entrer dans les discussions pour le All-Star Game.

Entre 92 et 98, il y a de la place à prendre

Entre cette génération 92, qui a tenu les promesses de ses jeunes années (médaille d'argent à l'Euro U18 en 2009 avec un an d'avance puis de bronze à l'Euro U20 2011 avec un d'avance également et enfin d'argent à l'Euro U20 2012) et la génération 98 (l'or en 2014 à l'Euro U16 puis l'or à l'Euro U18 en 2016) de Frank Ntilikina, il y a eu un véritable creux pour le basketball français masculin. Mais dans chaque génération, des joueurs ont quand même réussi à s'en sortir. Après une saison sophomorre où il a peu à peu disparu de la rotation des Sixers de Philadelphie, Timothé Luwawu-Cabarrot est passé à l'Ouest, rejoignant Oklahoma City. Pas vraiment poste 2, pas vraiment poste 3, bon shooteur mais pas excellent dans le domaine, "TLC" a beaucoup de qualité mais pas encore une spécificité forte qui lui permettra de s'imposer en NBA. Peut-être que Billy Donovan et son staff vont réussir à la cibler pour lui donner un rôle régulier ? A suivre. Sur la même génération, 95, on attend également l'affirmation de Guerschon Yabusele. Poste 4 très puissant et potentiellement mobile, il a les caractéristiques pour s'imposer dans la rotation des Boston Celtics qui sont les grands favoris à l'Est et cherchent à allonger leur rotation. A lui de saisir sa chance !

On vous parlait tantôt de la génération 98, elle est déjà représentée par Frank Ntilikina. Au début de l'intersaison, le coach des Knicks a changé et les attentes autour du jeune alsacien restent élevées dans La Grosse Pomme. L'ancien joueur de Strasbourg doit trouver de la consistance dans son jeu, surtout offensif, avec un tir plus fiable et une prise d'initiatives plus élevée. Car à NYC, il n'aura pas de troisième saison pour s'affirmer, du moins dans ce rôle majeur.

Cette saison rookie, inégalement traversée par Ntilikina, va peut-être servir d'exemple pour Elie Okobo. Révélé sur le tas, le Bordelais arrive en NBA un an après Ntilikina qui est pourtant âgé d'un an de moins que ce dernier. Jamais très attendu, Okobo n'a pas la même pression au sein d'une franchise où les regards sont tournés vers DeAndre Ayton, numéro 1 de la Draft 2018. Sous les radars, l'ex-Béarnais peut apporter son audace, lui le meneur scoreur doté d'un vrai bras gauche et de qualités athlétiques sous-estimées.

Enfin, n'oublions pas Ian Mahinmi qui, à bientôt 32 ans, attaque sa 12e saison NBA. Voilà un joueur qui, grâce à son sérieux, son éthique de travail, son état d'esprit et la compréhension de ses forces et faiblesses, a réussi à faire carrière en NBA. En rotation de Dwight Howard (voire mieux si ce dernier est souvent blessé), il apportera toujours aux Washington Wizards, une équipe solide à l'Est.

Et les autres ?

Aux neuf joueurs présents sur la ligne de départ pourraient s'en ajouter un ou deux autres. Joakim Noah, libéré par les New York Knicks, peut rejoindre une franchise ayant besoin d'un intérieur d'expérience supplémentaire, s'il accepte le "minimum vétéran". Pour Alexis Ajinça, également libre depuis lundi, on a plus de mal à le voir réintégrer une franchise NBA, du moins tout de suite. Le Stéphanois sort d'une saison blanche et avant cela il n'avait plus montré grand chose depuis un moment. On l'imagine tenter sa chance coûte que coûte en G-League. S'il ne parvient pas à se faire appeler à terme grâce à des performances satisfaisantes, son retour en Europe est à envisager pour remplir un peu son compte en banque. Car ses centimètres et son talent n'ont pas disparu, à 30 ans.

Un renouveau à partir de 2019 ou 2020 ?

Si on assiste à une baisse du nombre de joueurs français en NBA, une réelle explosion pourrait arriver par la suite, sachant que seul Tony Parker est susceptible de prendre sa retraite dès l'été prochain. L'an prochain, on prédit la Draft de deux postes 3/4 : Sékou Doumbouya (né en 2000) et Jaylen Hoard (né en 1999). S'ils font une bonne saison, plusieurs "98" (Killian Tillie, Digué Diawara, Adam Mokoka, Abdoulaye Ndoye) pourraient tenter leur chance en plus d'Amine Noua (né en 1997), automatiquement éligible. A partir de 2020, cela pourrait devenir une véritable "razzia" avec l'arrivée des 2001 (Killian Hayes, Théo Malédon, Malcolm Cazalon, Tom Dibgeu). Pour la suite, il est trop tôt pour se prononcer mais le potentiel est là chez les 2002 et 2003. Enfin, n'oublions pas que sept joueurs français âgés de 21 à 26 ans (Louis Labeyrie, Livio Jean-Charles, David Michineau, Petr Cornelie, Matthias Lessort, Alpha Kaba et Isaïa Cordinier) ont été draftés ces cinq dernières années, même s'il apparaît peu probable que certains intègrent un effectif en saison régulière.

Les joueurs français partis de NBA : Joffrey Lauvergne (Fenerbahçe Istanbul, Turquie), Joakim Noah (libre) et Alexis Ajinça (libre)

Les joueurs français arrivés en NBA : Elie Okobo (Phoenix Suns).

16 octobre 2018 à 13:48
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
18 novembre - 11h00
Euro Féminin Qualificatifs : Roumanie / France
18 novembre - 18h25
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 13h00
Limoges
Nanterre
19 novembre - 15h00
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
19 novembre - 23h30
Lyon-Villeurbanne
Le Mans
Coaching