NBA

LES 10 FRANÇAIS DE NBA : QUI POUR S'IMPOSER DERRIÈRE LE DUO GOBERT - FOURNIER ?

Français en NBA
Crédit photo : DR

La saison NBA vient tout juste de démarrer. Que peut-on attendre des dix joueurs français pour cette saison 2019/20 ?

La saison NBA 2019/20 a démarré ce mardi soir. Le champion, Toronto, s'est imposé après prolongation contre La Nouvelle Orléans, qui doit se passer de sa nouvelle star Zion Williamson pour six à huit semaines à cause d'une opération du genou. Le deuxième match de la soirée opposait les deux franchises de Los Angeles, avec une victoire finale des Clippers de Kawhi Leonard.

Ce mercredi, pas moins de onze matchs ont lieu, ce qui va véritablement lancer la saison. Pour la sixième année consécutive, plus de 100 joueurs non-américains composent les effectifs NBA. Ils sont 108 exactement, sans compter les 11 éléments en two-way contract. On compte 16 joueurs canadiens (un record pour un pays, en dehors des Etats-Unis), 9 Australiens et 8 Français (plus 2 avec un two-way contract). L'équipe de Dallas, portée par le duo Luka Doncic - Kristaps Porzingis, compte à elle seule 7 joueurs non étasuniens (sur 15).

Pour le contingent français, cette première saison sans Tony Parker depuis l'exercice 2000/01, sonne comme un renouveau. Derrière le duo star (Gobert - Fournier) et les vétérans (Batum et Mahinmi), les jeunes joueurs doivent s'imposer dans la grande ligue.

  • Rudy Gobert (2,16 m, 27 ans) : pivot du Utah Jazz

Après ses deux titres de meilleur défenseur de la saison régulière, le pivot picard veut continuer à briller de ce côté du parquet. Il espère également continuer à progresser offensivement, après sa meilleure saison statistique (15,9 points à 66,9% de réussite aux tirs et 2 passes décisives) pour devenir un All-Star. Mais les objectifs individuels ne passent que par la réussite collective. Dans une conférence Ouest toujours plus dense, Utah doit garder sa place dans le Top 8. Des joueurs d'expérience et de renom, comme Mike Conley Jr., sont arrivés pour densifier un effectif de plus en plus compétitif.

  • Evan Fournier (2,01 m, 27 ans) : arrière du Magic d'Orlando

Il a enfin atteint le Top 8 avec Orlando, la franchise qu'il a rejoint à l'été 2014. Se battre toute la saison pour cette qualification est un objectif fort pour le Francilien. Il espère qu'après avoir terminé huitième en 2018/19, à l'Est, le Magic progressera dans la hiérarchie. Pour cela, la franchise floridienne a réussi à conserver une majeure partie de son effectif. Pour passer un cap, les joueurs tels que Nikola Vucevic et Evan Fournier devront également passer un cap à titre individuel. La marge de progression de l'arrière français est simple : au sortir d'un excellent Mondial, il lui faudra retrouver son adresse. De plus en plus complet (3,6 passes décisives en 2018/19), il a perdu 2,1% de réussite aux tirs entre 2017/18 (45,9%) et 2018/19 (43,8%), dont -3,9% à 3-points (de 37,9% à 34%), et -6,1% aux lancers francs (de 86,7% à 80,6%). En retrouvant ses chiffres plus habituels, il devrait donc retrouver une moyenne de points (15,1 en 2018/19) plus conforme à ses habitudes (17,8 en 2017/18).

  • Nicolas Batum (2,03 m, 30 ans) : ailier des Charlotte Hornets

Après avoir perdu Kemba Walker, parti à Boston, Charlotte est en reconstruction. La franchise aura des difficultés pour accrocher les playoffs, à moins que Terry Rozier n'explose. Nicolas Batum, installé dans un rôle de facilitateur où peu de responsabilités offensives lui sont confiées, pourrait désormais sortir du banc. Son rôle sera simple : il devra apporter son expérience dans le groupe afin de le faire avancer le plus vite possible. Mais pour lui, à bientôt 31 ans, il serait sans doute bien plus agréable de le faire dans une équipe ayant des objectifs compétitifs à court terme.

  • Frank Ntilikina (1,96 m, 21 ans) : meneur des New York Knicks

Sa saison sophomore avec New York a été frustrante. Baladé de poste en poste, souvent blessé, le meneur alsacien n'a pas réussi à faire sa place dans le collectif de David Fizdale. Il semblait ne plus faire partie des plans de la franchise. Mais sa récente Coupe du Monde réussie, avec un gros match contre les Etats-Unis en quart de finale, lui a redonné des ailes et a montré aux difficiles supporters des Knicks qu'il restait un joueur à fort potentiel. S'il parvient à démarrer la saison en forme, l'ancien joueur de Strasbourg pourrait entrer dans la saison 2019/20 avec confiance. Et dès qu'il a confiance...

  • Ian Mahinmi (2,11 m, 32 ans) : pivot des Washington Wizards

Ian Mahinmi a réalisé un vraie belle carrière NBA dans la peau d'un joueur de devoir. Depuis sa Draft en 2005, le Normand a toujours su se rendre utile. Mais en 2018/19, le staff des Wizards a décidé de s'en passer. Il n'est ainsi entré qu'à 34 reprises avec son plus petit temps de jeu moyen depuis 2010/11 et son ultime saison à Dallas. Reste à savoir si Washington D.C. a de nouveau prévu de l'inclure dans la rotation, ce qui n'est pas gagné en raison de soucis au tendon d'Achille.

  • Elie Okobo (1,87 m, 22 ans) : meneur des Phoenix Suns

Derrière Ricky Rubio au poste 1 et Devin Booker à l'arrière, Elie Okobo a un coup à jouer à Phoenix, une franchise qui espère sortir des bas fonds du classement à l'Ouest. Le Bordelais a du talent mais a encore du mal à être consistant. Connaissant désormais le jeu NBA, l'arrière gaucher espère parvenir à obtenir un vrai rôle d'impact player en sortie de banc.

  • Vincent Poirier (2,13 m, 26 ans) : pivot des Boston Celtics

Sa progression continue, de Bussy à Vitoria en passant par Levallois et Hyères-Toulon, l'amène désormais en NBA. Le pivot, après avoir terminé meilleur rebondeur de l'EuroLeague en 2018/19, veut parvenir à s'exprimer avec Boston. Le challenge est simple : il doit parvenir à poser de bons écrans, rouler fort en direction du panier, marquer des paniers faciles et prendre des rebonds. Sa capacité à pouvoir gagner en mobilité latérale lui permettra d'être plus efficace en défense, notamment sur pick & roll, afin de pouvoir avoir la confiance du staff.

  • Sekou Doumbouya (2,05 m, 18 ans) : ailier des Détroit Pistons

Encore très jeune, ce talent brut va d'abord faire ses armes en G-League, avec Grand Rapids, la franchise affiliée aux Pistons de Détroit. Là-bas, il aura des responsabilités et va pouvoir s'exprimer en compétition sans la peur de mal faire. De quoi lui permettre de s'acclimater à l'univers NBA tout en se renforçant physiquement et régularisant un peu son adresse extérieure.

  • Jaylen Hoard (2,05 m, 20 ans) : ailier des Portland TrailBlazers

Signé via un "two-way contract", ce tweener (poste 3/4) va essentiellement évoluer en G-League. Portland n'ayant pas de franchise affiliée, il jouera au sein de l'équipe réserve d'une autre franchise. Gros rebondeur, vrai athlète, il doit progresser sur la régularité de son tir pour devenir une vraie menace et s'imposer à terme dans l'effectif des Blazers.

  • Adam Mokoka (1,96 m, 21 ans) : arrière des Chicago Bulls

Doté d'un physique à la Charles Kahudi, Adam Mokoka est cependant plus vif que ce dernier et possède également plus d'aisance avec la balle. Comme Jaylen Hoard, il a signé un "two-way contract" après une saison au KK Mega Bemax en Serbie. S'il pourrait devenir un vrai stoppeur capable d'arrêter n'importe quel poste 1, 2 ou 3, il doit aussi progresser offensivement (tir, création, jeu sur pick & roll). Ce qu'il a travaillé toute la saison passée en étant régulièrement utilisé au poste 1. Avec Windy City, la franchise affiliée des Chicago Bulls évoluant en G-League, il devrait avoir souvent la balle en main et ainsi progresser sur ces secteurs clés. De quoi lui permettre de devenir un "two-way player" (joueur efficace des deux côtés du terrain) ?

Et les autres ? Joakim Noah est toujours sans contrat, comme en début de saison 2018/19, avant qu'il ne rejoigne Memphis où il s'est montré à son avantage. Pour Timothé Luwawu-Cabarrot, on l'imagine plutôt en G-League dans un premier temps. Un championnat où l'on retrouvera donc au moins trois des quatre rookies mentionnés plus haut ainsi que Darel Poirier, dont les droits ont été envoyés à Windy City.

23 octobre 2019 à 17:25
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.