NM1

ITW HERVÉ COUDRAY (CAEN) : "DÉSORMAIS, NOUS SOMMES PLUS CHASSÉS QUE CHASSEURS"

Crédit photo : Sébastien Grasset

Chaque semaine, un entraîneur de Nationale 1 fait un point sur la situation actuelle de son club, les ambitions, et sa vision du championnat. Aujourd'hui, Hervé Coudray, le coach de Caen, s'exprime.  

Grâce à une série en cours de neuf victoires consécutives, Caen est leader de Nationale 1 depuis le week-end dernier. Après un début de saison difficile marqué par les blessures, le CBC a trouvé la bonne carburation et se met à rêver d'une montée directe en Pro B à l'issue de la saison.

Vous êtes désormais leader de Nationale 1, ça vous change quelque chose ?

Non, rien rien du tout. Nous sommes leaders car Quimper et Souffel ont fait un faux pas et nous en profitons. Mais c'est tellement serré et Quimper et Souffel ont tellement été en tête jusque-là que ça ne change rien. Pour nous, il faut poursuivre sur la dynamique et aller le plus loin possible.

Le fait de passer en tête vous fait changer de statut tout de même, non  ?

C'est vrai que nous sommes désormais un peu plus chassés que chasseurs mais il reste dix journées à jouer et il va se passer plein de choses. Nous sommes sur une série de neuf victoires consécutives mais les séries sont faites pour être interrompus. Ce sera compliqué de gagner les dix prochains matchs et faire une série de dix-neuf victoires d'affilée ! Il y aura des moments plus diffiicles. Actuellement, nous profitons. L’objectif est de continuer à bien jouer ensemble.

Quels étaient les objectifs en début de saison après votre participation au Final Four à Saint-Vallier l'an dernier ?

L’objectif était de faire mieux. Ce qui veut dire qu'il ne reste plus beaucoup de place ! En plus, il y a quelques autres équipes avec le même objectif que nous... La première partie de saison a été compliquée avec les blessures. Mais aujourd'hui, tous les joueurs semblent avoir trouvé leur place. C'est important.

Vous avez ajusté votre effectif cet hiver avec l'arrivée de Justas Sinica puis il y a les retours de Richie Gordon, Etienne Plateau... La stabilité est la clé de votre forme du moment ?

Effectivement, et ce n'est pas simplement l’arrivée de Justas qui a changé les choses. Richie, depuis la reprise, va beaucoup mieux physiquement. Même s’il a fait quelques matchs en première partie de saison, il n'était pas à 100%. Nous manquions de vitesse dans le jeu intérieur. Justas, lui, donne de la périphérie, de la mobilité et du danger près du cercle pour faire tomber des fautes et trouver des paniers faciles. Nous avons la possibilité d’être dangereux près du cercle, dans la pénétration et à la périphérie. Ça nous donne une équipe complète sur le plan offensif. C'est ce qui fait la différence sur les équipes adverses. Notre intensité défensive aussi permet d’agir comme un rouleau compresseur pour faire craquer physiquement l’adversaire. Quand ils commencent à rentrer dans les rotations, nous arrivons encore à mettre du rythme. 

A l'intersaison, vous aviez fait un pari sur la mène en associant Sébastien Cape et Thomas Cornely. On peut dire qu'il est gagnant ?

Nous pourrons le dire à la fin s'il est gagnant ou non mais pour le moment, c'est la cas. Le début de saison a été un peu compliqué sur ce plan là mais Thomas notamment a su redresser la barre. Il dirige le jeu d’une manière intéressante et monte en pression au niveau défensif.

Ce samedi, vous vous rendez à Orchies. Une équipe qui, comme vous, se porte très bien. Ce match s'annonce compliqué... 

On peut même dire qu'Orchies va aussi bien que nous. Comme nous, ils ont gagné 12 des 14 derniers matchs. Puis là-bas, le public est toujours enthousiaste dans une salle sympathique. C’est aussi pour ça qu’on fait ce métier. Ces matchs à enjeu sont intéressants à jouer. L’objectif est de conserver la dynamique de victoire. Ce sera compliqué car à domicile, ils ne lâchent pas grand chose. C’est une équipe d’expérience.

Aujourd'hui, Caen est prêt à monter en Pro B ? 

Les dirigeants y travaillent. C’est l’objectif depuis quatre saisons. La montée en NM1 était une étape. Le club a fait un gros travail et le budget est désormais à 80% fait avec des partenaires privés. A Caen, il y a aussi une belle popularité basket. Le week-end dernier, face à Rennes, il y avait 3 000 personnes dans la salle et nous avons refusé du monde.

25 février 2017 à 14:27
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
DONOVAN GOUGEON
Je ne vais jamais au-delà de la ligne à 3 points, on m'a dit que ça valait moins de points.
Donovan Gougeon
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.