NM1

ITW TOM WISCART-GOETZ : "CETTE ANNÉE M'A PERMIS DE PASSER UN CAP DANS PAS MAL DE DOMAINES"

Crédit photo : Gérard Héloïse

Il était l'un des nouveaux jeunes visages du championnat de Nationale 1 Masculine cette année. Arrivé à La Charité en provenance d'Antibes, ou il fut formé, Tom Wiscart Goetz vient de réaliser une première saison convaincante. Il est revenu pour nous sur son parcours et son choix de rejoindre la Nièvre l'été dernier.

Tom Wiscart-Goetz (1,87 m, 20 ans) fait partie de ces jeunes qui ont très tôt décidé de sauter le pas et de quitter les championnats "espoirs". Au même titre que son compère Isaac Mayembo (2,00 m, 21 ans), avec qui il était au centre de formation d'Antibes deux années durant, il a décidé de rejoindre l'été dernier le club de la Charité, en Nationale 1 masculine (NM1). Un choix qui peut paraitre surprenant au premier abord, mais dont le jeune meneur de jeu a tenu à nous expliquer les raisons. "Après une longue réflexion j’ai décidé de quitter le monde espoir. J’ai beaucoup aimé le projet du coach Fabien Anthonioz, je savais que j’allais jouer et c’est ce que je voulais."

À la découverte de la Nationale 1 Masculine

En recherche de temps de jeu au niveau professionnel, il a trouvé dans la Nièvre ce qu'il était parti chercher, et se montre satisfait de la saison qu'il vient d'effectuer. "Je tiens à tirer un bilan positif de ma saison. Je suis content déjà parce que j’ai eu beaucoup de temps de jeu que j’ai eu des responsabilités et je suis content de ce que j’ai fait sur le terrain". Une satisfaction qui peut se comprendre quand on se penche sur son bilan statistique (8,3 points à 45,8% de réussite aux tirs, 2,2 rebonds et 3,9 passes décisives pour 8,9 d'évaluation en 27 minutes de moyenne).

Très adroit derrière la ligne à 3-points (40,3 % de réussite), il a pu démontrer toutes ses qualités offensives, avec notamment une pointe à 17 points et 25 d'évaluation cette saison contre le leader Chartres. "Cette année m’a permis de passer un cap dans pas mal de domaines. Déjà l’adresse, j’ai beaucoup progressé dessus et j'ai confiance en mon tir extérieur maintenant. J’ai beaucoup travaillé mon dribble aussi et j’ai progressé dans la vitesse de décision, c’est ce dont j’avais besoin pour jouer au haut niveau. Je continue également de progresser physiquement". Il se dit d'ailleurs "frustré" que la saison se soit arrêtée subitement, voulant "continuer de monter en puissance" lors de la seconde phase. 

Aux côtés notamment d'Akeem Williams, l'un des meilleurs meneurs de la NM1 cette année, il a trouvé dans la Nièvre toutes les conditions pour s'épanouir humainement et sportivement. "Je suis très fier d’y avoir jouer. C’est un club familial et chaleureux, avec de très belles valeurs". Alors que le club avait obtenu son maintien sur les parquets, étant même pas loin de finir dans le Top 5 de la poule B, les Charitois ont été rattrapés par des problèmes financiers et ont demandé à repartir en NM2 l'an prochain. "C’est vraiment dommage mais je pense que c’est mieux pour eux et j’espère qu’ils vont bien se reconstruire" ajoute-t-il, tenant également à souligner l'investissement des dirigeants du club.

 La Jeep ELITE, les équipes de France jeunes

Originaire du Var, il a débuté sa jeune carrière de basketteur du côté Hyères-Toulon. Passé également par l'ASPTT Toulon, il a rejoint le centre de formation d'Antibes à l'âge de 15 ans. "Je connaissais pas mal de monde là-bas avec les sélections et ce n’était pas très loin de chez moi. C’est un très bon centre de formation avec une belle structure. Un choix qui lui a permis par la suite de côtoyer l'équipe première, alors en Pro A (devenue Jeep ELITE), représentant une expérience riche d'enseignements pour le jeune meneur. "Le coach Julien Espinosa m’a donné la chance d’intégrer l’effectif pro. J'ai eu l'opportunité de m’entraîner tous les jours avec eux, même sans forcément jouer en match. C’était une bonne expérience, j’ai joué tous les jours contre des très bons meneurs et ils m’ont aidé à progresser". Avant d'ajouter. "Et les matchs m'ont montré l’intensité que je devais atteindre pour jouer au haut niveau". Il aura en tout disputé 11 matchs de Jeep ELITE lors des exercices 2017/18 et 2018/19, tournant à 1,6 point de moyenne. Mais l'intérêt était ailleurs pour ce jeune homme à la tête bien faite.

Une expérience du haut-niveau qu'il a pu également développer lors de ses sélections avec les équipes de France jeunes. Sélectionné chez les U16, U17 et U18, il a également disputé la préparation chez les U20, avant malheureusement de se blesser. Le fils de Frédéric Wiscart-Goetz (assistant coach de Laurent Legname à Dijon) s'est confié sur ces très belles aventures sportives et humaines. "Ça fait partie des meilleures choses que j’ai vécu dans le basket. Les trois campagnes étaient incroyables mais le championnat du monde U17 c’était je pense ma meilleure expérience. J’ai pu voir et jouer contre les meilleurs joueurs du monde de ma génération, pas mal d’entre eux sont d'ailleurs en NBA maintenant. Et c’est une fierté de porter le maillot de l’équipe de France, j’ai beaucoup aimé. Les marseillaises c’était des moments très fort pour moi j’avais toujours des frissons, même la rien que d’y penser j’en ai des frissons". On peut le croire.

Et maintenant, quelle suite ?

Actuellement confiné dans la Nièvre, il continu de s'entraîner avec abnégation, progresser physiquement étant l'une de ces priorités cet été. Tout comme le "travail main gauche", reconnait-il. Lorsqu'on le questionne sur ses ambitions lors de la saison prochaine, sa réponse est franche et déterminée. "Je suis prêt et j’ai envie de jouer plus haut. Continuer de passer des caps et progresser sur ce que je dois améliorer. J’ai envie de trouver un projet intéressant pour moi et de continuer à m’épanouir autant". Un profil de moins de 23 ans (U23) qui pourrait être notamment attractif pour les clubs de Pro B ne possédant pas de centre de formation.

03 mai 2020 à 17:33
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
YANN BANKHALTER
Yann Bankhalter
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.