NM1

PRÉSENTATION ET PRONOSTICS DE LA POULE A

JBAM
Crédit photo : Gérard Heloise

La Nationale Masculine 1 est de retour ce week-end ! Entre la lutte pour la montée, celle pour le maintien et les places pour les play-offs, la bataille va faire rage d'une poule A ultra compétitive. Présentation.

Une poule qui va regrouper la plupart des équipes du Grand Ouest de Rueil-Malmaison jusqu’à Tarbes-Lourdes en passant par la Gironde. La saison précédente, il était reproché un manque d’équilibre entre les deux poules à la Fédération qui a opté pour l’option Poule Ouest/Est. Une poule Ouest qui sera très relevé avec des favoris pour le top 5, des outsiders et des retardateurs qui vont tenter d’échapper à la poule basse. Revue des forces en présence.

Les favoris pour le top 5

Depuis quelques années, le projet de l’Union Tours Basket Métropole prend de l’ampleur après leur montée en Nationale 1 en 2018 à l’issue de la restructuration de la troisième division française. Après une élimination en tour préliminaire de play-offs lors de sa première saison, le club était deuxième de sa poule à l’arrêt de la saison derrière Angers. Pierre Tavano a souhaité jouer la continuité lors de l’intersaison en conservant 7 joueurs. 3 boulonnais sont venus s’ajouter avec le vétéran JBAM, Ralph Temgoua et Roman Huger. La blessure de Will Felder Jr a finalement obligé Tours à recruter Michael Craion et Christophe Larrouturou. Une base de 11 joueurs qui est l’une des meilleures sur le papier et qui pourra permettre à l’équipe tourangeau d’être dans les hauteurs de la poule A.

Avec Antoine Michon aux manettes, Vendée Challans a réalisé un mercato solide avec le recrutement des jeunes joueurs mais aussi de joueurs confirmés du championnat comme Romain Dardaine et Mathieu Bigote. Ce mix de jeunesse et d’expérience pourra permettre à Challans de relever la tête après une saison compliquée où il était 11ème de leur poule à l’arrêt de la saison. L’effectif a été renouvelé à 90% avec Kevin Bichard comme seul survivant même si Devon Thomas était arrivé en fin de saison mais n’avait participé à aucun match. L’évolution des jeunes du centre de formation comme Martin Diakité et Samuel Alouekey seront intéressantes à observer.

Cette équipe d’Angers pose des interrogations multiples à l’aube de cette nouvelle saison. Après avoir décroché la première place de sa poule et espéré pendant quelques semaines une montée en Pro B, l’Étoile d’Angers Basket est bien là en NM1. Les matchs de préparation n’ont pas vraiment rassuré les fans de club angevins et un mystère règne autour de l’arrivée du poste 4 marocain Mohamed Choua qui est pour l’instant remplacé par Aaron Falzon. Les départs de Seguela et Bichard vers Gries-Oberhoffen ont affaiblis l’équipe sur les postes extérieurs malgré l’arrivée de Kevin Thalien, auteur d’une belle saison avec Tarbes-Lourdes il y a deux ans. Le départ de l’enfant du club Thibaut Lonzième a aussi été mal vécu par bon nombre de supporters.

Aaron Falzon Etoile Angers Basket 202021

Aaron Falzon sera angevin jusqu’en Octobre en attendant l’arrivée potentielle de Mohamed Choua (Crédit photo : EAB)

Dernier de sa poule, le CEP Lorient a pris une nouvelle dimension cet été avec l’arrivée d’un nouveau mécène dans le club. De plus grands moyens pour recruter une base de joueurs français plus forte à l’image du trio Cape-Van Andringa-Coulibaly. 6 joueurs sur 11 ont tout de même été prolongés dont certains cadres comme Ibrahim Souanera et Ronaldas Rutkauskas. Lorient s’affirme donc comme un prétendant à la montée après deux saisons où le club breton a été pénalisé pour irrégularités financières et administratives puis pour avoir fait jouer un joueur suspendu.

Pour terminer ce Top 5, l’Aurore Vitré sera toujours une équipe sur laquelle on pourra compter avec son meneur américain Robert Turner. Il était dans la course pour le MVP avec De’Vaughn Maxwell avec une moyenne de 20,3 points par match. Julien Cortey s’est renforcé avec l’arrivée du duo d’anciens bordelais composé de Matthieu Robin et Marc Gosselin mais aussi Thibault Alexis, joueur athlétique du Beaujolais Basket en N2 et Jérémie Douillet, ancien pivot de Challans. L’équipe devrait prendre une nouvelle dimension après la perte de cinq joueurs français qui étaient présents pour la plupart depuis plusieurs saisons.

La course aux play-offs

 

Cette année, il faudra encore compter sur le Rueil Athletic Club qui a réalisé une excellente intersaison avec le recrutement du géorgien Giorgi Turdziladze ainsi que la venue de jeunes joueurs français comme Maël Poiroux et Christopher Dauby. Ce dernier était le meilleur marqueur de la réserve de Poitiers avec 15,8 points par match en Nationale 2. Hormis cela, les sept autres joueurs sont conservés dont Youssouf Timera qui jouait avec l’équipe réserve en NM3 la saison dernière. Le seul grand changement finalement c’est le coach puisque Makan Dioumassi est désormais sur le banc à la place de Julien Hervy qui était présent depuis 2005.

Gregg Thondique est toujours là, et il compte bien amener Rueil vers les hauteurs de la Poule A

(Crédit photo : Gérard Heloise)

La Rochelle, comme de nombreuses équipes, a décidé de chambouler son effectif avec 7 départs pour 6 arrivées mais garde une ossature avec la prolongation des deux piliers de l’équipe : Ron Anderson Jr et Arnauld Thinon. De la même manière que Rueil, La Rochelle a remplacé son coach avec la venue de François Sence à la place de Grégory Thiélin. Dans ses bagages, il a amené Olivier Yao-Delon de Saint-Quentin et d’autres joueurs expérimentés comme Desmond Quincy-Jones et Gaëtan Clerc. Mais aussi le jeune Valentin Mukuna qui tournait à 14 d’évaluation avec Orchies la saison dernière.

Joachim Duthé veut miser sur la jeunesse aux JSA Bordeaux avec un duo de jeunes espoirs français intéressants. À la mène, il pourra désormais compter sur Gaëtan Meyniel, et dans la raquette sur Thomas Van Ounsem. D’un côté le meilleur passeur du dernier championnat Espoirs et troisième meilleure évaluation, de l’autre la septième meilleure évaluation de ce même championnat. En plus des deux jeunes prospects, le coach présent depuis 2016 a conservé une base arrière solide avec notamment Alex Vialaret. Dans la raquette, c’est une autre histoire avec l’américain Willis Mackey Jr et Rashid Gaston qui auront pour but de faire oublier Nathan Adrian. Angevin de toujours, Thibaut Lonzième a trouvé refuge en Gironde et complète cet effectif.

Après avoir récupéré deux espoirs de Boulazac, Tarbes-Lourdes s’est cette fois-ci tourné vers les espoirs de Pau avec le recrutement de Clément Morel et Florian Pouaveyoun. Chris Chougaz a conservé 4 de ses cadres avec Incredule, Loubaki, Hillotte et Jubenot. En plus de deux jeunes, les pyrénéens ont accueillis Anthony Prugnières, transfuge de Bordeaux, Grégory Bengaber qui descend de Pro B et Luka Nikolic. Une incertitude a régné autour du pivot US, William Brown ne faisant pas l’affaire, c’est John Florveus qui règnera dans la raquette des rouges et jaunes.

Promu tout comme Rennes, l’ancien Pays d’Olonnes Basket va connaître une saison historique avec sa première participation à la Nationale 1. 6 joueurs sur 11 ont été conservés par Guillaume Pons. La grosse recrue de l’intersaison, c’est le jamaïcain Ricardo Alliman qui pourrait faire des étincelles sur les terrains de NM1. Contrairement aux voisins bretons, les désormais Sables Vendée Basket semblent plus armés pour le maintien même si leur américain, Kris Davis reste encore une incertitude, lui qui arrive de Hagen en deuxième division allemande.

La lutte pour le maintien

L’Union Rennes Basket pourrait être la bonne surprise du championnat avec un recrutement type N1 malgré quelques faiblesses à certains postes. Avec Hugo Pellure et Youri Morose, le club breton possède deux jeunes joueurs à développer. La question reste de savoir quand vont-ils exploser car les postes de meneur et d’ailier représentent les faiblesses de l’équipe. L’URB pourra toujours compter sur Mourad El Khir, Joffrey Sclear ou encore Saïd Ben Driss, une liste de joueurs d’expériences auxquels s’ajoutent désormais Bryan Pamba et Maël Lebrun.

Toulouse a connu une révolution avec un nouveau logo et un nouveau nom. Le TBC a de l’ambition mais son effectif 2020-21 paraît faible pour tenter d’accrocher une place en play-offs. Constitué d’anciens joueurs du centre de formation et d’anciens joueurs de NM1 pour la plupart, l’équipe toulousaine va connaître une saison compliquée. Les rotations paraissent en dessous du niveau de cette poule A malgré certains titulaires comme Anthony January ou Jermel Kennedy qui paraissent solides. Un mix de jeunesse et d’expérience qui pourrait accrocher la poule intermédiaire à condition que certaines jeunes se révèlent plus performants.

À 40 ans, cette nouvelle saison s’annonce comme un vrai défi pour Faycal Sarhaoui

(Crédit photo : Guillaume Poumarede)

 

Champion de NM2 en 2019, Dax-Gamarde a réussi sa saison l’année dernière mais la Covid-19 a empêché le club landais de concrétiser cela avec une qualification en play-offs. Cette année, la mission s’annonce plus difficile pour se maintenir avec un mercato pas forcément brillant. Le dernier joueur, l’américain Nisre Zouzoua vient juste de poser ses valises. Malgré de belles individualités, la marche semble haute pour les hommes de Denis Mettay.

Enfin pour terminer, Vanves Basket devrait jouer la lutte pour le maintien de la même manière que la saison précédente. Avec son effectif 100% français, 3 recrues sont venues s’ajouter aux sept joueurs toujours dans l’effectif. Le premier est l’un des meilleurs marqueurs de Nationale 2 la saison dernière, il s’agit de Clément Pingault. Les deux derniers sont Gilles Duro et Marc Judith, tous deux sortent d’une saison blanche et de nombreux incertitude règnent autour de leur état de forme.

Notre pronostic :

1 - Tours

2 - Challans

3 - Angers

4 - Lorient

5 - Vitré

6 - Rueil

7 - La Rochelle

8 - Bordeaux

9 - Tarbes/Lourdes

10 - Sables Vendée

11 - Rennes

12 - Toulouse

13 - Dax

14 - Vanves

À noter que la Covid-19 pourra totalement changer la tournure du championnat. En cas de test positif, un joueur pourrait manquer jusqu'à 3 matchs de son équipe. En cas de perte d'un joueur majeur, cela aurait des conséquences fortes sur le classement d'une équipe.

03 octobre 2020 à 15:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ETIENNE LE PAPE
Etienne Le Pape
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.