NM1

STEEVE ESSART : «POUR UN JEUNE, LA NM1 PEUT-ÊTRE UN TREMPLIN»

Steeve Essart : Pour un jeune, la NM1 peut-être un tremplin
Crédit photo : S Grasset

Après dix-huit saisons en LNB, l’ancien « cardiac kid » Steeve Essart a choisi la NM1 et le projet de la JA Vichy pour ce qui pourrait être le dernier challenge de sa carrière puisqu'il sera dans sa trente-huitième année à la fin de son contrat en juin 2016.

Après dix-huit saisons en LNB, l’ancien « cardiac kid » Steeve Essart a choisi la NM1 et le projet de la JA Vichy pour ce qui pourrait être le dernier challenge de sa carrière puisqu'il sera dans sa trente-huitième année à la fin de son contrat en juin 2016. A quelques jours du choc de la journée en NM1 face à Saint-Chamond, le meneur guyanais répond à nos questions.

Entrevue réalisée par Frédéric Dussidour.

91 points encaissés lors de la défaite le week-end dernier face à Avignon-Sorgues, ce n’est pas trop dans les standards de la JAV ?

Effectivement, on n’a pas du tout défendu, nous n’avons pas abordé le match de la bonne façon. Cela doit nous servir de leçon, on sait que nous sommes attendus à chacun de nos déplacements. Il faut absolument se remettre à l’endroit pour le prochain match.

Il était question que tu restes au Havre après avoir aidé au maintien du club en Pro A ?

En fin de saison, les dirigeants du Havre m’ont proposé un contrat de cinq ans ; deux ans en tant que joueur pour accompagner le développement de Gédéon Pitard et trois autres pour m’occuper du centre de formation. Tout était OK avec les dirigeants, mais le coach Eric Barthecheky n’a pas voulu*. Il y a eu encore des discussions avec les dirigeants, le coach, et finalement cela ne s’est pas fait. J’étais très déçu d’une part car j’étais vraiment bien au Havre et surtout  j’avais déjà refusé plusieurs propositions.

Comment se sont passés les premiers contacts avec Vichy ?

Le coach Fabien Romeyer m’a téléphoné pour me proposer le projet du club. De mon côté je connaissais un peu la JAV pour avoir joué à plusieurs reprises contre eux. Ils ont de très bonnes structures, un très bon public. Le discours du coach a été cohérent et m’a convaincu de signer deux saisons.

Comment te sens-tu à Vichy ?

J’ai été très bien accueilli. Tout est fait pour nous mettre dans de bonnes conditions. Je suis content d’avoir les supporters de la JAV avec nous car pendant des années quand je venais jouer contre Vichy, l’ambiance mise par les supporters était terrible.

Après quelques matchs, que penses-tu de la NM1 ?

J’ai été très surpris, il y a beaucoup de rythme, d’intensité, parfois cela prend le pas sur le reste mais j’ai vraiment été étonné du caractère de cette division. Ce qui est très perturbant au départ, c’est que chaque équipe a vraiment son identité. Il faut vraiment être concentré, tu ne peux pas prendre d’habitudes. Je pense que beaucoup de jeunes joueurs devraient venir s’aguerrir et prendre du temps de jeu dans cette division au lieu de faire le banc en Pro A et Pro B.

Fabien Romeyer a la réputation d’être un coach qui entraine beaucoup ?

Oui c’est vrai, c’est un coach très dur qui demande beaucoup d’investissement mais il ne fait pas faire les choses bêtements. Parfois cela dure deux heures/deux heures trente, nous faisons beaucoup de répétitions. Il parle beaucoup car il sait où il veut nous amener. Il veut que nous ayons une meilleure connaissance de chacun d’entre nous et de notre style de jeu. Alors forcément cela passe par pas mal de séances mais celles-ci ont toujours une logique dans notre progression et nos objectifs. Il me fait penser à Frédéric Sarre, très rigoureux techniquement et tactiquement. Il veut vraiment mettre ses joueurs dans les meilleures dispositions possibles.

Après la défaite de samedi, vous rencontrez à domicile Saint-Chamond deuxième du championnat ce samedi.

Nous avons déjà joué en amical Saint-Chamond. C’est une bonne équipe qui a gardé son ossature de la saison dernière. On sait à quoi s’attendre. Le coach nous met en garde depuis lundi. On doit gagner en y mettant du contenu, en respectant le plan de jeu que l’on met en place aux entraînements. Et puis c’est à domicile, il est hors de questions de perdre. Si on doit se mettre minable sur le terrain on le fera.

 *Contacté par nos soins, Erik Bartéchéky a confirmé la version de Steeve Essart. Il n'a pas souhaité prolongé le meneur français et a eu le dernier mot puisque la proposition de contrat a été retirée.

06 novembre 2014 à 13:51
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching