INTERVIEWS


ITW ALEXANDRE MÉNARD : "NOUS SOMMES UNE SUPERCINQ DANS UN CHAMPIONNAT DE LIMOUSINES"

Alexandre Ménard
Crédit photo : RMB

L'entraîneur Alexandre Ménard revient sur le début de préparation du Rouen Métropole Basket. 

Au sortir d'une très belle saison 2017/18 achevée aux portes de la finale des playoffs d'accession en Jeep ELITE, le Rouen Métropole Basket va être attendu pour cette nouvelle année dans l'antichambre du basket français. Recrutement, préparation, objectif, nous avons fait le point avec l'entraîneur du RMB, Alexandre Ménard, qui attaque sa 2e année à la tête du club normand.

Comment vous avez pensé votre recrutement ? Et quels sont les points que vous pensez avoir amélioré par rapport à la saison dernière ?

La saison précédente, nous étions déjà sur une équipe très jeune. De mémoire, je crois que c'était l'équipe la plus jeune du championnat avec 22 ans de moyenne d'âge. On a essayé d'amener un peu plus d'expérience cette année avec Jean-Baptiste Maille, Jessie Begarin. Les joueurs étrangers sont aussi plus âgés. Donc ça c'est le premier point, plus d'expérience. Ensuite, le deuxième point c'est plus de densité physique, normalement. On devrait avoir un peu plus de kilos que la saison dernière où on était plutôt une équipe active, en tout cas on se voulait être l'équipe la plus active du championnat. Cette année, on va essayer de faire pareil avec plus de densité, plus de volume physique en s'inspirant des équipes comme Blois, Fos ou Roanne qui étaient des équipes physiques et qui envoyaient du lourd. Et puis troisième point, on va essayer d'être une équipe un peu plus forte en défense aussi. On a ramené quelques spécialistes, mais attention ils ne font pas que ça. Il y a une vraie cohésion, volonté collective de défendre et d'aider le partenaire pour l'instant et je crois que l'on va progresser dans ce domaine là.

Sur le papier, il est vrai que cette équipe à un profil assez défensif. Cette année, les victoires passeront beaucoup plus par là ? 

Ça sera à peu près le même credo que la saison précédente à savoir trouver des stops, prendre des rebonds et courir afin de multiplier le nombre de possessions. Cette année si on peut le faire, ça sera bien. Mais l'équipe n'est pas taillée tout à fait de la même façon. L'équipe est un peu plus âgée donc il y a peut être un peu moins le moteur de faire ça sur 40 minutes alors que c'est ce qu'on faisait davantage et plutôt bien, lors de la 2e partie du championnat. Si cette équipe ne défend pas, elle n'ira pas très loin, ça c'est sûr et certain. Mais ce n'est pas qu'une équipe défensive, elle a du talent. Il y a des joueurs qu'on suivait depuis plusieurs années comme Al'Lonzo Coleman. Ça fait 2 ans que je le suis. Jamar Diggs, que l'on connaît bien puisqu'il est passé par Nantes la saison dernière, et que je voulais vraiment. Je pense que c'était la dernière pièce idoine du puzzle. Mais le mercato s'est passé un peu de façon bizarre parfois. Contrairement à l'an dernier où l'on avait un peu moins de moyens mais on avait fait ce qu'on pouvait et ce qu'on voulait, là, on a un peu plus de moyens, mais le marché des autres a dicté le nôtre. L'année dernière nous étions une 2 CV dans un championnat de supercinq. Cette année, nous sommes une supercinq dans un championnat de limousines. Honnêtement ? J'ai rarement vu la Pro B à ce niveau là.

"Chima Moneke ? Il n'était pas pour nous"

Pour le grand public qui ne connaît pas trop les joueurs étrangers de votre équipe, pouvez-vous nous les décrire en quelques mots ? 

Je vais commencer par Chima Moneke (1,98 m, 22 ans) qui sort de l'Université de Californie à Davis (communément appelée UC Davis). Il était promis à un bel avenir. Il devait faire le Draft Combine (à Chicago, fin mai), le tournoi de Portsmouth (camp de pré-Draft dans l'État de Virginie, mi-avril) et d'autres camps de pré-Draft. Mais il a eu une histoire qui s'est avérée fausse (une femme a accusé le joueur de l'avoir agressé sexuellement dans un hôtel, il a été totalement blanchi) et du coup ça a brisé sa hype. Chima tournait à 20 points et 10 rebonds de moyenne à UC Davis et a amené son équipe au Final Four (de la Big West, NDLR) qu'il n'a pas pu jouer. Il a beaucoup souffert de cette histoire. Normalement, c'est un joueur qu'on aurait pas dû attirer. Il n'était pas pour nous. Cette histoire nous a bien servi. Il est Nigérian. Donc Obi Emegano (joueur de Rouen la saison dernière) le connait très bien et nous l'a chaudement recommandé par son état d'esprit. Il a un profil assez actif à la Amin Stevens. Il prend beaucoup de rebonds, il déborde d'énergie. C'est un poste 4 qui peut pourquoi pas glisser au poste 3. 

Ensuite le deuxième joueur étranger c'est Zimmy Nwogbo (2,01 m, 26 ans). Comme Chima, c'est un joueur au statut cotonou. Il nous vient de Brissac en Nationale 1. Il a la particularité d'avoir joué avec Amin Stevens à la fac. Il s'entraînait d'ailleurs avec lui cet été à Atlanta. Beaucoup de très très bons retours de la part de ses anciens coéquipiers, entraîneurs. Un joueur "twiner" qui peut jouer aux postes 4 et 5 mais qui va essentiellement jouer au poste 4. Il sait un peu tout faire, shooter, poster, défendre, tirer après dribbles, bref un joueur assez complet. Il a un physique impressionnant quand son corps le laisse tranquille. Je voulais vraiment densifier le poste 4 par rapport à la saison dernière. Amin (Stevens) avait terminé la saison à ce poste. On l'a ciblé très tôt et on l'a signé très tôt. On l'a arraché à un bon nombre d'équipes dont 2-3 de la division. Un gros bosseur et un très bel état d'esprit.

Al'Lonzo Coleman (2,01 m, 29 ans) qui jouait en Israël la saison dernière et en Finlande il y a deux ans. D'ailleurs, il avait évolué au côté de Desmond Williams (joueur de Rouen la saison dernière) à Salon Vilpas. Je le suis depuis un petit moment. Une réputation de leader, très gros travailleur, état d'esprit irréprochable. Il a l'habitude d'être capitaine dans toutes les équipes où il passe. Il est là pour pousser ses coéquipiers. C'est un profil qui me plaît beaucoup à savoir un intérieur qui passe le ballon comme J.P. Baptista, Amin Stevens. Des joueurs qui sont altruistes, qui trouvent toujours le joueur démarqué, qui ne forcent pas. Al'Lonzo Coleman peut shooter, il est puissant, bon au sol et je ne suis pas du tout déçu d'avoir enfin réussi à la convaincre de nous rejoindre. Il était très demandé aussi. La saison dernière, on l'avait loupé pour quelques milliers d'euros. Il a cartonné en Israël en amenant son équipe en demi-finale des playoffs. Normalement, c'est un joueur qui tire tout le monde vers le haut. 

Et enfin Jamar Diggs (1,88 m, 29 ans) qu'on connaît bien. Il était MVP du championnat lituanien il y a deux ans (en 2016/17). Dans une saison difficile à Nantes, il a sorti son épingle du jeu. Pour moi, c'était le joueur qu'il fallait pour finir le puzzle avec le talent nécessaire et la connaissance du jeu. J'ai besoin de meneurs qui sont sur la même page que moi, qui comprennent où je veux aller et qui m'aident à ce qu'on soit dans le même monde. Je sens que lui c'est un facilitateur par rapport à ça. Il comprend très vite. Il y a même des choses que je garde pour moi pour ne pas aller trop vite mais il les annonce au groupe. J'en suis ravi. Il a l'habitude jouer des matchs de haut niveau. Il y a 2 ans en FIBA Europe Cup, il jouait à un très bon niveau. C'est quelqu'un qui ne force pas. Il a un peu de Dee Spencer en lui, que j'ai connu il y a dix ans au Mans. C'est un talent brut mais pur.

              itw-alexandre-menard----ce-n-est-pas-qu-une-equipe-defensive--elle-a-du-talent-1536768531.jpeg

La présaison passe aussi par la cohésion d'équipe pour les Rouennais, ici à Dallas © - RMB.

Vous avez fait une petite partie de votre préparation à Dallas, que retenez-vous de cette expérience ?

Ian Mahinmi (actionnaire du club) a voulu nous emmener là-bas avec le maximum de joueurs à Dallas même ceux qui n'étaient pas sous contrat. On s'est retrouvé avec 9 joueurs de l'équipe pro et 2 jeunes du centre de formation. Le seul qui n'a pas pu venir c'est Jamar Diggs car il s'est marié à Chypre puisque sa femme est Chypriote. Nous avons fait de la remise en forme physique et faire connaissance les uns avec les autres. C'était fabuleux. Ian nous a mis dans de très très bonnes conditions avec des installations que même des équipes de foot n'ont pas. C'est un centre de réathlétisation avec un hôpital de recherche au-dessus. C'est là où travaillent les Dallas Cowboys (NFL) quand ils ont des blessés, les Texas Legends (G-League), les Dallas Mavericks (NBA). On avait un kiné, un préparateur physique, un coach individuel sur de la technique, tout ça à temps plein pour nous. On a fait du yoga, deux scrimmages, presque 3 heures d'entraînement le matin et tout ce qu'il fallait pour récupérer. Et on remettait ensuite ça l'après-midi. On a mangé très souvent ensemble, on a partagé de bons moments, les gars sont sortis ensemble sur Dallas. On a fait un escape room, du paintball par exemple. On a une certaine avance sur un plan préparation physique. Le deuxième gros point qui était intéressant c'est en terme de cohésion collective. La construction de la cohésion est bien avancée. J'espère qu'on ne l'est pas trop (rire). Ce qui permet de se dire les choses beaucoup plus facilement. Et le troisième point c'était aussi de pouvoir affiner l'évaluation des joueurs que l'on avait recruté. Et ça permet de repositionner un petit peu les joueurs. Là où je voyais un Chima Moneke jouer 4/5, ça peut être un 4 pouvant glisser au poste 3 peut-être. Un Zimmy Nwogbo qui est un poste 4 et pourrait être ennuyeux à la Amin Stevens au poste 5 grâce à sa mobilité et sa dextérité. 

Dans les futures saisons, partir à Dallas pendant la préparation est une expérience qui peut se rééditer ?

C'est quelque chose que Ian veut rééditer et je suis favorable. C'est encore plus intéressant pour le club si on emmenait encore plus de personnes comme le staff technique. Je pense au responsable des médias, au kiné, à l'intendant pour voir comment travaillent les américains en terme de professionnalisme. En terme de structure médicale, c'est sensationnel. On peut tirer sur les joueurs au maximum et ils sont assurés derrière d'être aux petits soins, d'être bien soignés. 

"L'ambition c'est d'aller en playoffs"

Vous avez fait quelques matchs de préparation. Quels sont les premiers enseignements que vous pouvez tirer ?

J'ose espérer qu'on va être une équipe qui défend. On a pris 82 points au Mans tout en menant de 4 points à la mi-temps donc c'était plutôt bien surtout qu'on avait très peu de vécu collectif. Ensuite on a joué Paris où on a encaissé 68 points, 70 points contre Lille et 54 points contre Caen. Vous savez je suis très attaché aux points pris par possession et là on est bien mieux que l'année dernière. Même si c'est aléatoire parce que les équipes ne sont pas totalement prêtes. Mais déjà la volonté de défendre, d'être dur est là. Déjà je trouve qu'à l'entraînement ça frotte dur et il y a quelques montées de tensions parfois, ça me plait, ça montre le caractère des joueurs, c'est très bien. Et le samedi il faudra le faire aussi. J'ai senti que les joueurs avaient besoin de s'adapter à la façon de construire de notre basket avec des libertés dans le jeu offensif. Là en ce moment on leur en met beaucoup dans la tête. Et on freinera quand ce sera le moment. En tout cas on veut exploiter au maximum les spécificités de chaque joueur, user l'adversaire sur 40 minutes. 

Pour terminer, quel est l'objectif du club cette saison ?

L'ambition c'est d'aller en playoffs, d'essayer de faire mieux. En tout cas, déjà faire les playoffs, ça sera très bien. Rien n'est écrit. Il faut rester humble. Les maîtres-mots vont être travail, humilité et savoir raison garder. Même si nous on peut penser que l'on a une très belle équipe - ce à quoi je crois - les autres ont aussi de très très belles équipes. Tout le monde sait que c'est la dernière année en Pro B avec deux montées. Il y a des clubs pour qui la montée va même devenir nécessaire. Plus que pour nous encore, donc pas d'enflammade. Quand je vois les autres rosters, c'est assez hallucinant. La Leaders Cup ? Moi j'aimerais bien pour les joueurs que l'on joue beaucoup de matchs. L'équipe est dense, et il va falloir leur donner du pain à manger et du grain à moudre. Si on peut passer le premier tour, ça sera bien.

À Rouen,

13 septembre 2018 à 12:50
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE SANSON
Alexandre Sanson
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
jeep élite
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
34ème journée
15 mai
Monaco
83
-
77
Bourg-en-Bresse
Boulazac
96
-
86
Chalon-sur-Saône
Châlons-Reims
102
-
94
Pau-Lacq-Orthez
Cholet
81
-
80
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
79
-
63
Hyères-Toulon
Le Portel
77
-
74
Lyon-Villeurbanne
Limoges
82
-
80
Nanterre
Levallois Metropolitans
78
-
86
Antibes
Strasbourg
93
-
77
Dijon
Autres journées
Coaching