PRO B


ITW RÉMY VALIN : "GAGNER UN TITRE DANS CE CLUB, ÉMOTIONNELLEMENT C'EST FORT"

Rémy Valin Leaders Cup 2018 GPJ
Crédit photo : GPJ

Rémy Valin a gagné le premier titre de sa carrière à Denain, où il a signé l'an passé. Un club historique où il se plaît énormément.

Dimanche, Denain et Orléans ont régalé le public de la Disney Events Arena pendant 50 minutes. Un match pleine d'adresse, d'audace, d'actions spectaculaires, de retournements de situation et deux groupes de supporters face à face qui se sont fait entendre. Le match a finalement été remporté par Denain, 98 à 87, après deux prolongations. Le coach des vainqueurs, Rémy Valin, revient sur cette finale et les enjeux à venir pour Denain.
 
 
Quel match de fou Rémy ! Orléans a mieux commencé puis vous avez recollé, pris le dessus en début de troisième quart-temps et la fin a été un incroyable chassé-croisé, jusqu'à la deuxième prolongation. Cela a du être un changement d'émotions permanent avec en plus vos fans qui ont beaucoup poussé.
 
Orléans a commencé pied au plancher et on s'y attendait. Mais même en le sachant cela a été difficile de les contenir au début, avec en plus deux/trois erreurs défensives sur pick and roll, ça ne pardonne pas face à des joueurs comme Miralem Halilovic qui "roll" (roule) à vitesse grand V et peut aller chercher les ballons très haut. Après comme tu le dis, cela a été un chassé-croisé, un match yo-yo, avec en deuxième mi-temps une grosse série pour chacune des deux équipes. La fin du temps réglementaire et les prolongations, c'est digne d'un film hollywoodien, avec des énormes tirs, de la pression sur les lancers francs, un dunk phénoménal de Mehdy (voir ici), des tirs qui semblent faciles mais qui vont être ratés (mais il n'y a pas de tirs faciles dans ce type de rencontre avec la pression et l'adrénaline).
 
Et puis il y avait tous nos supporters derrière nous, au sens propre comme au figuré. Pour te résumer ce que je ressentais à ce moment, c'est comme faire du vélo et d'avoir un vent très fort qui te pousse, ça te permet d'aller plus vite que tu ne le pourrais.
 
Du côté de mes joueurs, les 10 ont donné ce qu'ils avaient à donner et ont tous été exemplaires. C'est une clé du match, on aurait jamais pu gagner sans l'apport de tout le monde, Ywen (Smock) par exemple termine à 0 point, mais il pose les écrans, va au rebond, défend... Mehdy (Ngouama) en 10 minutes a apporté son côté energizer, et le trio d'anciens Pierric (Poupet), Lance (Goulbourne) et Jay (Threatt) ont assuré dans le leadership de l'équipe et ont mis les gros tirs. Thomas (Bropleh) et Yunio (Barrueta) se sont succédés dans le scoring, Antoine (Waller) fait une super rentrée dans la première prolongation etc. Ce match, on est allé le chercher aussi beaucoup sur des stops défensifs et du rebond offensif, beaucoup d'énergie, et on a reussit à mettre les tirs décisifs.
 
 
"La clé est surtout mentale"


Comment avez-vous fait tactiquement vous imposer deux fois en une semaine contre l'équipe qui domine depuis le début de saison ?
 
Déja les deux matchs sont différents, en championnat Orléans a joué sans Marcellus Sommerville et a beaucoup joué avec deux postes 5. Nous Jerôme (Cazenobe) n'était pas là non plus et a contrario, on a beaucoup joué avec Antoine et Lance, deux postes 4, cela nous a ouvert beaucoup d'espace et de mobilité défensive, et c'est la configuration qu'on a choisi de remettre quand on a été en difficulté sur la première prolongation . 
Après on avait décidé en finale de défendre d'une certaine manière sur Sommerville et cela n'a pas été payant. On a décidé de rechanger de défense en cours de match  et cela a été beaucoup plus efficace. Après, on est beaucoup plus resté sur nos règles défensives habituelles, on n'a pas trop perturbé les joueurs. On voulait qu'ils n'aient pas à trop penser sur le terrain et qu'ils puissent se livrer. En attaque, on a utilisé une forme qui a bien marché à un moment, mais après honnêtement, quand tu vois certains paniers marqués et le type d'actions qui amènent à ces paniers, ainsi que certains paniers manqués par Orléans, je ne suis pas sûr que la tactique soit la clé de la victoire (rires). Quand tu vois notre présence au rebond lors de la finale, je pense que la clé est surtout mentale. A aucun moment mes joueurs n'ont douté sur ces deux matchs, alors qu'on a été beaucoup mené au score sur l'ensemble des deux rencontres. Et comme je l'ai dit précédemment, les 10 joueurs ont amené, les jeunes ont fait un super travail de jeunes, et les 3/4 joueurs d'expérience ont pris leurs responsabilités.

En plus, gagner sans votre poste 5 titulaire, Jérôme Cazenobe (indisponible pour deux mois), c'est d'autant plus fort.
 
Sur le match de championnat, Antoine (Wallez) a fait un super job, sur le poste 5, ainsi qu'Ywen (Smock), lors de la finale Mouss (Moustapha Diarra, son pigiste) nous a beaucoup apporté aussi. Jerôme est une pièce importante de notre jeu, il a été un des grands artisans pour se qualifier en finale, les autres ont pris le relais. Ce que je retiens, c'est qu'on est en train de devenir une vraie équipe aujourd'hui.
 
 
A Denain, il y a cet amour du club


Tu as souvent été placé avec Évreux mais jamais gagnant. Décrocher enfin un titre, est-ce une reconnaissance ?
 
Tu sais, je ne suis pas très vieux pour un coach, mais ça fait 12 ans d'affilés que je fais ce métier (chez les professionnels). Si vers 30 ans au début je cherchais forcément de la reconnaissance, aujourd'hui, après ce que j'ai vécu, notamment une saison surréaliste en Pro A il y a deux ans (à Rouen, NDLR), je sais pourquoi je fais et continue ce métier. Ce titre et les émotions vécues me conforte là-dedans. Je le fais pour voir des jeunes progresser, essayer de leur transmettre des choses pour le basket mais aussi pour leur vie personelle, arriver à faire d'un groupe d'individus une équipe, se sentir connecté avec ses joueurs lors des matchs comme ça peut être le cas cette année avec Pierric, et pouvoir vivre des choses comme celles de dimanche. Et ça, que se soit en NM1, Pro B ou en ProA ou avec une équipe de poussins, c'est la même chose dans ce que tu peux ressentir. Tu peux me croire, comme de vivre avec un staff comme celui qu'on a à Denain, du président au staff médical, en passant par les bénévoles, tous font tout pour faire avancer le club et ne compte pas leur heures. La dernière des choses, c'est de vivre des choses que tu ne peux vivre que dans le sport, voir des bénévoles du club pleurer en prenant la photo avec le trophée parce qu'il l'attendait depuis 50 ans, c'est unique. A Denain, il y a cet amour du club, il y a un investissement incroyable chaque jour de pleins de bénévole, des supporters qui vivent intensément la vie de l'équipe. Et gagner un titre dans ce club, je peux te dire que c'est fort émotionnellement car il n'y a que des gens vrais ! 
 
La reconnaissance dans le métier, aujourd'hui elle est accessoire pour moi. Ce n'est pas ça qui me fait avancer.

Vous gagnez la Leaders Cup, vous êtes en quart de finale de Coupe...  Quelles sont les objectifs pour la suite de la saison ? N'y a-t-il pas un relâchement possible étant donné que vous êtes qualifiés en playoffs ?
 
Les objectifs, c'est d'abord de continuer à progresser car on a un groupe très jeune. Et la victoire de dimanche ne nous donnera pas de victoire supplémentaire. Il va falloir aller les chercher et continuer à travailler, car on est loin d'être parfait d'un point de vue basket. On a le coeur, les coui**** et l'effectif. Maintenant, travaillons encore. Vu la qualité de toutes les équipes en Pro B, tu ne peux pas te relâcher, sinon tu es sanctionné tout de suite. On veut remonter dans ce championnat, aller en playoffs. Finir 14e n'aurait aucun sens. Les playoffs, tu dois y arriver avec une vraie dynamique pour pouvoir espérer quelque chose. La dernière chose : on a aucune marge pour l'instant, c'est beau ce qu'on a fait, magnifique, gravé dans nos mémoires pour très longtemps, on doit en profiter. Mais comme je te l'ai dit, ça ne donne rien pour la suite. Dans la vie, tu dois tout aller chercher, on ne te donne jamais rien.
21 février 2018 à 09:44
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
jeep élite
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
34ème journée
15 mai
Monaco
83
-
77
Bourg-en-Bresse
Boulazac
96
-
86
Chalon-sur-Saône
Châlons-Reims
102
-
94
Pau-Lacq-Orthez
Cholet
81
-
80
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
79
-
63
Hyères-Toulon
Le Portel
77
-
74
Lyon-Villeurbanne
Limoges
82
-
80
Nanterre
Levallois Metropolitans
78
-
86
Antibes
Strasbourg
93
-
77
Dijon
Autres journées
Coaching