PRO B

LE POINT SUR LA SITUATION À SOUFFEL' AVEC LE GM, CHRISTOPHE RUQUEBOEUCHE

BC Souffelweyersheim 201920 Myriam Vogel
Crédit photo : Myriam Vogel

Le BC Souffelweyersheim, promu et petit poucet de la Pro B, a réalisé une très belle saison jusqu'à la suspension liée au coronavirus.

Malgré une dernière défaite à Lille le 10 mars dernier, Souffelweyersheim réalisait jusqu'ici un parcours plus qu'honorable pour un promu. Huitième avec un bilan toujours positif après vingt-trois journées (12 victoires – 11 défaites), les Souffelois abordent cette coupure en restant concentrés et impliqués, sans toutefois avoir une vision à long terme.

Crise sanitaire oblige, toutes les compétitions sportives ont été arrêtées pour une durée encore indéterminée. A la suite d'un derby engagé et indécis jusqu'au bout face à Gries-Oberhoffen, Souffel' venait d'ailleurs de renouer avec la victoire à domicile après notamment cinq revers consécutifs. La défaite face à Lille n'ayant pas confirmé ce sursaut :

« Un match où l'on a certainement par moment oublié de durcir le ton », nous confirme Christophe Ruqueboeuche. Le Manager Général tire malgré tout un premier bilan positif : « Au regard de notre budget – le plus faible de Pro B -, notre saison est réussie. Avant le début du championnat, nous étions déjà enterrés par beaucoup. Mais nous sommes restés dans la même dynamique que l'an dernier et nous avons continué à nous baser sur des garçons de valeur, ce qui colle parfaitement aux aspirations de Stéphane (Eberlin, le coach) ».

Une jeunesse au pouvoir

De la continuité pour reproduire une formule qui a fonctionné à merveille l'an dernier et une pointe de jeunesse pour apporter un brin d'insouciance : « Nous avons également décidé de donner une part belle aux jeunes joueurs. Bien que nous savions que ce n'était que provisoire, Mehdy Ngouama nous a beaucoup apporté (quatre matchs, quatre victoires). Aujourd'hui, les clés du camion ont été confiées à Thimothé Vergiat (22 ans, 22 minutes de jeu en moyenne), et on peut rajouter Vincent Vent (23 ans, 15 minutes), Louis Marnette (19 ans, 16 minutes) ou Mouhamed Diagne (22 ans, 7 minutes) qui trouvent eux aussi les moyens de s'exprimer sous nos couleurs ». Une jeunesse triomphante, même si elle est peut-être à l'origine de certains petits pêchés de l'équipe et qui l'empêche aujourd'hui de se situer encore plus haut en Pro B : « Nous pouvons effectivement regretter certaines défaites à domicile, comme Blois, Paris ou Vichy-Clermont. On produit du basket intéressant mais par moment, nous avions une envie de trop bien faire, de trop bien jouer. Nous avons certainement manqué d'un peu de roublardise pour gagner certains matchs. Mais nous avons toujours su rebondir à l'extérieur pour rester au contact des équipes de tête ».

Quid de l'après coronavirus ?

Si les regards alsaciens restent tournés vers le haut, la suspension (voire l'annulation définitive) du championnat va logiquement redistribuer de nombreuses cartes. A ce jour, il est difficile d'avoir une idée de la situation nationale des prochaines semaines, alors parler du futur sportif semble encore plus compliqué : « Les instances ont pris des décisions logiques et saines. Nous vivons au jour le jour. Côté effectif, Joe Burton est retourné aux Etats-Unis pour accompagner sa femme et sa famille et les autres joueurs ont tous été libérés. Certains sont rentrés auprès de leur famille. Les entraînements sont annulés mais chacun a tout de même reçu un programme personnalisé à suivre. On s'entretient mais nous n'avons aucune visibilité pour l'avenir sportif ».

Malgré tout, les clubs espèrent pour la plupart retrouver les chemins des parquets, dès lors que la situation le permettra : « Nous n'en sommes pas encore là mais des questions se posent déjà sur la situation des joueurs. Qu'en est-il de leur contrat ? Sera-t-il possible de les prolonger après le 30 juin si le championnat se poursuit après cette date ? On s'adaptera même s'il faudra jouer à huis clos ».

A ce sujet, le BCS pourrait de par ses structures quelque peu atypiques être moins touché que d'autres clubs : « Notre salle étant plus petite, une rencontre à huis clos représenterait pour nous moins de pertes, comparé à un autre club où la billetterie représente un poste de recettes bien plus important ». Le staff alsacien se prépare également au prochain exercice qu'il devrait logiquement revivre au second échelon français : « Nous travaillons et nous prenons déjà des renseignements sur certains profils qui nous intéressent. Nous sommes quasiment maintenus et cette période nous permettra d'avancer un peu plus vite sur la saison prochaine, même si nous restons dans l'attente des décisions de la Ligue et des autorités pour la suite ».

Comme avant son retour en Pro B, Souffel' reste discret tout en continuant à avancer. Pour être prêt lorsque le bruit de la balle orange pourra à nouveau se faire entendre dans son gymnase des Sept Arpents.

18 mars 2020 à 08:15
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
JULIEN HARTMANN
Julien Hartmann
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.