PRO B

MALGRÉ SA COLÈRE, PAUL SEIGNOLLE, PRÉSIDENT DE L'ADA BLOIS, NE COMPTE PAS FAIRE DE RECOURS : "JE NE VAIS PAS LEUR DONNER CE PLAISIR"

Crédit photo :

Paul Seignolle ne mâche par ses mots quant à la décision de la LNB. Mais il se refuse à se lancer dans des procédures judiciaires.

Largement en tête de la saison régulière de la Pro B au moment de l'interruption de la saison 2019/20 à cause du coronavirus, l'ADA Blois n'évoluera pas en Jeep ELITE la saison prochaine. L'assemblée générale de la Ligue Nationale de Basket a en effet décidé ce mercredi de ne pas procéder à des montées et des descentes pour cette saison qui n'est pas allée à son terme.

Pour l'ADA, c'est donc un crève-coeur. Déjà en 2018, après un titre de champion gagné sur le parquet, le club n'avait pas pu monter en première division à cause du fait que son centre de formation n'avait pas l'agrément officiel.

Un tâcle au président du PB86

Dans un long entretien accordé à La Nouvelle République, le président Paul Seignolle partage son "écoeurement" et sa "honte". Il ne mâche pas ses mots envers certains autres présidents, comme celui du Poitiers Basket 86, Louis Bordonneau, président de Poitiers. Alors que son club était bon dernier de Pro B, celui qui siège également au Comité Directeur de la LNB s'était montré maladroit dans ses propos. De quoi provoquer la colère de son confrère de l'ADA.

"Je comprends son vote, j’aurais sûrement agi de la même manière. Mais comment cette personne, qui a commis des erreurs stratégiques qui fait que son club était aujourd’hui dans les bas-fonds, peut tenir des propos publiquement alors qu’il est censé représenter les clubs de Pro B au comité directeur ? Pendant 35 ans, j’ai eu des rôles syndicaux et quand je parle, ce n’est pas au nom de mon club, mais au nom des gens que je représente. Comment peut-il afficher sa position clairement alors que les clubs de Pro B souhaitaient monter à 20 clubs en Jeep élite ? Il ne mérite pas d’être notre représentant. Je le range dans la catégorie "des copains et des coquins". On est dans un système où c’est du copinage. Les grands gagnants hier, ce sont les clubs qui sont dans le bas du classement, comme le disait Jacques Monclar sur Twitter."

Quant à se lancer dans les recours judiciaires, Paul Seignolle écarte déjà l'idée. Et s'en explique.

"Dès ce week-end , je vais envoyer ma démission en tant que vice-président de l’UCPB (Union des Clubs Professionnels de Basket, NDLR). Je ne peux pas continuer à m’asseoir à une table où des gens m’ont trahi. Il n’y aura pas de recours contre la décision. Ce serait déplacé dans le contexte actuel, moi-même ayant été touché par le Covid-19. Et je pense qu’ils n’attendent que ça, donc je ne vais pas leur donner ce plaisir. J'espère juste que la saison prochaine, si nous sommes champions, la LNB ne trouve pas un autre moyen de nous empêcher de monter... Peut-être parce que le président a des cravates violette et que ça n'est pas dans les statuts !"

L'ADA Blois va vite devoir digérer cette nouvelle pour bâtir une nouvelle équipe à même de viser la montée en Jeep ELITE. Avec une fois de plus le goût de l'injustice en bouche.

29 mai 2020 à 00:49
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.