PRO B

RÉMI GIUITTA (FOS) : « POUR L'INSTANT, ON N'A PAS CET ESPRIT TUEUR »

Rémi Giuitta
Crédit photo : Sébastien Grasset

  Fos Provence Basket affiche un mal récurrent dans le sprint final depuis trois matchs.  

A la tête d'un bel effectif cette saison encore, l'entraîneur Rémi Giuitta sait que ses troupes sont encore en rodage. Les Provençaux ont fait le travail vendredi soir en quart de finale de la Leaders Cup face à Souffelweyersheim (78-73) malgré les absences de Sullivan Hernandez et Jaraun Burrows.

Mais ce qui chagrine le coach de Fos Provence Basket, c'est d'avoir vu le BC Souffel' malmener l'écart de 23 points à l'entrée du money-time par un 20-2 qui a causé quelques frayeurs à ses troupes sur la fin. Pour cause, ce n'est pas la première fois que ça arrive, alors que les Fosséens restaient sur un premier avertissement sans frais face à Saint-Quentin (73-71) suivi d'un revers à domicile contre Nantes après avoir compté 10 points d'avance dans le quatrième quart-temps (73-78)

« Le plus important dans ce type de compétition c'est de gagner. Après je regrette ce relâchement dans le dernier quart-temps, surtout qu'on l'a déjà payé face à Nantes, a-t-il déclaré après la rencontre. Ce n'est pas normal de se relâcher. On n'est pas une équipe capable de faire ça. On est une équipe qui doit mettre de l'intensité pendant 40 minutes, mettre de l'engagement, comme on l'a fait en première mi-temps puis pour passer à +23. Après, on tombe dans la facilité, on ne met plus un tir. On joue pour se faire plaisir au lieu de rester dans ce qui nous a permis de passer devant. A jouer avec le feu, on s'est déjà brûlé une fois. Là, on contrôlait quand même le match, mais on aurait pu s'éviter un final comme ça. Surtout que j'aurais pu faire plus tourner, intégrer les jeunes du centre de formation et offrir aussi un peu de repos. Ce sont des détails qui comptent ».

Nancy, dès mardi

Rémi Giuitta a ensuite émis le souhait de voir son équipe, dotée de joueurs d'expérience comme Niklas Caner-Medley ou Jean-Michel Mipoka, en vue venredi soir, développer cet état d'esprit de tueur à l'approche des fins de match, à commencer par le prochain, face à Nancy mardi en demi-finale.

« Ce qui reste important c'est de gagner, de se qualifier. On ne va pas faire la fine bouche. En terme de rythme, on a pioché aussi aussi la fin. Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas joué. Des circonstances atténuantes, il y en a, mais j'aimerais qu'on puisse mieux contrôler les matchs avec notre expérience. Pour l'instant on n'a pas cet esprit tueur. Il faut qu'on arrive à le développer. Mais c'est normal, on est encore au début. C'est quelque chose qui se construit aussi. Il faudra être patient à ce niveau là ».

Sa conférence de presse en intégralité, où il s'exprime également sur la performance d'Allan Dokossi, MVP du match avec 20 points et 12 rebonds pour 30 d'évaluation.

 

15 novembre 2020 à 12:49
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.