Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Mike James : « Le basket français ? C’est comme un iPhone : parfois, il faut faire des mises à jour »

Betclic ÉLITE - Arrivé dans la journée à Saint-Chamond, où l'AS Monaco entrera en lice vendredi contre Le Mans lors de la Leaders Cup (à 18h30), Mike James s'est présenté face aux médias en conférence de presse d'avant-tournoi. Tout en étant passionnant sur plusieurs sujets.
Mike James : « Le basket français ? C’est comme un iPhone : parfois, il faut faire des mises à jour »

Vainqueur de la Coupe de France et de la Betclic ÉLITE 2023, Mike James n’a plus que la Leaders Cup à ajouter à sa collection française

Crédit photo : Julie Dumélié

Mike, vous êtes de retour à Saint-Chamond, là où vous avez connu une mauvaise expérience l’an dernier lors de la Leaders Cup, avec le statut d’équipe à battre…

Dès qu’on arrive dans une compétition française, que ce soit la Leaders Cup, la Coupe de France ou le championnat, nous sommes l’un des favoris, si ce n’est le favori. Quand on construit une grosse équipe, les exigences suivent automatiquement. Quand on joue bien une grosse partie de la saison, les gens s’attendent à ce que l’on continue. C’est une bonne chose qu’on nous attende au tournant car ça veut dire que l’on fait les choses correctement. Mais inversement, ça peut aussi être un fardeau. Il faut que l’on reste concentrés, que l’on essaye de gagner demain et on verra bien ce qui se passera à partir de là.

L’an dernier, vous aviez été surpris par la JL Bourg en quart de finale, peut-être par pêché d’orgueil ? Venez-vous avec une mentalité différente cette année ?

Personnellement, non. Je suis toujours dans le même état d’esprit. Mon objectif est toujours le même : gagner. Nous nous sommes qualifiés en Coupe de France et maintenant arrive la première possibilité de remporter un trophée. J’espère qu’on saura en profiter.

« L’un de mes coéquipiers me demandait si je prenais la Leaders Cup au sérieux… »

Vous, personnellement, quelle importance accordez-vous à un trophée comme la Leaders Cup, qui n’est pas le plus prestigieux du basket français ? La remporter aurait-il une vraie signification pour vous ?

L’an dernier, Mike James et la Roca Team avaient été éliminés par la JL Bourg dès leur entrée en lice (photo : A.S. Monaco Basket)

C’est marrant car l’un de mes nouveaux coéquipiers m’a demandé ça plus tôt dans la journée. Il est arrivé cette saison donc il ne me connait pas aussi bien que la plupart des gars dans l’équipe. On était les derniers dans le vestiaire et il m’a demandé : « Qu’est-ce que cette compétition t’inspire ? Est-ce que tu la prends au sérieux ? » Je lui ai répondu quelque chose dans ce ton-là : « Tu ne me connais pas si bien, je suis un maniaque, je veux tout gagner. » Et je déteste perdre mon temps ! Je ne connais personne à Saint-Chamond, je ne suis pas venu ici pour voir de la famille ou des amis, je ne suis pas venu ici pour perdre. Je suis ici pour jouer au basket, et pour gagner au basket.

Lequel de vos coéquipiers vous demandait cela ?

Non, je ne vous le dirais pas (il sourit)

Vous avez un calendrier démentiel en ce moment… Ce quart de finale contre Le Mans sera votre 10e match depuis le 26 janvier. Heureusement, la fenêtre internationale arrive après…

En fait, cette période a presque été rafraîchissante. J’ai eu plus de jours off qu’à l’accoutumée. Le break sera génial si on gagne le trophée, pas mal si on perd. J’espère que je pourrais avoir de super vacances !

« Tout le monde voit l’évolution de la Betclic ÉLITE ! »

Ce matin, vous avez tweeté que les performances actuelles de l’AS Monaco profitaient à tout le basket français. Pouvez-vous développer votre pensée ?

(il réfléchit) Depuis que je suis arrivé en EuroLeague, je n’avais jamais trop considéré le basket français. Il n’y avait pas beaucoup d’équipes françaises en EuroLeague, et celles qui y participaient n’étaient pas si bonnes. C’était : on vient en France, on gagne, on s’en va et c’est très bien (il a affronté Limoges en 2015/16 et l’ASVEL à partir de 2019, ndlr). Je pense que ce qu’on a fait ces trois dernières années avec Monaco amène plus d’exposition au championnat de France dans son ensemble. Plus les gens respecteront ne serait-ce qu’une ou deux équipes françaises, plus ça apportera de valeur à la Betclic ÉLITE et plus de joueurs en quête d’exposition personnelle voudront venir ici. Ils se diront qu’ils pourront affronter l’ASVEL ou Monaco en Betclic ÉLITE, c’est toujours bien pour se faire voir et passer au niveau supérieur. C’est exactement ce à quoi je pensais quand je suis allé en Grèce, je me disais que j’allais jouer l’Olympiakos ou le Panathinaïkos, c’est la même chose !

Cela fait deux ans et demi que vous êtes en France. Voyez-vous une évolution au sein du championnat français ?

Tout le monde la voit ! Je ne sais même pas où en était le Paris Basketball il y a trois ans. Ils démarraient juste leur projet, non ? Et regardez où ils en sont maintenant, à la première place en EuroCup. Ils sont bons ! De même, la JL Bourg joue très bien, l’ASVEL en championnat aussi. Comme je l’ai dit, plus on sera bons, plus les joueurs voudront venir ici. Et les autres équipes veulent rivaliser : elles ne veulent pas juste faire de la figuration et perdre. Nous avons gagné les playoffs très facilement la saison dernière… (il se reprend) Enfin, très facilement, entre guillemets. Personne ne veut que ça se reproduise. Peut-être que les gens vont parler sur nous, vont dire que ce n’est pas bien, etc, mais personne ne veut perdre. Les clubs vont dépenser plus d’argent, faire venir plus de joueurs, qui vont devenir meilleurs, de meilleurs entraîneurs, un meilleur système de formation, etc. Tout va changer car tout le monde voudra rivaliser.

Pensez-vous qu’il y a une forme de jalousie au sein du basket français de ce qu’est en train d’accomplir l’AS Monaco ?

Mike James et l’AS Monaco, nouvelles locomotives du basket français ? (photo : Cécile Thomas)

Je ne suis pas un expert donc ce que je vais dire est peut-être idiot, je ne sais pas. Mais quand un système est en place pour trop longtemps, il peut devenir obsolète. Prenez l’exemple d’un iPhone : il faut faire des mises à jour de temps en temps. Peut-être que le système du basket français est un peu obsolète, ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut pas fonctionner à un haut-niveau mais il faut juste l’adapter un tout petit peu à la conjoncture actuelle. Mais encore une fois, je n’ai pas les réponses et peut-être que je dis des bêtises…

Le média Blast a sorti une enquête sur l’omnipotence de votre président Aleksej Fedorychev sur le basket français, lui qui serait parallèlement dans le viseur de l’Ukraine pour ses activités hors-basket. Jordan Loyd, Jaron Blossomgame, vous-même, vous l’avez tous défendu ce matin. Est-ce que c’était spontané ?

Bah, moi, j’étais juste sur X quand Jordan (Loyd) a publié son tweet. Je n’étais pas aussi déterminé que ça. Mais je regarde uniquement le basket. Je ne connais pas l’histoire personnelle de l’homme (Aleksey Fedorychev), je ne sais pas ce qu’il fait en dehors. Mais sa relation avec nous, et avec moi, a toujours été bonne. Ce qu’il a fait pour le basket monégasque est tout simplement incroyable. Ils ont gagné l’EuroCup il y a trois ans, on a fait les playoffs de l’EuroLeague il y a deux ans, le Final Four l’année dernière. Je ne pense pas que quiconque aurait pu prévoir cela. Bien sûr, le mérite est réparti entre plusieurs personnes, on ne peut pas tout lui attribuer à 100%. Mais si vous lui donnez 65% du mérite, vous ne serez pas loin de la vérité. Peut-être un peu plus…

« Mon prochain contrat sera mon dernier »

Vous allez prochainement devenir le meilleur marqueur de l’EuroLeague mais jusqu’où voulez-vous pousser ce record. Combien de temps voulez-vous continuer à jouer ?

Ça fait plusieurs années que j’en parle autour de moi. Autant j’adore le basket, autant je suis parfois fatigué d’être basketteur, si cela fait sens. Donc pour vous la faire courte, mon prochain contrat sera probablement le dernier. Oui, ce sera la fin de mon chapitre basket.

Mais peut-être un contrat de plusieurs saisons ?

Correct.

À Monaco ?

C’est possible. Je serai libre à la fin de la saison. On va prendre le temps de discuter à un moment. Je ne sais pas quand ça arrivera, la saison est encore longue mais on habite au même endroit, ils savent comment me joindre (il sourit). On va avoir une conversation et on verra bien ce qu’on peut faire.

Oleksiy Yefimov : « On veut que Mike James soit à Monaco pour toujours ! »

Interrogé sur la volonté de l’AS Monaco de prolonger le contrat de son joueur star, qui sera libre au 30 juin 2024, le manager général Oleksiy Yefimov a eu une réponse sibylline. « Si vous vous souvenez bien, dans un podcast avec Mindaugas Kuzminskas il y a quatre ans, il a mentionné Monaco. Tout le monde a pensé que ce serait ridicule, parce que Monaco ne valait rien, parce qu’on n’avait rien en commun. Et où est-il maintenant ? À Monaco. Non seulement est-il à Monaco, mais surtout c’est la première fois dans sa carrière qu’il reste au même endroit plusieurs années d’affilée et il sera ici pour toujours. Du moins, c’est notre but, ce serait trop fort de l’affirmer réellement. Il est la preuve de ce qu’est réellement notre projet. » De là à en conclure qu’un accord sera trouvé pour une prolongation de contrat ?

 Propos recueillis à Saint-Chamond,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
sebsav01
A quand un Salary Cap en Betclic comme en Top14 ??
Répondre
(0) J'aime
coeursdecanard
Impossible de faire ça si ce n'est pas appliqué dans le reste de l'Europe. Ça reviendrait à tuer la compétitivité de nos clubs hors championnat !
Répondre
(0) J'aime
yo1935
et si on veut regarder du basket juste pour l'enjeu, c'est tout aussi bien dans les divisions inferieures.
(0) J'aime
leon_21
je trouve l'Interview interessante. Son regard sur l'état du basket français me semble pertinent. Les bases sont bonnes, mais pour (re)devenir une place majeure du basket européen au niveau des clubs/championnats, il est nécessaire d'effectuer des ajustements...
Répondre
(0) J'aime
bobby
Monaco devrait faire l'économie du salaire de Walker la saison prochaine (1,5 M€), de quoi proposer une belle augmentation à James pour qu'il poursuive.
Répondre
(0) J'aime