Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Jean-Aimé Toupane comprend le scepticisme autour de sa nomination à la tête des Bleues

Avant de conduire l’équipe de France féminine pour la première fois, la semaine prochaine à l’occasion des deux premiers matches de qualification à l’EuroBasket 2023, le nouveau sélectionneur Jean-Aimé Toupane a livré ses impressions à Arnaud Valadon de RMC Sport. Formateur réputé, l’ancien joueur de haut-niveau intègre le haut-niveau féminin par la grande porte. En toute humulité, l’ancien joueur de Villeneuve-sur-Lot a conscience qu’il a été choisi au détriment d’entraîneurs qui ont fait leurs preuves dans le basketball féminin.

« Des collègues du basket féminin aurait, tout aussi bien, pu être à ma place. C’est une décision de l’Institution de me mettre là. Ce n’est pas plus parce que je viens du basket masculin. Il y a des coachs du basket féminin qui auraient mérité d’être là. Maintenant, ce choix se porte sur moi. Je viens du basket masculin, la volonté a toujours été de se rapprocher des meilleures nations : les Américaines. Il faut voir ce qu’elles font et nous en rapprocher. C’est ma volonté. »

Si sa nomination a soulevé des questions, et même des critiques publiques comme de la part de l’ancien sélectionneur Pierre Vincent, lui assure avoir reçu de nombreux messages positifs.

« Que les gens soient un petit peu sceptiques par rapport au fait que j’arrive, je le comprends. J’ai toujours pensé que c’est le terrain qui parlera. Concernant l’accueil que j’ai pu avoir, j’ai eu beaucoup plus de personnes qui m’ont dit bonne chance et qui étaient ravis que ce soit moi. »

« Une équipe nationale ne peut exister sans les clubs »

Afin de mieux connaître les staffs et les clubs LFB, Jean-Aimé Toupane s’est rendu dans de nombreuses salles au cours des semaines précédentes. De quoi prendre de plus amples renseignements sur les internationales actuelles et futures.

« C’est l’ensemble des équipes du basket féminin. Aujourd’hui, une équipe nationale ne peut exister sans les clubs. D’où notre démarche d’aller vers les coachs, les clubs, c’est un projet collectif. On ne peut pas rester là à attendre les joueuses et penser que cela va être possible. Le travail en amont d’identifier les meilleures joueuses, c’est déjà important mais on ne peut le faire qu’avec les clubs. Il faut installer un process qui puisse faire que chacun puisse être acteur de ce projet du basket français. »

Les Bleues vont connaître la pâte Jean-Aimé Toupane à partir de ce lundi et le début du stage international.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion