Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Jakub Schenk, un joueur de… NM1 en demi-finale de l’EuroBasket !

Meneur du Tours Métropole Basket, en Nationale 1, Jakub Schenk fera partie des douze polonais qui tenteront d'empêcher la France d'atteindre la finale de l'EuroBasket vendredi. Gros plan.
Jakub Schenk, un joueur de… NM1 en demi-finale de l’EuroBasket !
Crédit photo : FIBA

Dimanche, Jakub Schenk (28 ans) jouera la plus grande rencontre de sa vie. Un match pour une médaille européenne. Neuf jours plus tard, le meneur polonais sera sur le parquet de… Loon Plage, en Nationale 1. Après les paillettes berlinoises, potentiellement un podium, un brutal retour à la réalité dans la salle Léo-Lagrange ? « Honnêtement, si vous êtes un professionnel, vous pouvez vous adapter à n’importe quelle situation », élude-t-il. « Sans prendre les émotions en compte, il faut surtout se concentrer sur le fait de bien accomplir son travail. »

Jakub Schenk dispute sa première compétition internationale (photo : FIBA)

À l’EuroBasket, le sien est assez spécifique : sortir du banc sur de courtes séquences afin d’apporter sa dureté à l’équipe d’Igor Milicic. « C’est un bon leader », souligne le sélectionneur d’origine croate. « Ce qu’il faut remarquer avec lui, c’est la détermination qu’il met en défense. Il a très bien joué quand on a eu besoin de lui. En Nationale 1, ce sera un très gros joueur ! » Et c’est bien là tout le nœud du problème : comment un demi-finaliste du championnat d’Europe peut-il ensuite se retrouver dans la foulée en troisième division ? « Ah mais c’est sûr qu’il ne devrait pas être en NM1 », admet lui-même Romain Régnard, le directeur général du Tours Métropole Basket.

« Il ne devrait pas être en Nationale 1 ! »

Jakub Schenk en Nationale 1, c’est une histoire de volonté d’émancipation. Pensionnaire du championnat polonais depuis le début de sa carrière, le natif de Tarnowie avait besoin de voir autre chose. En toute fin de saison dernière, le TMB a fait appel à ses services pour une pige de dix jours afin de valider son maintien en Pro B. La mission fut un échec, Tours est descendu –  « avec 14 victoires, c’est fou… » – mais les deux parties se sont mutuellement appréciées au cours de cette courte période passée ensemble. « Nous avons vu qu’il avait réussi à avoir un impact rapide sur l’équipe, notamment en faisant jouer les autres joueurs », raconte Romain Régnard. « En dix jours, nous avons observé son jeu collectif, son implication, son exemplarité, sa grosse rigueur de travail, son côté meneur d’hommes. Tout cela a fait que l’on a voulu le garder. »

Malgré une dernière victoire contre Blois, Schenk n’a pas pu éviter la descente de Tours en NM1 (photo : Alexis Calmel)

Mais les choses n’étaient évidemment pas aussi faciles. Quand on est international polonais, que l’on a joué en BCL, descendre en troisième division ne fait évidemment pas partie des ambitions. « Bien sûr que ce n’était pas dans ses plans de jouer en NM1 », admet Romain Régnard. Toutefois, auteur de 7 points et 8 passes décisives contre Blois, Jakub Schenk a rapidement cédé aux sirènes tourangelles, paraphant sa prolongation de contrat dès le mois de juin. « Il y a beaucoup de facteurs qui rentrent en compte dans ma décision », explique-t-il à demi mots. « C’était une bonne offre pour moi. J’ai aimé le club, et ses hauts standards de professionnalisme. » Sans oublier le côté financier, avec un contrat largement équivalent à ce qu’il touchait auparavant en Pologne, et surtout des critères familiaux. Il n’empêche que sa décision fut légèrement controversée dans son pays natal. « Disons qu’elle a suscité de la curiosité », glisse un journaliste local. « Je ne doute pas qu’il aura de bien meilleurs boulots à l’avenir », indique son sélectionneur.

Quelques minutes en défense sur Heurtel ?

Dernier joueur de la rotation polonaise à l’EuroBasket (1,7 point et 0,8 passe décisive), Jakub Schenk veut pleinement vivre ses derniers jours sur la grande scène internationale avant de plonger dans l’anonymat de la NM1. « Pour moi, c’est énorme d’être ici ! C’est un rêve qui se réalise. J’ai eu des minutes, c’est une super expérience pour moi. Je veux en tirer le plus possible ! Ce que l’on a accompli est déjà quelque chose de grand mais on en veut encore plus »  Pourtant, l’ancien joueur de Gdansk ne se laisse pas totalement envoûter par la magie berlinoise en gardant un œil du côté de la Halle Monconseil, antre du TMB. « Nous avons un groupe Whatsapp avec les gars de l’équipe. Je suis en contact avec eux en permanence, on se suit mutuellement, je sais ce qu’ils font. » En revanche, aucun chambrage de rigueur avec ses coéquipiers français à la veille de la demi-finale de l’EuroBasket contre les Bleus… « Je les respecte trop pour cela », rigole-t-il.

Jakub Schenk et Aaron Cel aux portes du rêve (photo : FIBA)

Attendu avec impatience du côté de Tours, qui a donc vécu la présaison sans son patron, Jakub Schenk pourrait retrouver le terrain vendredi face aux Bleus, lui qui a été inutilisé contre la Slovénie. « Je suis persuadé qu’il va nous aider contre la France », confie Igor Milicic. Quelques minutes en défense sur Thomas Heurtel, avant de se plonger dans son futur quotidien, successivement Loon-Plage, Vitré et Berck pour le premier enchaînement de la saison… De quoi augurer d’un spleen automnal après avoir tutoyé de tels sommets cet été ? « Non, c’est un joueur qui a envie de montrer de belles choses en France », rassure Romain Régnard. « Il vient de passer deux semaines avec son équipe sans beaucoup jouer, je suis sûr qu’il a faim de ballon. On discute tous les jours ensemble, je l’ai encore eu il y a moins de deux heures afin de planifier son arrivée. » Désormais imminente car avec ou sans médaille au cou, la salle Léo-Lagrange de Loon Plage n’attend pas !

À Berlin

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion