• À la une
  • Betclic Élite
  • Programme TV
  • Pro b
  • National
  • À l'étranger
  • Équipe de France
  • Interviews
  • Jeunes
  • Féminines

« Nous ne sommes pas si loin » : Victor Wembanyama et les Spurs en progrès mais encore battus

Crédit photo : Théo Quintard
NBA - En tête une bonne partie du match, Victor Wembanyama et les Spurs ont été rattrapés par le Heat de Miami, finaliste des playoffs NBA 2023, dans le dernier virage et s'inclinent 118-113. Le Français de 19 ans, maladroit (8/22 aux tirs), a tout de même frôlé le triple double avec 18 points, 11 rebonds et 7 passes en 34 minutes de jeu. La prestation collective est encourageante mais pas encore suffisante pour l'emporter.

Il était comme un gosse avec ses yeux d’enfant. Présent en courtside lors de cette « veterans night » où policiers, personnels soignants et militaires étaient mis à l’honneur, Gaël Monfils n’a pas manqué une action de Victor Wembanyama contre Miami (défaite 118-113 des Spurs).

Mais le tennisman français de 37 ans, déjà présent vendredi contre les Wolves, a également pris le temps de checker Jimmy Butler et Josh Richardson, deux de ses amis, et d’échanger quelques mots avec eux juste avant le début de la deuxième période. « Je suis pote avec beaucoup de joueurs en NBA », sourit-il vêtu de sa veste bleue, noire et marron. « Mais Victor, lui, il est incroyable. Le seul truc qu’il ne peut pas faire, c’est ce qu’il ne sait pas encore faire. C’est ce qui est impressionnant ».

Sauf que le récent vainqueur du tournoi de Stockholm (ATP 250) n’a pas vu le Français de 19 ans à son prime. Peut-être émoussé par l’enchaînement des rencontres et marqué de près par la défense floridienne, Wemby a connu une soirée compliquée aux tirs (8/12) mais a tout de même frôlé le triple double (18 points, 11 rebonds et 7 passes en 34 minutes), signant – au passage – son quatrième double double de la saison. « Chaque match est différent mais être agressif est l’une de mes priorités », juge Victor Wembanyama, surpris par l’intensité du Heat, finaliste malheureux de la dernière saison NBA contre Denver.

« La roue est en train de tourner »

Tout en contrôle en début de 2e quart-temps (+19, 34-15, 13’), les Spurs ont accusé le coup avec un 17-0 juste avant la mi-temps (42-24, 16’ ; 42-41, 20’). Une cinquième défaite de rang (saison et In-Tournament Season compris) qui ne décourage pas coach Pop. « Je sens que la roue est en train de tourner », estime le technicien américain de 74 ans, tout en affirmant que ses ouailles doivent être « plus disciplinées ». « Mes joueurs font les efforts nécessaires, sentent mieux les situations, et deviennent plus intelligents. »

LIRE AUSSI. Premier duel Wembanyama – Gobert : Wemby brille, Rudy l’emporte

Parfois naïf sur les feintes et dispendieux (7 ballons perdus, son record en NBA), l’ancien joueur des Metropolitans 92 a été plus juste dans le dernier quart-temps en inscrivant 7 points à 100 % aux tirs. Il a notamment enchaîné un petit bras roulé puis un alley oop et un tir longue distance pour relancer la machine (84-95, 39’). À l’image de son équipe et de ce ballon perdu dans le money time (103-103, 44’), Wemby a manqué de précision et de lucidité dans les moments décisifs. « Ces défaites, ça me motive davantage », souligne le natif du Chesnay (Yvelines). « Dans le vestiaire, personne ne baisse la tête. Personne n’abandonne. Ça ne veut pas dire que ce sera facile mais nous ne sommes pas si loin. »

De notre correspondant à San Antonio,

Victor Wembanyama et la presse : « Peut-être qu’au bout du 50e match… »

Protégé par son entourage l’an dernier et rarement aperçu en conférence de presse, Victor Wembanyama connait un tout autre traitement depuis son arrivée en NBA. Le MVP en titre de Betclic ÉLITE répond systématiquement à la presse après chacun de ses matchs, en plus de quelques séances de questions – réponses à l’entraînement ou au shooting le matin des matchs.

De quelle manière aborde-t-il l’exercice médiatique ? « Peut-être qu’au bout du 50e match, ce sera relou », s’imagine-t-il. Avant de reprendre : « Il faut s’en servir pour passer des messages, ce n’est pas seulement un handicap. Ça permet de communiquer et de répondre à des questions qui intéressent les gens ».

BEBASKET

Marre de la publicité ? Offrez-vous BeBasket sans pub, soutenez la rédaction et encouragez une meilleure couverture du basket français au quotidien. À partir de 5€/mois.

À partir de 5 €
Vous pourriez aussi aimer
INTERVIEWS
ITW Victor Wembanyama : « Je ne me rends pas pleinement compte de mon statut »
ITW Victor Wembanyama : « Je ne me rends pas pleinement compte de mon statut »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter
Connexion

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 €