• À la une
  • Betclic Élite
  • Programme TV
  • Pro b
  • National
  • À l'étranger
  • Équipe de France
  • Interviews
  • Jeunes
  • Féminines

Jean-Pierre Siutat défend Jean-Aimé Toupane, Sandrine Gruda réitère ses critiques

Crédit photo : FIBA
Équipe de France - Si le président de la FFBB Jean-Pierre Siutat a défendu le sélectionneur Jean-Aimé Toupane, qui n'est pas parvenu à conduire l'équipe de France au titre européen, l'intérieure de l'équipe de France Sandrine Gruda a fait part publiquement de ses critiques.

Comme la veille, après la courte défaite en demi-finales de l’EuroBasket 2023 contre la Belgique, Sandrine Gruda a décoché une flèche en direction du staff technique de l’équipe de France. La joueuse la plus capée des Bleues, qui a remporté sa huitième médaille lors d’un EuroBasket ce dimanche, est revenue sur la médaille de bronze glanée par son équipe. Et elle s’est tournée vers l’avenir, en évoquant la marge de progression du groupe. « Je pense qu’on va gagner en expérience et après c’est aussi gagner en tactique », a-t-elle confié au micro de beIN Sports, avec un large sourire. Une réflexion tout sauf déguisée car répétée dans la foulée. « Je pense que tous, à nos niveaux, on peut vraiment mieux faire, sélectionneur y compris. » S’il ne s’est pas présenté devant la presse après la petite finale, le président de la Fédération française de de basketball (FFBB) Jean-Pierre Siutat a également répondu à beIN Sports à la mi-temps de la petite finale. Il a défendu le sélectionneur de l’équipe de France en poste et témoigné de la bonne ambiance régnant dans le groupe France. « Je rassure tout le monde, y compris les détracteurs. Le groupe vit très bien, a-t-il commencé. Jean-Aimé a sa manière de fonctionner, de travailler. C’est quelqu’un de très humain, très rigoureux, très exigeant. Avec le staff ça fonctionne très, très bien. Il faut lui laisser (du temps). Souvenez-vous à la Coupe du monde, il avait des blessées. On a eu la même chose sur toutes les préparations. J’espère que tout ça sera derrière, qu’on prépare bien le TQO en février et ensuite bien entendu les Jeux (olympiques). […] On parle du coaching. On lit bien les critiques par rapport à Jean-Aimé, c’est quelqu’un qui a de vrais qualités. »

Interrogé à son tour après la rencontre, Jean-Aimé Toupane a fait preuve de sérénité, rappelant de sa bonne entente avec les cadres de la FFBB.

« Je sais que les dirigeants me font confiance depuis le début, a-t-il assuré devant la presse après France – Hongrie. J’ai toujours travaillé avec eux, ensemble, dans la clarté, la bienveillance. En tout cas, j’essaye de faire le maximum. Tout ce que je ferai, les décisions que je prendrai, elles seront partagées. On essaye de construire quelque chose. On a tendance à penser que le haut-niveau, c’est tourner une clé. On tourne et on y arrive. Je reconnais aussi qu’on a une vraie potentialité. Je dis aux filles de croire en ce qu’elles font. Le parcours depuis l’année dernière, aux championnats du monde puis aux championnats d’Europe, c’est quand même très, très satisfaisant. Quand on voit la jeunesse aussi, c’est prometteur. Forcément, on est en décalage aussi avec les équipes qu’on avait avant. Il faut gagner, mais en même temps il faut renouveler (la sélection). C’est un bel amalgame pour l’avenir du basket français féminin. »

En début de préparation, Jean-Aimé Toupane avait annoncé que tout autre résultat que la médaille d’or serait un échec. « Je n’aurai pas peur d’en assumer les conséquences derrière : si demain je dois partir je partirai », assurait-il le 25 mai devant les médias, et notamment Sud-Ouest, à l’annonce du groupe élargi. L’or n’ayant pas été atteint, la question du renouvèlement du staff est donc ouverte même si la réponse de Jean-Pierre Siutat semble tendre vers un maintien de son sélectionneur.

BEBASKET

Marre de la publicité ? Offrez-vous BeBasket sans pub, soutenez la rédaction et encouragez une meilleure couverture du basket français au quotidien. À partir de 5€/mois.

À partir de 5 €
Vous pourriez aussi aimer
LFB
Sandrine Gruda va amener « expérience et leadership » à l’ASVEL Féminin selon Tony Parker
Sandrine Gruda va amener « expérience et leadership » à l’ASVEL Féminin selon Tony Parker

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter
Connexion

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 €