Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

La JL Bourg sort Nanterre et honore le rendez-vous monégasque en demi-finale

Betclic ÉLITE - Victorieuse de son Match 3 face à Nanterre (90-74), la JL Bourg a composté son billet pour les demi-finales. Comme l'an dernier, le club bressan retrouvera l'AS Monaco. Soit la fin, côté Nanterre, d'une incroyable saga : celle de Pascal Donnadieu.
La JL Bourg sort Nanterre et honore le rendez-vous monégasque en demi-finale

Hugo Benitez et la JL Bourg ont éliminé Nanterre (2-1)

Crédit photo : Jacques Cormarèche

La JL Bourg n’est pas rancunière. En 2021, après le départ de Savo Vucevic, le club bressan avait longuement espéré l’arrivée de Pascal Donnadieu sur le banc. Mais cela n’avait jamais pu se faire, l’entraîneur privilégiant sa fidélité à la JSF. Force est de constater que les discussions inabouties de l’époque ont permis aux présidents Julien Desbottes et Didier Lamy d’en connaître plus sur les préférences de l’enfant du Mont-Valérien. À peine le buzzer final retenti, les dirigeants bressans ont convié Pascal Donnadieu dans le rond central pour lui offrir l’ovation d’Ékinox et… un jéroboam de rosé. « Ils ont dû prendre des renseignements, je suis un amateur », sourit le mythique coach de Nanterre, tout fraîchement retraité. Il faudra cependant un peu plus que trois litres de vin pour fêter tout ce qui a été accompli par le magicien de Maurice-Thorez ces 37 dernières années, de la première série départementale à l’EuroLeague. « Si Netflix voulait faire une série, il n’y aurait pas meilleur scénario », plaide son homologue Frédéric Fauthoux.

Le hold-up n’était pourtant pas illusoire…

La JL Bourg a rendu hommage à Pascal Donnadieu (photo : Jacques Cormarèche)

Heureusement, il n’y aura surtout aucun chagrin à noyer dans l’alcool ce lundi côté Nanterre 92. La JSF est tombée les armes à la main, face à une équipe plus forte qu’elle. Et pourtant, à la 35e minute, lorsque les Franciliens avaient ramené un déficit de 16 points à seulement 6 (74-68, 35e minute) avec une contre-attaque en main, la cerise semblait se profiler sur le gâteau… Le parfait match de traînards. « Je vous assure que j’étais persuadé qu’on pouvait le faire à ce moment-là », clame Benjamin Sene, qui n’a pas pu donner plus de 12 minutes en raison d’une épaule trop douloureuse. « À -6, je me suis dit : c’est bon, on est là où on veut être ! » Mais à force de trop tirer sur les mêmes, Nanterre a fini par manquer de lucidité, à l’image de cet alley-oop impossible tenté par Justin Bibbins sur la balle de -4. Une conclusion presque sans regrets;  « Ça aurait été un hold-up absolu, un miracle extrême », image Pascal Donnadieu.

En terme de miracles, le druide altoséquanais en connait toutefois un rayon (car comment expliquer sa carrière, sinon ?) mais il n’y en aura pas eu de dernier, sa folle histoire s’arrêtant donc à Bourg-en-Bresse, sur la terre d’un nouveau grand du championnat. Côté JL, une demi-finale une fois, cela peut être l’instantané d’une saison réussie. Deux d’affilée, ce n’est plus un hasard, mais le signe d’un nouveau statut. Surtout quand elles se couplent avec une finale de Leaders Cup (en 2023) et une finale européenne… « Cela prouve la régularité et la solidité du club », avance Frédéric Fauthoux.

Une deuxième demi-finale consécutive pour la Jeu

Celle de l’an dernier pouvait être considéré comme une surprise, décrochée sans l’avantage du terrain face à Dijon. Mais ce dernier carré version 2024 relève d’une forme de logique absolue, tant la JL Bourg a toujours semblé en position de se qualifier, même sans avoir recours à cette belle décisive. « Il y avait une forme d’irrationnel dans notre victoire samedi et je savais qu’on le payerait ce soir », admet Pascal Donnadieu. La Jeu avait plus de taille, plus de rotations, plus de talent (comme les 18 points à 7/8 de Maksim Salash), plus d’expérience. Plus de tout, en somme (90-74, score final)… Et finalement, Nanterre, n’était quand même pas si loin. À partir de jeudi, les rôles vont s’inverser, avec un costume d’outsider pour les Bressans face à l’ogre monégasque. Et si on leur dit qu’ils auront, comme la JSF, une balle pour revenir à -4 à la 35e minute du match décisif, il y aura sûrement du monde pour signer…

À Bourg-en-Bresse,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
lulutoutvert
juste mérité. Bourg avait tout en plus, la qualité de ses joueurs, l'effectif, l'ambiance (sur ce match 3), le budget. Et un Mike énorme sur cette série, Salash (que je suivais depuis le début de la saison avec plaisir) hyper décisif, un Julien intéressant en 1e MT, un bon Benitez en 2e MT. Le fait décisif, c'est à -6 dans le 4e QT, la JSF ne score pas, coté JSF, Bibbins et Rodriguez toujours au top, Fall Faye bien pris, et pas si souvent sifflé qu'il aurait du. Bravo à Nanterre pour cette belle saison. Donnadieu toujours classe. Pourquoi Courby joue si peu. Je l'ai senti frustré samedi à Thorez, il était sorti de la salle avant le public.
Répondre
(3) J'aime
gai27
Nanterre a eu des ballons pour les faire douter, notamment oui quand ils sont à -6. Les pertes de balle hélas derrière ont été fatales et aussitôt sanctionnées. Ayayi et Fall Faye ont paru bien émoussés et ont commis des erreurs à cause de la fatigue. De toute façon, on sait que derrière avec Monaco qui n'a plus que le championnat pour sauver les apparences, ça serait peine perdue...bravo à PASCAL DONNADIEU pour tout ce qu'il a accompli avec "son" club de coeur, on espère bien sûr que son héritage perdurera et fera de la JSF un "pilier" de l'élite pour pas mal de décennies :-) Le plus dur dans une ligue qui se resserre, c'est de continuer à y garder sa place ! Bravo a la JL aussi d'avoir su résister à la pression du match 3, tout sauf évident même si on est favori au départ ! Maintenant la montagne qui se dresse ou plutôt le Rocher tout aussi infranchissable va quand même être d'un autre calibre...
Répondre
(3) J'aime
lulutoutvert
Un vrai beau duel de poste 4
(1) J'aime
timotisane
Fautes commises sur Fall Faye ou par Fall Faye. Parce qu'il en a commis un paquet non sifflées et la seule faute défensive qu'ils lui mettent je ne sais même pas si elle y était... Les arbitres n'etaient pas au niveau ce soir mais des deux côté sauf pour Fall Faye qui avait le totem d'immunité visiblement...
Répondre
(2) J'aime
yo1935
Sur le papier en début de saison, l'effectif de Nanterre n'avait pas grand chose a envier a celui de Bourg. Mais il y a une sacre différence de niveau au final.
Répondre
(1) J'aime
samuel92- Modifié
J'ai le sentiment inverse. Sur le papier, Bourg a une plus grosse équipe (équipe de 12 pros confirmés vs équipe de 9 pros confirmés + 2 jeunes) Mais sur le terrain, pas vraiment vu un si gros écart entre les 2 équipes. La différence s'est faite à mon avis sur les absences de Hamadi N'Diaye et la blessure qui handicapait bcp trop Benjamin Sene.
Répondre
(0) J'aime
yo1935
deja je parle en debut de saison. En debut de saison Risacher est loin d'etre un pro confirmé. Les americains de Nanterre valent bien ceux de Bourg. Pareil pour les interieurs (Fall Faye + Ndiaye> kokila + Massa). Sene>=Benitez. Et normalement la difference aurait du etre faite par Begarin et Ayayi mais Begarin a ete tres decevant cette saison et Ayayi decevant. Je me demande donc si Fauthoux sait mieux faire jouer ses joueurs que Donnadieu.
(1) J'aime
jc87
Je suis d'accord avec toi. C'est clairement pas le même budget entre les deux équipes (Bourg c'est le quatrième de Betclic) et de fait pas le même effectif. Là ou Nanterre joue avec deux américains, Bourg en aligne 5 car Mike est canadien et Rowland est bulgare comme moi je suis péruvien. T'ajoute Salash qui est biélorusse et Omenaka (en début de saison) qui est nigérian et on voit bien que coté JNFL c'est pas la même. D’ailleurs Nanterre était pronostiqué 7/8 en début de saison sur la plupart des sites là ou Bourg était 3/4. Au final c'est Nanterre qui a sur-performé, pas Bourg en Bresse.
(2) J'aime
samuel92
Je réponds à ton message suivant. J'ai un peu de mal à te suivre. En début de saison, quasi tout le monde voyait Bourg bien au-dessus. Par exemple, Basket Le Mag mettait Bourg 5ème et Nanterre 8ème, Basket Europe mettait Bourg 3ème et Nanterre 7ème... Les budgets et MS sont à l'avantage de Bourg en Bresse. En début de saison, les américains de Nanterre sont surtout davantage connus dans le championnat de France que ceux de Bourg en Bresse. Idem en début de saison, pas sûr qu'on disait que Fall Faye + N'Diaye > Kokila + Massa. Massa avait fait des apparitions en EdF par exemple sur des fenêtres. Et il y avait des doutes sur Fall Faye et ses problèmes de blessures. Quant à Risacher, il n'était pas confirmé mais avait déjà fait de bonnes apparitions en Euroleague. On est loin du profil des jeunes joueurs de Nanterre comme Fisher et Kalemba. Après je suis d'accord que Begarin a été très décevant mais ce n'est pas nouveau; il a été cata à Paris la saison passée Et une nouvelle fois, Bourg a souffert sur cette série pour se débarrasser de Nanterre qui était diminué (pas de N'Diaye et Sene très handicapé) donc je ne sais pas si on peut dire que Fauthoux fait mieux jouer ses joueurs. Par contre, on voit sans aucun doute une équipe qui a pris confiance grâce à son parcours en Eurocup alors qu'à Nanterre, on sent plus de naiveté avec des pertes de balles au moment clé ou ils sont en train de faire douter Bourg en Bresse. Mais les Bressans perdent tout de même 22 ballons à domicile dans un match couperet, cela démontre également qu'il n'était pas en totale maitrise.
Répondre
(0) J'aime
jc87- Modifié
Nanterre n'a pas de regrets à avoir. Ils se sont battus jusqu'au bout mais en jouant à 7 ce n'était pas possible de renverser une belle équipe de Bourg, plus fournie et plus talentueuse. AU final ils auront fait une très belle saison avec encore une fois un budget plutôt modeste (12éme de Betclic Elite) et seulement deux ricains. Ce qui m'a frappé aussi cette saison c'est que Donnadieu a changé son jeu, d'une équipe qui passait son temps à canarder à trois points il est passé à une équipe qui est une de celles qui en prend le moins et pour autant les résultats ont été bien meilleurs que ces dernières année et c'est tout à son honneur. J'espère que son départ ne bouleversera pas trop le club et que celui-ci arrivera à toujours exister au plus haut niveau. Je pense qu'il y a la place pour un club comme Nanterre a coté d'un grand club parisien, un peu à la manière d'une Joventut Badalone avec Barcelone. Quoiqu'il en soit et et en hommage a ses origines bretonnes, je lui dit "bon vent Pascal !." :)
Répondre
(4) J'aime
timotisane
Beau match disputé. Nanterre a perdu physiquement dans le quatrième. Bravo aux deux équipes. Jolie hommage a Donnadieu.
Répondre
(1) J'aime