Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Limoges, la DNCCG, Hong Kong et les cinq millions de dollars : « Nous n’avons pas été pris au sérieux »

Betclic ELITE - Au cours d'une visioconférence, la DNCCG est revenue sur la décision de ne pas engager le Limoges CSP en LNB en raison de la situation financière du club. Après le refus de l'offre de reprise du cadre d'Intermarché Lionel Pehulet, les dirigeants du Cercle Saint-Pierre ont présenté un dossier de reprise d'un investisseur basé à Hong-Kong, qui investirait 5 millions de dollars.
Limoges, la DNCCG, Hong Kong et les cinq millions de dollars : « Nous n’avons pas été pris au sérieux »

Beaublanc pourrait être le théâtre de matchs de NM3 à la rentrée

Crédit photo : Limoges CSP

Le Limoges CSP voit pour le moment son avenir se dessiner loin du monde du basket professionnel. En effet, la DNCCG (Direction nationale du conseil et du contrôle de gestion) a décidé de refuser l’engagement du club limougeaud en LNB après avoir auditionné pendant 1h30 ce mardi 28 mai la présidente Céline Forte et le directeur commercial Guillaume Lanave, accessoirement son gendre dans la vie quotidienne. C’est d’ailleurs celui-ci qui a majoritairement monopolisé la parole côté Cercle Saint-Pierre. Après la notification de la décision de l’instance administrative, les dirigeants limougeauds disposeront de 8 jours ouvrés, soit jusqu’au 7 juin 2024, pour formuler un recours gracieux, avec des documents tangibles à l’appui.

« Je me suis permis d’appeler le numéro à Hong Kong… »

La catastrophe planait déjà la veille de cette audition dans les bureaux de la ligue. En effet, lundi 28 mai, la propriétaire Céline Forte a refusé la proposition d’investissement de Lionel Peluhet, à hauteur de 1,2 million d’euros dans le capital du Limoges CSP. À la place des documents fournis le 15 mai, le club a modifié les éléments téléchargés sur le plateforme de la ligue. À la place, le duo de dirigeants a présenté à la DNCCG l’offre d’un partenaire légèrement particulier, disons-le ainsi.

Il s’agirait d’une lettre d’engagement d’un investisseur, à hauteur de 5 millions de dollars. Le côté ubuesque de la proposition tient en deux points avec d’abord, la chronologie des événements : un contrat de partenariat en novembre 2023, un devis préalable en octobre 2023, un engagement en mai 2024 avec un ordre de virement au 10 mai. Mais toujours rien pour le moment, même si Céline Forte assure que la somme sera versée sur les comptes du club le 4 juin prochain. L’autre point perturbant de cette proposition est expliqué par Patrick Hianasy, le président de la DNCCG. « La personne qui atteste du versement nous a communiqué un papier avec une adresse se trouvant à Hong Kong. À 11h45, je me suis permis d’appeler le numéro indiqué à Hong Kong. J’ai eu une personne en anglais, je l’ai interrogé sur la société et la personne qui a signé le document. Réponse de l’individu : ils sont inconnus au bataillon ».

Tracfin saisi pour un acte éventuel de blanchiment d’argent ?

Guillaume Lanave et le CSP au bord du gouffre. (Photo : Limoges CSP)

Et si l’argent finissait pas arriver le 4 juin sur les comptes du club, cela marquerait-il automatiquement la fin des problèmes pour Limoges ? Réponse équivoque de Patrick Hianasy. « J’attendrais de recevoir la preuve tangible jusqu’au terme de la fin de formulation du recours gracieux avant d’aviser. La seule chose que je peux vous dire, c’est que nous avons l’obligation de révéler à Tracfin des actes éventuels de blanchiment d’argent. C’est tout ce que peux dire à ce stade. » Surtout qu’un autre document signé à Miami a été fourni pendant l’audience, avec un investisseur au patronyme identique, sur un passeport américain, mais au prénom différent sur l’en-tête…

Une nouvelle proposition lunaire du club limougeaud qui n’est qu’un épisode de plus dans un feuilleton financier chaotique, où même le gendarme financier du basket français semble perdre patience. « Je dirais qu’on n’a pas été pris au sérieux, si vous voulez mon intime conviction, répondait Patrick Hianasy à la question « Avez-vous [la DNCCG] été pris pour des imbéciles ? ». Et d’ajouter : « Ce n’est peut-être pas la première fois. D’où la formulation à plusieurs reprises de l’insincérité. Si j’avais été dans un salon avec des amis, j’aurais dit autre chose. » 

« C’est la première fois que je vis une telle situation. J’ai entendu des cas similaires dans le monde du football mais je ne pensais pas que j’allais voir ça dans le monde du basket.»

Patrick Hianasy, président de la DNCCG

Céline Forte sous pression des collectivités

En tout cas, le Limoges CSP va désormais disposer de huit jours ouvrés à partir de ce mercredi 29 mai pour déposer un recours gracieux auprès de la DNCCG, « en apportant des preuves tangibles » appuie Patrick Hianasy. Selon toute vraisemblance, la seule option viable est le projet de Lionel Peluhet sur quatre ans. Ensemble, au-delà des clivages politiques, toutes les collectivités locales ont exhorté Céline Forte à accepter l’offre du n°2 d’Intermarché, « le seul projet abouti susceptible de sauver le club ».

Le communiqué co-signé par la ville de Limoges, la Communauté urbaine Limoges, Métropole, le Département de la Haute-Vienne et la Région Nouvelle-Aquitaine

En cas de dépôt d’un recours gracieux, le club limougeaud serait alors auditionné le 10 juin, pour une nouvelle décision rendue le 11 juin. En cas de réponse négative, le Cercle Saint-Pierre pourra encore faire appel de la décision définitive de la DNCCG sous dix jours ouvrés. Si cela bloquait encore, les possibilités se tourneraient vers la chambre d’appel de la FFBB (réunion le 25 juin), puis vers le CNOSF. Soit un feuilleton qui nous emmènera très certainement jusqu’au mois de juillet.

Avec Alexandre Lacoste,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
thegachette
Comment on peut oser faire ce genre de choses. Cette famille dirige le club depuis longtemps, ils n'ont pas honte de faire ça ? et si l'histoire jusqu'en Juillet un club (Pau?) va devoir monter un budget et un effectif à la va vite, va s'engager dans une saison galère...
Répondre
(1) J'aime
samuel92
Ca peut se transformer en cadeau empoisonné pour Pau. A la place des dirigeants palois, j'y réfléchirai à 2 fois. Après, il y a toujours l'éventuel rachat des Mets (qui sont devant au ranking). Et de toute façon, sous la pression, Céline Forte ne va pas avoir d'autres choix que de s'incliner. Je fais le pari que le CSP sera en BE à la rentrée.
Répondre
(1) J'aime
mick7142
Pau n'est pas crédible, on tourne la page là dessus ? Merci !
Répondre
(0) J'aime
mick7142
Les Forté dehors, et le CSP revivra où il doit être.
Répondre
(0) J'aime
derniermot
Quand on ne mérite pas sportivement, on ne peut pas se plaindre de construire une équipe en derniere minute, c'est pas la construction de l'equipe de Pau le probleme, surtout au basket où recruter tard n'en est pas un de probleme
Répondre
(0) J'aime
flavor_flav
à quand une série sur Netflix?
Répondre
(2) J'aime
le_xav
Les fonds sont dans les tuyaux qu'il disait...
Répondre
(1) J'aime
dragibus
Hong-Kong, Miami... l'aura du CSP est sans limite ! Quelle bande de pieds-nickelés.
Répondre
(1) J'aime
fussoire38
C'est croquignolesque :o)) Bon.. comme la saison de basket tire à sa fin, ça va nous faire un peu d'actualité à suivre dans les prochaines semaines.
Répondre
(0) J'aime
mick7142- Modifié
Cette fois, la mère Forté et son cerveau de gendre font toucher le fond du fond au CSP. Qu'ils se barrent ; ces gens là ne sont et ne seront plus jamais crédibles dans le monde du basket et du sport en général, rien qu'en écoutant le nom, ça fait fuir les gens honnêtes... Les ultras supporters que vous êtes à Limoges, vous ne devez pas laisser diriger votre "bébé de club" par des incapables et des tricheurs. Je n' imagine pas une seconde le CSP en N3, c'est mission impossible ça.
Répondre
(0) J'aime
elimouzi
c'est dingue que ce club ne puisse pas avoir des dirigeants dignes de ce nom, des gens honnetes, qui savent gérer un club, qui aiment vraiment ce club et qui respectent ceux qui les suivent, partenaires, supporters, public... quel est l'interet ce ces personnes à s'accrocher à ce point, l'amour du club, certainement pas récupérer de l'argent investi, impossible de toute façon rester au club pour éviter la découverte d'autres "surprises" illégales, possible, mais tout finit par se savoir tot ou tard, la preuve ces personnes auront à faire avec la justice pour diverses fraudes donc, pour résumer, aucun interet à vouloir rester, par la meme tuer le club et donc j'en reviens à ce que j'écrivais dans un post hier, pour moi cet entetement meurtrier ne peut s'expliquer que par la volonté de détruire le club, n'en déplaise à certains, l'objectif est atteint, prendre la ligue et la DNCCG pour des cons, çà c'est le petit plaisir, quelques personnes de plus sur la liste qui en compte quelques milliers.
Répondre
(0) J'aime
macroy
Très attristé pour ce club mythique qu'est le CSP..
Répondre
(0) J'aime
jeildo
C'est divertissant !
Répondre
(0) J'aime