Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Camps

Auteur de son record en carrière, Rayan Rupert en pleine progression sur son tir

NBA - Actuellement en G-League, le rookie français des Blazers, Rayan Rupert, fait des progrès sur un élément crucial de son jeu : le tir à trois points.
Auteur de son record en carrière, Rayan Rupert en pleine progression sur son tir
Crédit photo : NBA G-League

Choisi par les Blazers en 43ème position de la Draft en juin, Rayan Rupert (1,98m, 19 ans) a directement obtenu un contrat sur trois ans, dont deux années garanties. Une belle consolation après avoir dégringolé vers le second tour au dernier moment. Intégré dans le roster de Portland, il fait déjà des progrès. L’ailier numéroté 72 (son département de la Sarthe) est actuellement en G-League. Dans le cadre de son développement à long-terme, la franchise de l’Oregon l’a envoyé faire ses gammes dans leur toute nouvelle équipe réserve, le Rip City Remix, ses quelques apparitions en NBA (33 minutes en tout, principalement des garbage times) ne lui offrant pas un temps de jeu suffisant.

En G-League, Rupert est l’ailier titulaire de son équipe et joue 33 minutes par match. Il s’occupe la plupart du temps de défendre sur le meilleur extérieur adverse, sa spécialité. Mais c’est surtout de l’autre côté du terrain qu’il a progressé. Le coaching staff lui donne des responsabilités en attaque comme il n’a jamais connu. Il prend 11,6 tirs par match et cumule des statistiques moyennes de 14,5 points à 44%, 6,5 rebonds, 2,3 passes décisives et 1,4 interception. Et le plus important : 45% de réussite à 3 points, en 8 matchs, avec un joli 14/31. C’est un grand axe d’amélioration pour celui qui peut viser une carrière de 3&D, comme son modèle Mikal Bridges. Lors de son match vendredi dernier contre les Salt Lake City Stars, il a marqué 24 points… Ce qui ne lui était jamais arrivé dans toute sa carrière, toutes compétitions confondues, même en Nationale 1 (cinq pointes à 21 unités avec le Pôle France).

Le tir extérieur, central dans son développement

Lors de sa présentation au Media Day NBA, le fils de Thierry Rupert et frère d’Iliana avait expliqué « avoir passé la plus grande partie de mon été à bosser sur [ses] tirs ouverts, pour espacer le terrain. » C’est un élément de son jeu que le staff des Blazers a identifié comme nécessitant du travail. Il n’avait en effet dépassé les 30% à trois points de moyenne qu’une seule fois dans sa carrière : lors de sa première année à l’INSEP en 2019/20. Depuis, il naviguait dans des moyennes très basses, comme l’année dernière en NBL (25%). Avant la saison, son coach NBA Chauncey Billups s’était déjà dit satisfait de ses progrès : « Rayan a beaucoup appris en trois mois […] Je suis très content pour lui. » Ce n’est pour l’instant pas suffisant pour contribuer dans l’effectif NBA des Blazers. Mais rien d’inquiétant. À 19 ans, Rupert est le plus jeune joueur de son équipe, et reste un projet au long-terme.

BEBASKET

Une lecture plus fluide, des chargements de pages plus performants, et plus de publicité ! Offrez-vous un abonnement BeBasket et soutenez la rédaction et la couverture du basket français au quotidien.

À partir de 5€

Commentaires


Vous écrivez en tant que .Modifier

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5€