Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Paris également au rendez-vous des demi-finales de l’EuroCup !

EuroCup - Deux jours après la JL Bourg, le Paris Basketball s'est également qualifié pour les demi-finales de l'EuroCup. En éliminant Badalone (86-70), les hommes de Tuomas Iisalo ont pris rendez-vous avec Londres pour un choc des capitales dans le dernier carré.
Paris également au rendez-vous des demi-finales de l’EuroCup !

T.J. Shorts et les Parisiens affronteront Londres en demi-finale

Crédit photo : Julie Dumélié

« Je suis extrêmement fier de la façon dont nous avons joué ce match. Nous n’avons pas eu besoin de rentrer nos tirs pour l’emporter et c’est précisément la marque d’une équipe qui gagne ». Tuomas Iisalo, l’entraîneur parisien n’y allait pas par quatre chemins en conférence de presse pour qualifier la prestation et l’état d’esprit de ses joueurs. Car si le score final (86-70) est flatteur, le match ne fut pas à sens unique: les Franciliens ont dû faire montre d’un maximum d’application défensive et d’abnégation pour construire leur succès.

Collin Malcolm (9 points) lançait parfaitement les Parisiens dans le match grâce à deux flèches successives à trois points (6-5, 2’). De quoi rassurer Tuomas Iisalo, qui craignait une panne d’adresse de son équipe avant d’affronter la Joventut, pointant du doigt le format de ce quart de finale en une manche sèche où tout peut arriver. Badalone répondait par ses tours jumelles, Michael Ruzic, le natif de… Besançon (fils de Jurica Ruzic), précieux derrière l’arc, et Ante Tomic (8 points et 8 rebonds), agressif vers le cercle pour reprendre l’avantage au score et provoquer deux fautes rapides de Leon Kratzer. A peine entré en jeu, Mehdy Ngouama (6 points et 3 rebonds) répondait aux assauts des arrières espagnols, signant deux tirs primés de rang pour remettre Paris devant (16-14, 6’).

T.J. Shorts passe la seconde

Mikael Jantunen a brillé face aux intérieurs espagnols (Julie Dumélié)

T.J. Shorts (21 points, 9 passes décisives et 0 pertes de balle pour 28 d’évaluation), discret jusque-là, sortait de sa boîte et sonnait la charge pour les Parisiens. Le meneur californien orchestrait un 8-0 en faveur des Franciliens et ponctuait le premier acte d’un superbe tir derrière l’arc à la sirène (24-17, 10’). T.J. Shorts continuait de mettre le feu à la défense espagnole alors qu’Andrew Andrews (25 points dont 11 en première mi-temps) montait en température. L’arrière américain, insolent à longue distance, ramenait les siens à deux longueurs (30-28, 14’). Les deux équipes se rendaient alors coup pour coup, à l’image de Mikael Jantunen (12 points, 6 rebonds et 3 interceptions pour 19 d’évaluation), admirable dans l’intensité et le combat, répondant à Vladimir Brodziansky dans la dernière minute pour permettre aux siens de conserver une petite marge au retour aux vestiaires (40-35, 20’).

Leon Kratzer, limité à 4 minutes de jeu par les fautes (3) en première période, retrouvait le banc dès la reprise. Sanctionné une nouvelle fois par le corps arbitral (4 fautes, 22’), le pivot allemand obligeait Tuomas Iisalo à repasser sur du small ball. Dans un match soudain plus physique, et alors que les hommes de la capitale peinaient à trouver le chemin des filets, Nadir Hifi (15 points à 3/11 aux tirs) débloquait enfin son compteur personnel sur pénétration et offrait un caviar à son capitaine Mikael Kessens dans la foulée (46-40, 24’).  Paris montait encore d’un ton en défense et enflammait enfin le match. Sur les ailes d’un Mikael Jantunen dans tous les bons coups et d’un Nadir Hifi impeccable aux lancers (4 sur 4 sur la période), les locaux terminaient le troisième acte sur un cinglant 16-3 pour s’offrir leur plus gros écart du match (62-48, 30’).

Parole à la défense

La rage de vaincre de Tyson Ward et des Parisiens a fait la différence en seconde mi-temps (Julie Dumélié)

Étincelant en huitième de finale face à Ulm (28 points), Andres Feliz haussait le ton dès l’entame du dernier acte. Le Dominicain scorait 8 points en 3 minutes pour permettre aux Catalans de ne pas couler (70-59, 33’). Insuffisant toutefois face à la défense de fer des Parisiens. Toujours aussi intenses et appliqués, les joueurs de Tuomas Iisalo provoquaient de nombreuses pertes de balle espagnoles (19 contre 9 seulement pour Paris) et s’en donnaient à cœur joie sur jeu rapide alors que Nadir Hifi réglait enfin la mire à longue distance (83-65, 38’), pour le plus grand bonheur des 4405 spectateurs présents.

Mission accomplie pour le club de la capitale, impérial sur cette deuxième mi-temps avec 25 points encaissés seulement. Il retrouvera les London Lions en demi-finale à compter du 26 mars, dans une série au meilleur des 3 matchs. Trois rencontres que Tuomas Iisalo et T.J. Shorts entendent prendre « les unes après les autres », rappelant au passage après la rencontre, tels un seul homme, l’unique objectif du club: « remporter tous les matchs ». Les Londoniens, et les Bressans, que Paris pourrait affronter en finale de la compétition dans un choc 100% tricolore, sont prévenus.

À Paris,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
samuel92- Modifié
Paris a fait un vrai bon match de Coupe d'Europe ce soir derrière un TJ Shorts de gala. Les autres ont tour à tour apporté leur contribution, mention spéciale à Jantunen ultra complet. Badalone s'est accroché mais a fini par céder, impacté par la défense parisienne et par les multiples options parisiennes en attaque. Ici c'est Paris :-) Un Paris-Londres en basket, l'affiche a de la gueule.
Répondre
(1) J'aime
jeildo
Bravo Paris il faut aller au bout !
Répondre
(0) J'aime
fussoire38
beaucoup de maladresses de part et d'autres, à part le taureau furieux Andrews d'un coté et Shorts/Jantunen de l'autre. Mais ça defend dur et ça, c'est ce qui permet d'avancer (et d'aller au bout si Hifi retrouve son adresse..) !
Répondre
(0) J'aime