Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Monaco, une réplique de champion : +29 à Paris !

Betclic ÉLITE - Trois jours après sa bévue à domicile (70-77), l'AS Monaco a immédiatement remis les pendules à l'heure. Injouable à l'Adidas Arena (88-59), la Roca Team a puni le Paris Basketball et a récupéré l'avantage du terrain. En cas de victoire mercredi, le club de la Principauté signera le doublé.
Monaco, une réplique de champion : +29 à Paris !

Donta Hall et l’AS Monaco ont survolé les débats face à Nadir Hifi et Paris

Crédit photo : Julie Dumélié

Alors que plus personne ne défendait sur lui, Mehdy Ngouama a tergiversé. Shootera ? Shootera pas ? À l’approche du buzzer final, le meneur parisien a tout de même tenté sa chance. Pour un ballon qui tourne autour du cercle et qui ressort. Comme s’il était écrit jusqu’au bout que ce ne serait vraiment pas la soirée parisienne (59-88)…

Il y avait pourtant tout pour que le Paris Basketball vive un grand moment… L’Adidas Arena avait revêtue ses habits de gala pour accueillir le mythique trophée de champion de France, installé au centre de l’écrin de la Porte de la Chapelle. 35 kilos de bronze massif magnétisant la vue de 8 000 spectateurs surexcités par la perspective d’un monumental triplé et chauffés à blanc par la victoire de jeudi en terre monégasque. Mais il y avait un hic. Et tout le problème résidait justement en cet exploit en Principauté.

« Le regard plus fermé, plus tendu, plus froid »

Élie Okobo et l’ASM ont marché sur Paris (photo : Julie Dumélié)

Car en quelque sorte, le Paris Basketball a réveillé la bête. Touchée au plus profond de son orgueil par sa bévue de l’Épisode 2, l’AS Monaco s’est présentée dans la capitale avec de (très) mauvaises intentions : se lancer dans une entreprise de démolition. Cette fois, point d’échauffement à la légère, d’entame en dilettante, de shoots douteux. Mais un tout autre état d’esprit. « Tout le monde avait le regard plus fermé, plus tendu, plus froid », a souligné Élie Okobo. On a vu ce que ça a donné : 88-59, soit la plus large défaite de la saison parisienne ! Une correction, une vraie.

« On veut montrer que nous ne sommes pas suffisants », glissait Matthew Strazel samedi, en écho à toutes les critiques entendues depuis la défaite à Gaston-Médecin. Sauf que l’AS Monaco n’a finalement rien fait d’autre que prouver sa condescendance occasionnelle. Car lorsqu’elle décide réellement de jouer, en mode EuroLeague, absolument personne ne peut lui résister en France, pas même l’équipe sensation de la saison, titrée en EuroCup. Dominé comme jamais cette saison, si ce n’est par… Monaco en décembre (62-84), le Paris Basketball a vécu un enfer absolu. Martyrisée d’entrée de jeu (de 11-10 à 14-28 en fin de première quart-temps), mise au pain sec et à l’eau à l’image du duo T.J. Shorts (9 points à 2/10 et 2 d’évaluation, de loin sa plus basse de la saison) – Nadir Hifi (15 points à 5/14), l’équipe francilienne n’a pas pu résister à l’intensité physique des Monégasques, incarnée par une folle domination sous les cercles (47 rebonds à 30, 16 offensifs).

Une ligne arrière à l’unisson comme rarement

Matthew Strazel et les Monégasquent ne sont plus qu’à une victoire d’un nouveau titre de champion de France (photo : Julie Dumélié)

Quand la défense va, l’ASM peut déjà voyager. Mais quand elle ajoute de l’efficacité offensive à son talent inégalé en Betclic ÉLITE, elle devient injouable. Or, alors que Mam’ Jaiteh s’est mis en mode combat dans la raquette, allant défier physiquement Leon Kratzer dès la première minute, la menace est surtout redevenue protéiforme sur la ligne arrière. Un Mike James plus inspiré et engagé que jeudi (14 points et 3 passes décisives), un Matthew Strazel complet (11 points et 3 passes décisives) entre une pluie de 3+1 et un fort travail défensif, un Jordan Loyd retrouvé (12 points et 2 passes décisives) et un Élie Okobo survolant les débats (20 points, 7 rebonds et 5 passes décisives), jusqu’à marquer depuis le logo à la fin du troisième quart-temps.

Mais alors que la vexation va changer de camp, surtout chez une équipe assez peu habituée à se faire humilier de la sorte, encore plus à domicile, le plus dur démarre presque maintenant pour Sasa Obradovic face aux incorrigibles travers de son groupe : maintenir ses joueurs dans un état d’alerte similaire, alors que le gros du travail semble fait. Le technicien serbe a d’ailleurs démarré sa conférence de presse en évoquant ce sujet. « Comment sera le prochain match ? Je ne sais pas. Il y a beaucoup de tentations à Paris… » Mais peut-être aussi celle d’y réaliser un doublé ?

À Paris,

 

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
cambouis
Il serait bien que les commentateurs de l'équipe soient un peu plus neutres. Paris , Nadir, TJ...c'est bien mais c'est trop. Ils savent que ce sont 2 équipes françaises qui jouent la finale du championnat ?
Répondre
(2) J'aime
drefui
Oui mais en même temps les gars de First Team c'est tellement mieux que les journalistes de l'équipe...je leur pardonne volontiers leur mini biais !
Répondre
(4) J'aime
porte3
complètement d'accord, pour une fois j'ai pu laisser le son jusqu'a la fin du match
(1) J'aime
samuel92
Grosse réaction monegasque. Devant une telle équipe, Paris a totalement déjoué. On attend un autre visage de leur part dans le match 4. Et ça montre aussi le chemin qu'il reste à faire.
Répondre
(0) J'aime
jamesnaysmith
Merci, une fois de plus, pour ce commentaire confondant d'indigence... Avec des opinions tranchées comme les vôtres, le débat est plus vivant que jamais !
Répondre
(0) J'aime
loki
?
(1) J'aime
ioness
est ce que tu es réellement un être humain? Parce que là franchement, je vois absolument aucun lien entre ton message et celui de samuel ...
(0) J'aime
jamesnaysmith- Modifié
Quelle chèvre cet Obradovic ! A t-on déjà vu, en proA, un duo de floppeurs aussi prolifique que celui formé par Hifi/Short ?
Répondre
(0) J'aime
rudd4
Hifi est passer de joueur pro a serpilliere !
Répondre
(0) J'aime
samuel92
ressaisis toi garçon. Quand tu surenchéris sur l'abruti numéro 1 du forum, ca devrait t'amener à te poser des questions ;-) Faut savoir accepter la défaite et passer à autre chose.
(2) J'aime